Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’attaquant Pierrick Dubé aura l’occasion d’affronter son ancienne équipe, les Remparts de Québec, au cours des prochaines heures.
L’attaquant Pierrick Dubé aura l’occasion d’affronter son ancienne équipe, les Remparts de Québec, au cours des prochaines heures.

Un week-end bien particulier attend Pierrick Dubé avec les Sags

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Les dates des 27 et 28 février étaient déjà bien encerclées sur le calendrier de l’attaquant des Saguenéens, Pierrick Dubé. C’est que celles-ci correspondent avec le passage en ville de son ancienne formation, les Remparts de Québec, face à qui la motivation ne sera pas difficile à trouver.

« J’attendais ça avec impatience. C’est toujours le fun de jouer contre ton ancienne équipe. Dès que j’ai su qu’on jouait contre Québec, c’était certain que j’allais m’en rappeler et me préparer pour ces deux dates-là. Ça va être excitant, j’ai hâte ! », lance-t-il au bout du fil.

La poussière est retombée depuis la transaction qui l’a amené de l’autre côté du parc des Laurentides, le 25 janvier dernier. Quatre matchs plus tard, dans son nouvel uniforme bleuté, au cours desquels il a ajouté tout autant de points à son compteur, le principal intéressé dit se sentir à Chicoutimi comme s’il y avait toujours été. Cela ne l’empêche pas de se rappeler d’où il vient, ses amis étant nombreux dans le vestiaire adverse. Sur la glace toutefois, il n’y en aura aucun.

« C’est spécial. J’ai gardé contact avec une couple de gars là-bas, on se parle quand même souvent. Ça va être le fun de jouer contre eux pour une fois. C’est sûr que même si ce sont mes chums, il n’y aura pas de cadeaux sur la glace et je vais vouloir encore plus les battre justement », explique celui qui était le meilleur marqueur des Remparts avant son départ.

En attendant que la rondelle ne soit déposée sur la glace du Centre Georges-Vézina, samedi, et que la franche camaraderie ne soit suspendue, le temps de deux rencontres, Pierrick Dubé a échangé quelques messages textes avec certains de ses anciens coéquipiers. À leurs côtés, il a disputé plusieurs batailles, à Québec.

Notamment Théo Rochette, qui a fait le chemin inverse l’an dernier, étant échangé à la formation de Patrick Roy, après un peu plus d’une saison à Chicoutimi. « J’ai parlé avec (Thomas) Caron aussi. Les plus vieux avec qui je m’entendais et me tenais un peu plus. C’est sûr que ça va être le fun de se retrouver sur la glace. »

Une adaptation facile

L’ailier droit de 20 ans dit se plaire avec ses nouveaux coéquipiers, à commencer par Dawson Mercer et Hendrix Lapierre, avec qui la chimie s’est drôlement fait sentir dans la plus récente bulle, à Québec.

« On se complète bien les trois. Même en powerplay, j’ai du temps de glace en masse, mon adaptation avec les gars a vraiment bien été. Honnêtement, je n’ai quasiment pas eu d’adaptation, je suis arrivé et c’est comme si j’étais déjà avec les gars. Ç’a vraiment bien été à ce niveau-là, alors après c’est sûr que ça aide beaucoup sur la glace à trouver une chimie. Je n’aurais pas pu demander mieux. »

La chimie dont il parle pourra enfin se cristalliser dans les prochains jours, alors que la troupe de Yanick Jean disputera six matchs en neuf jours à compter de samedi, ce qu’elle n’avait pu faire depuis longtemps.

Toutes les planètes semblent donc alignées pour Pierrick Dubé, dans une équipe qu’il dit bien balancée, et dont les ambitions sont à la hauteur des siennes. Quelle serait la possible cerise sur ce sundae ?

« Si moi-même je peux en scorer deux ou trois (cette fin de semaine), ce serait toujours un plus. »