Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En plus de l’efficacité des unités spéciales, tous les joueurs des Saguenéens ont mis l’épaule à la roue pour savourer une victoire de 7-2 face au Drakkar de Baie-Comeau, mardi, au Centre Georges-Vézina.
En plus de l’efficacité des unités spéciales, tous les joueurs des Saguenéens ont mis l’épaule à la roue pour savourer une victoire de 7-2 face au Drakkar de Baie-Comeau, mardi, au Centre Georges-Vézina.

L’attaque des Saguenéens torpille le Drakkar 7-2  [PHOTOS]

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Malgré des turbulences en deuxième période, l’offensive des Saguenéens de Chicoutimi, combinée à une belle prestation du jeune gardien Sergei Litvinov, a mené vers une victoire convaincante de 7 à 2 aux dépens du Drakkar de Baie-Comeau, mardi, au Centre Georges-Vézina. Les unités spéciales ont été particulièrement à l’honneur, avec trois buts sur des jeux de puissance et un en désavantage numérique.

Au cours de leurs quatre derniers matchs, tous victorieux, les Saguenéens ont cumulé 24 buts et n’en ont consenti que cinq. Si le retour des Mercer, Lapierre, Kniazev et l’ajout de Kaslik, Lafrance et Dubé ont évidemment fait une grosse différence dans la force de frappe, toute l’équipe a aussi mis l’épaule à la roue, a souligné Yanick Jean.

« On générait beaucoup de chances de marquer, mais on avait de la misère à mettre la rondelle dans le fond du filet. On a continué à cogner sur le clou depuis la première bulle à Québec, en novembre, pour générer de l’offensive sans tricher, sans avoir à concéder des choses défensivement », a indiqué l’entraîneur-chef, satisfait du travail de ses troupes, notamment des unités spéciales.

Opportunistes

Très dominants dans la zone adverse lors des deux premiers matchs du week-end dans l’environnement protégé, mardi, les Saguenéens ont été davantage maintenus dans leur zone en première. Ce qui ne les a pas empêchés de prendre les devants 2-0 après le premier vingt, en marquant deux fois sur autant d’avantages numériques. Le trio de Lapierre-Mercer-Dubé a été efficace, alors qu’avec moins de trois minutes écoulées au cadran, Dubé a encore une fois noirci la feuille de pointage, pendant qu’à l’autre bout, Litvinov a multiplié les arrêts face à Baie-Comeau qui bourdonnait autour de son filet.

Puis, avec quelques secondes à écouler au premier vingt, Artemi Kniazev a décoché un tir bas de la ligne bleue et la rondelle s’est faufilée jusque derrière le gardien Lucas Fitzpatrick pour son premier but de la saison.

La deuxième période a été plus houleuse et l’indiscipline aurait pu être plus coûteuse pour la troupe de Yanick Jean si les joueurs n’avaient pas resserré les rangs, n’hésitant pas à se sacrifier pour bloquer des tirs. Le Drakkar a d’ailleurs profité d’un jeu de puissance dès le début de la médiane pour réduire l’écart à 2-1, le Letton Raivis Ansons ayant repéré Nathaël Roy oublié à la droite de Litvinov. Mais, moins d’une minute plus tard, Michael Pellerin a redonné une avance de deux buts d’un tir de la pointe.

Toutefois, les choses se sont gâtées à mi-chemin de la rencontre quand, pendant que les Sags jouaient déjà à court d’un homme, Loris Rafanomezantsoa s’est vu décerné un cinq minutes pour coup à la tête à l’endroit de Julien Hébert, en plus d’être chassé pour le reste de la rencontre. Une pénalité qui a soulevé la colère de l’entraîneur Yanick Jean, lui qui a perdu les services de Kaslik (commotion), dimanche, sur une mise en échec d’Édouard Cournoyer beaucoup plus brutale que celle de « Rafa ».

« On vient d’avoir une suspension de deux matchs à Cournoyer pour un deux minutes lors de la dernière rencontre. Le même juge de ligne a donné un cinq minutes à un joueur qui s’est penché d’à peu près deux pieds pour donner une mise en échec. J’ai de la misère à penser que Rafa pouvait se pencher comme ça et toucher le joueur à la tête. Mais encore une fois, on va laisser les gens responsables prendre des décisions », a-t-il expliqué en point de presse virtuel, avant d’ajouter que Hébert avait été de retour au jeu rapidement. « Ils ont marqué 15 secondes plus tard et il est revenu sur le jeu tout de suite. Kaslik est encore à l’infirmerie pour un bout de temps. »

Le but d’Hendrix Lapierre en désavantage numérique, pour porter le pointage à 4-2, a donné des ailes aux Saguenéens qui ont filé vers une victoire de 7-2. En troisième, Tristan Pelletier a conforté l’avance des siens à 6-2 avec l’aide de William Dumont et Xavier Labrecque.

De fait, le Drakkar a tiré profit de ce 5 contre 3 pour réduire l’écart à 3-2 par l’entremise de Xavier Fortin. Toutefois, le vent a tourné lorsqu’en dépit d’un désavantage numérique, Hendrix Lapierre s’est emparé de la rondelle sur une passe ratée du Drakkar dans sa propre zone pour marquer sur un beau tir entre les jambières. Ce but a redonné des ailes aux Saguenéens, qui n’ont, par la suite, jamais regardé en arrière grâce à une belle contribution de toute l’équipe.

Avec moins de quatre minutes en deuxième, Félix Lafrance a marqué sur un beau pivot dans l’enclave, bien servi par Mercer et Kniazev. Puis, en troisième, Tristan Pelletier a conforté l’avance des siens à 6-2 avec l’aide de William Dumont et Xavier Labrecque et Louis Crevier enfonçait un dernier clou au cercueil sur des passes de Samuel Houde et Christopher Farmer. Pour Litvinov, il s’agissait d’une deuxième victoire en quatre départs.

Tant Yanick Jean que Hendrix Lapierre ont souligné le travail collectif comme clé du succès du jour. « C’est sûr que ç’a été un jeu important, mais je pense qu’il y en a eu beaucoup d’autres et je pense que c’est pour ça qu’on a gagné aujourd’hui. Tout le monde y a mis du sien et ç’a fait qu’on a pu sortir de là avec la victoire », a indiqué Lapierre concernant l’impact de son but en désavantage numérique.

Après avoir inscrit son premier but, dimanche, dans l’uniforme des Sags, Félix Lafrance a de nouveau marqué, mardi, en plus de se distinguer dans le jeu défensif.

Succès collectif

« On s’est mis un peu dans le pétrin et on a vu des joueurs se sacrifier pour l’équipe », a confirmé Yanick Jean, qui en a profité pour souligner le travail de Félix Lafrance.

« Ça fait deux parties consécutives qu’il bloque des lancers importants pour nous. Tu vois qu’il est en train de prendre son erre d’aller. Il a marqué à son dernier match, il a bloqué des tirs, a joué en désavantage numérique. Il est en train d’aller chercher la “game shape”. C’est seulement son cinquième match avec nous après son dernier à la mi-novembre (avec Cap-Breton). C’est un joueur avec du leadership qui va amener notre équipe à faire encore plus de détails. »

Le pilote des Bleus a aussi salué le travail de son jeune cerbère, n’hésitant pas à affirmer qu’il est « l’un des meilleurs gardiens de but de 17 ans dans la ligue. »

« Chapeau à notre gardien de but, même si ça faisait un bout de temps qu’il n’avait pas gardé les buts. C’est bon de le voir nous amener une performance comme ça. Mais personne n’est surpris, car toutes les fois qu’on a fait appel à lui depuis le premier jour du camp d’entraînement, il a bien réagi. Il est dédié à la cause, c’est une bête d’entraînement dans le gym et il a un désir de s’améliorer qui est incroyable ! »

EN BREF

Lapierre (1 but, 2 passes), Mercer (3 passes) et Litvinov (28 arrêts sur 30 lancers) ont été, dans l’ordre, les trois étoiles de la rencontre...

À l’instar des médias, les dépisteurs étaient autorisés à être de retour au Centre Georges-Vézina. Quelques-uns ont répondu à l’invitation, cahiers de notes bien en main...