Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Sags ne pourront participer à la prochaine bulle, prévue du 12 au 18 février à Québec.
Les Sags ne pourront participer à la prochaine bulle, prévue du 12 au 18 février à Québec.

Les Sags retournent en quarantaine, la bulle de la LHJMQ prend fin

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après leurs deux rencontres de la fin de semaine dernière face aux Tigres de Victoriaville, les Saguenéens de Chicoutimi se retrouvent de nouveau en quarantaine pour une période de 14 jours. En raison de l’éclosion chez les Tigres, l’environnement protégé de Chicoutimi se termine également plus tôt que prévu, mercredi soir au lieu de dimanche, avec une dernière rencontre mettant aux prises les Foreurs de Val-d’Or et les Olympiques de Gatineau.

Un premier cas de COVID-19 avait été annoncé au sein de l’organisation des Bois-Francs, mardi. Le joueur en question avait été testé une première fois avant le départ de l’équipe vers Chicoutimi avec un résultat négatif. Une fois à Chicoutimi, samedi, il a passé un deuxième test qui est revenu positif en début de semaine, ce qui a été confirmé par une deuxième expertise. 

D’autres tests ont été effectués par la suite, ce qui a fait grimper le total à quatre cas mercredi. Même si les tests n’ont pas révélé de cas chez les Sags jusqu’à présent, les joueurs et les membres du personnel se retrouvent tout de même en quarantaine préventive pour une période de 14 jours. Ces décisions ont été prises à la suite d’une réunion avec les dirigeants de la LHJMQ et de la Santé publique. «Je suis déçu pour nos joueurs. Quand ça vient de toi, tu te dis que tu aurais peut-être pu faire telle ou telle affaire différemment. On se sent un peu impuissants», a laissé tomber l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean, estimant que le maximum a été fait dans le protocole sanitaire. 

Même si la bulle avait lieu à Chicoutimi, les Sags se trouvaient tout de même à l’hôtel comme les trois autres équipes présentes. En plus de disputer seulement deux des six matchs prévus dans l’environnement protégé de Chicoutimi, la situation met en doute la participation des Sags dans la prochaine «bulle», prévue à Québec du 12 au 18 février. Ils n’ont disputé que 15 rencontres depuis le début de la saison en octobre, amassant 20 points. «On va le gérer au jour le jour et à la pièce avec les directives de la Santé publique, a noté le pilote des Bleus, à propos des deux prochaines semaines. Est-ce qu’on va avoir des cas positifs? Je ne peux pas donner de date. Pour l’instant, on est en quarantaine 14 jours.»

C’est la deuxième fois cette saison que les Chicoutimiens se retrouvent en quarantaine. Ils avaient dû s’isoler une première fois à la fin octobre, après un cas au sein d’un membre du personnel. L’attaquant Hendrix Lapierre est même rendu un spécialiste. Avec la première quarantaine des Sags, suivie d’une autre au camp d’Équipe Canada junior et ensuite après sa participation au camp des Capitals en début d’année, il a déjà passé près de 50 jours en isolement. 



« Chaque situation qui arrive nous amène un défi. On le fait en équipe, on s’assoit et on regarde pour trouver les manières pour le relever. »
Serge Proulx, directeur des opérations

D’autres candidatures

La situation actuelle ne refroidit pas les ardeurs des dirigeants des Sags qui tenteront de nouveau d’accueillir des environnements protégés de la LHJMQ à compter de la fin février. «La pandémie amène des risques. On est quand même privilégiés de pouvoir tenir des bulles. Celle-là regroupait quand même quatre des meilleures équipes de la ligue et c’était excitant, on avait vu du très bon hockey jusqu’à maintenant. Devoir cesser pour cette raison, ce n’est pas une bonne nouvelle, mais en même temps, ça fait partie du risque. On gère ça pour s’assurer que les jeunes soient en sécurité et encore une fois, ç'a été bien fait», d’assurer le directeur des opérations des Sags, Serge Proulx, estimant que les événements des derniers jours ont démontré que le protocole fonctionnait. Il rappelle du même souffle qu’il s’agit des premiers cas à être détectés dans les environnements protégés depuis la mise en place de cette façon de faire pour les 12 équipes du Québec en novembre. 

Les membres de l’organisation chicoutimienne feront parvenir leur candidature pour les prochaines bulles à être déterminées, celles du 27 au 7 mars regroupant quatre équipes pour six rencontres et les suivantes du 18 au 25 mars, dans lesquelles trois équipes disputeront quatre matchs.

«Chaque situation qui arrive nous amène un défi. On le fait en équipe, on s’assoit et on regarde pour trouver les manières pour le relever. On le fait depuis le début de la pandémie, ce n’est pas ça qui va nous arrêter, ça s’est sûr», de faire valoir Serge Proulx.

Après leurs deux rencontres de la fin de semaine dernière face aux Tigres de Victoriaville, aux prises avec une éclosion de COVID-19, les Saguenéens doivent se plier à une quarantaine préventive de 14 jours.