Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
De par leur travail discret mais efficace, les préposés à l’équipement des Saguenéens, Sylvain Girard et Denis Tremblay, ont grandement contribué au succès de la bulle au Centre Georges-Vézina. Ils veillent à ce que les équipements de chaque équipe soient bien lavés, désinfectés et prêts à temps.
De par leur travail discret mais efficace, les préposés à l’équipement des Saguenéens, Sylvain Girard et Denis Tremblay, ont grandement contribué au succès de la bulle au Centre Georges-Vézina. Ils veillent à ce que les équipements de chaque équipe soient bien lavés, désinfectés et prêts à temps.

Succès de la bulle au Centre Vézina : chacun a fait les petits détails

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le rideau vient de tomber sur la troisième bulle tenue au Centre Georges-Vézina et au grand plaisir des Saguenéens de Chicoutimi, tous les matchs prévus ont pu être disputés sans problème et tout a fonctionné rondement.

On se rappellera que le deuxième événement en environnement protégé, tenu à la fin janvier, avait pris fin abruptement avec la détection de cas positifs à la COVID chez les Tigres de Victoriaville. Cette fois-ci, tout s’est bien passé sans qu’il y ait nécessairement de mesures additionnelles prises, si ce n’est que chacune des parties impliquées a fait encore plus attention aux petits détails, ce qui a contribué au succès.

« On est contents d’avoir pu atteindre le maximum des 12 matchs (à l’horaire) et c’est sûr que ce sont les jeunes qui en profitent. On est vraiment fiers de cela », souligne d’entrée de jeu Serge Proulx, directeur des opérations chez les Saguenéens de Chicoutimi. Car le but de ces bulles est évidemment de permettre aux jeunes joueurs de disputer des matchs au lieu d’être seulement limités à des entraînements.

Autre source de satisfaction pour les hôtes, les équipes de Baie-Comeau, Québec et Shawinigan, qui ont séjourné dans la bulle saguenéenne en plus des locaux, ont toutes eu des propos élogieux à l’égard de l’organisation et ses partenaires. « Depuis samedi, les équipes qui nous ont visités nous ont donné plusieurs commentaires élogieux. Ici, on est privilégiés d’avoir cette bulle. On a vraiment les installations requises pour accueillir une bulle de quatre équipes et faire un 12 matchs en 10 jours à raison de deux matchs par jour. C’est bien structuré et les équipes sont bien. C’est le fun et on est vraiment fiers de voir ça », ajoute M. Proulx.

Piliers dans l’ombre

Le porte-parole des Saguenéens a aussi profité de l’occasion pour souligner le travail important du personnel de soutien de l’équipe qui s’assure de bien faire tout ce qu’il peut pour éviter tout risque de contamination. « Juste le lavage des chandails de toutes les équipes, c’est quand même gros, précise-t-il. Il y a les sous-vêtements, les chandails, les serviettes, etc. Ce sont Denis Tremblay et Sylvain Girard qui sont les responsables de ce service et ils ont fait un travail qui est vraiment extraordinaire. Ils ont été fabuleux et ils méritent beaucoup de reconnaissance de notre part. Ils travaillent dans l’ombre, mais ils nous sont indispensables. Ils ont été hyper efficaces. Vraiment, on est choyés de les avoir ! »

« D’ailleurs, ce qui est remarquable, c’est que tous les employés veulent que ça fonctionne et ils font les petits détails qui font toute la différence », insiste le directeur des opérations.

Actionnaire associé de l’hôtel Le Montagnais, Jean-Benoit Gilbert a apprécié l’excellente communication entre l’organisation des Sags, les équipes, la LHJMQ et les hôteliers pour assurer un séjour respectueux des règles sanitaires qui permet de fournir un environnement sécuritaire pour tous.

Une autre bulle ?

Si la Ligue de hockey junior majeur du Québec tient d’autres événements en environnements protégés en avril, les Saguenéens seront assurément sur les rangs pour en accueillir un à nouveau. « La Ligue étudie la situation et si elle décide de faire une autre bulle au début avril, c’est sûr que nous allons soumissionner. Nous, on veut en avoir le plus possible pour nos partenaires et les retombées économiques. C’est vraiment pertinent et un gros plus pour notre organisation et nos partenaires. »

Belle logistique

Les hôteliers associés aux Saguenéens pour loger toutes les équipes, incluant celle des Sags, font aussi partie du succès de ces rendez-vous. « Il faut que tout soit fait dans le respect des règles sanitaires. La désinfection et la coordination sont rigoureuses et assez intenses. Chapeau aux deux hôtels (Le Montagnais et le Delta cette fois-ci) qui sont vraiment à l’écoute de ce que notre organisation et nos équipes avaient besoin. Ils ont été remarquables ! »

Actionnaire associé de l’hôtel Le Montagnais, Jean-Benoit Gilbert confirme que tous les intervenants prêtent attention aux détails pour assurer à la fois la sécurité des équipes, mais aussi de son personnel. « Tout s’est très bien déroulé. En plus, nous avions l’expertise de la bulle précédente. Les joueurs sont tous installés à un étage qui leur est strictement réservé. Même le personnel n’y a pas accès. Au niveau des repas, c’est la même chose. Ils mangent ensemble, mais il y a un protocole qui fait en sorte que le personnel est réduit au minimum », explique-t-il en entrevue téléphonique.

« Ils sont très professionnels et il y a un excellent travail d’équipe qui se fait entre les responsables des formations, ceux de la LHJMQ, des Saguenéens et nous pour sécuriser les bulles. J’ai trouvé que c’était très professionnel, ce qui fait que la bulle a été maintenue étanche et que ç’a bien été. »

Desservir tout ce beau monde commande tout de même beaucoup de rigueur. « Depuis la pandémie, toutes nos mesures sont strictes pour préserver la sécurité de notre personnel (et des visiteurs). C’est sûr que la LHJMQ avait des spécifications supplémentaires qu’on a pu mettre en place très facilement parce que la communication était excellente entre nous tous », convient-il.

« C’est un autre défi qu’on a su très bien relever, souligne fièrement M. Gilbert. Ce sont toujours de petits détails et si l’un ne se fait pas, c’est là qu’il y a un risque qui peut survenir. Donc, tout est vérifié et même doublement vérifié ! »

Et s’il y a une autre bulle au Centre Vézina en avril ? « On va les accueillir à bras ouverts, c’est certain ! »