L’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, espérait pouvoir affronter les Tigres en fin de semaine.
L’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, espérait pouvoir affronter les Tigres en fin de semaine.

Pas de matchs pour les Sags en fin de semaine

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Après une pause de deux semaines, les six équipes québécoises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec en zone orange ont de nouveau la permission de disputer des matchs. Quatre seront en action en fin de semaine, sauf les Saguenéens de Chicoutimi, faute d’adversaire, ainsi que le Phoenix de Sherbrooke, qui a dû composer récemment avec une éclosion de COVID-19. 

Dans la division Ouest, les rivaux de l’Abitibi, les Foreurs de Val-d’Or et les Huskies de Rouyn-Noranda croiseront le fer dans un programme double. Le Drakkar de Baie-Comeau et l’Océanic feront de même dans la division Est, ce qui laissait donc les Sags dans une impasse. 

Il restait un dernier espoir pour la formation chicoutimienne. Les dirigeants de la LHJMQ ont effectué des démarches cette semaine auprès de la Santé publique afin de permettre aux équipes en zone rouge de recommencer à jouer, ce qui leur aurait permis d’affronter deux fois les Tigres de Victoriaville en fin de semaine. Tous les joueurs des Tigres ont été testés mercredi et les résultats sont tous revenus négatifs. Une réunion a eu lieu jeudi après-midi entre la LHJMQ et la Santé publique, mais la réponse est par la suite tombée et les équipes en zone rouge devaient demeurer inactives et pouvaient seulement continuer à s’entraîner, sans plus.

«Cependant, les officiers de la Santé publique ont démontré de l’ouverture quant à un potentiel projet de bulle pour les équipes situées en zone rouge. Le circuit va explorer différents scénarios avec l’organisme étatique au cours des prochains jours et va travailler à trouver des solutions afin que ces équipes puissent revenir au jeu le plus rapidement possible», d’indiquer le directeur des communications de la LHJMQ, Maxime Blouin, dans un communiqué.  

À LIRE AUSSI: LHJMQ: projet de bulle pour les six équipes en zone rouge

Avec la zone rouge qui pend plus que jamais au-dessus du Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est donc une double déception pour les Saguenéens. «Ce qui est décevant, c’est qu’on aurait pu jouer des matchs dans ces deux semaines-là pendant qu’on était orange. Ça ajoute encore des semaines sans jouer», commente l’entraîneur-chef Yanick Jean, qui adressera la situation avec ses troupiers avant l’entraînement de vendredi.  

«Des fois, j’ai l’impression que je parle dans le vide et qu’ils ne me prendront plus au sérieux», avance-t-il mi-blagueur, mi-sérieux à propos des nombreuses déceptions des dernières semaines.