Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Saguenéens rejoindront la prochaine série de «bulle» de la LHJMQ à Québec après leur quarantaine et pourront disputer deux rencontres face aux Huskies et aux Voltigeurs.
Les Saguenéens rejoindront la prochaine série de «bulle» de la LHJMQ à Québec après leur quarantaine et pourront disputer deux rencontres face aux Huskies et aux Voltigeurs.

Seulement deux rencontres pour les Sags dans la prochaine «bulle»

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après leur présente quarantaine, si tout se déroule comme prévu au cours des prochains jours, les Saguenéens de Chicoutimi pourront joindre le prochain environnement protégé de Québec, mais disputeront seulement deux rencontres.

En raison des quatre cas de COVID-19 au sein des Tigres de Victoriaville et l’isolement obligatoire de 14 jours pour les joueurs et le personnel des Sags après les deux affrontements entre les deux équipes en fin de semaine dernière, ce qui a mené à l’arrêt précipité de la « bulle » de Chicoutimi, les dirigeants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec ont apporté plusieurs modifications aux prochains environnements protégés qui auront lieu du 12 au 18 février.

Comme les Tigres ne pourront pas être de la partie, celui de Victoriaville a tout simplement été annulé, laissant donc seulement ceux de Shawinigan et Québec. Les trois autres équipes qui devaient aller à Victoriaville prendront plutôt le chemin de Québec où l’environnement protégé réunira donc sept équipes. Les Chicoutimiens devront d’abord compléter leur quarantaine avant de pouvoir rejoindre la bulle, si bien qu’ils ont deux matchs à l’horaire, le 17 face aux Huskies de Rouyn-Noranda et le lendemain face aux Voltigeurs de Drummondville. Ils devront également passer un autre test samedi et si tous les résultats reviennent ensuite négatifs en début de semaine prochaine, leur présence à Québec sera officiellement confirmée. « Il faut attendre les tests. On se croise les doigts pour que ça arrive comme ça », a souligné l’entraîneur-chef Yanick Jean en entrevue téléphonique après la publication du nouvel horaire par la LHJMQ. 

Pour une première fois cette saison, les Sags pourraient compter sur un alignement complet, notamment avec la présence du défenseur Artemi Kniazev et le nouveau venu Félix Lafrance, obtenu à la date limite des transactions en provenance des Eagles du Cap-Breton. « On a hâte que tout le monde se joigne à l’équipe et commencer à créer la chimie avec tout le groupe. On sent que ça s’approche. C’est sûr que c’est frustrant un peu. On pensait tenir un entraînement avec tout le monde mercredi prochain, mais ce ne sera pas le cas. On va faire preuve de patience encore un peu », a laissé tomber Yanick Jean, précisant que malgré la quarantaine et l’isolement, comme lors de la première occasion en octobre, les joueurs garderont la forme avec des entraînements virtuels. « On use d’imagination pour qu’ils puissent s’entraîner chaque jour », d’indiquer le pilote des Bleus. 

Kotkov de retour dans la LHJMQ

Échangé des Sags aux Sea Dogs de Saint-Jean lors du repêchage en juin en retour de choix de 3e et 10e ronde, l’attaquant russe Vladislav Kotkov est de retour dans la LHJMQ pour une dernière saison à l’âge de 20 ans. Signé comme agent libre par les Sharks de San Jose en 2018, Kotkov a passé les dernières semaines au camp du club-école de la Ligue américaine, le Barracuda de San Jose. Un peu comme dans le cas de son compatriote et défenseur des Sags Artemi Kniazev, les dirigeants des Sea Dogs ont travaillé de concert avec ceux des Sharks pour lui permettre de respecter les règles gouvernementales pour sa venue au Nouveau-Brunswick. Avant de rejoindre ses nouveaux coéquipiers à l’entraînement, Kotkov devra effectuer une quarantaine de deux semaines. Tout comme le Titan d’Acadie-Bathurst et les Wildcats de Moncton, les Sea Dogs n’ont pas joué depuis la mi-novembre. Les autorités du Nouveau-Brunswick ont interdit depuis plusieurs semaines les sports d’équipe, mais les trois équipes peuvent tout de même poursuivre les entraînements.