Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nouvel attaquant des Sags, Félix Lafrance, a terminé sa quarantaine et peut maintenant s’entraîner au Centre Georges-Vézina. Ses nouveaux coéquipiers pourront se joindre à lui dimanche.
Le nouvel attaquant des Sags, Félix Lafrance, a terminé sa quarantaine et peut maintenant s’entraîner au Centre Georges-Vézina. Ses nouveaux coéquipiers pourront se joindre à lui dimanche.

Félix Lafrance: un atout sur 200 pieds pour les Sags

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le nouveau venu chez les Saguenéens de Chicoutimi, Félix Lafrance, n’a pas encore disputé d’entraînement complet avec sa nouvelle équipe, mais la description qu’il fait de son jeu serait une musique aux oreilles de n’importe quel entraîneur. S’il adore contribuer offensivement, l’attaquant de 19 ans dit tout autant « détester » être sur la glace lorsque l’adversaire vient à marquer.

À sa sortie d’un deuxième entraînement en autant de jours au Centre Georges-Vézina, cette fois-ci en compagnie d’Artemi Kniazev notamment, Félix Lafrance ne pouvait encore dire précisément quel rôle l’attend à Chicoutimi. N’empêche, le nouveau numéro 71 chez les Bleus sait très bien ce qu’il peut apporter sur la glace.

« Je me considère comme un joueur qui est capable de jouer sur 200 pieds. Me faire marquer un but quand je suis sur la glace, je déteste ça. Je prends toujours soin de ma zone avant d’attaquer. Je suis un joueur offensif, mais au Cap-Breton, je jouais en désavantage numérique. Moi, finir un match à -1, je n’aime vraiment pas ça. »

Le jeune homme a d’ailleurs des chiffres à l’appui. En 15 matchs au Cap-Breton jusqu’ici cette saison, il avait amassé un total de 19 points, dont 10 buts. Le tout en maintenant un différentiel de -6, une statistique respectable au sein d’une équipe qui joue sous la barre des .500, et où certains joueurs affichent des différentiels aussi frisquets que -13, -15 ou -16.

Ses chiffres étaient tout aussi impressionnants lors de la campagne précédente, avec 45 points en 63 matchs et un différentiel de +39, alors que les Eagles avaient eux aussi de grandes ambitions, avant que la COVID-19 ne vienne contrecarrer leurs plans. Malgré le petit pincement au coeur dont s’accompagne toujours un changement de vestiaire, Lafrance se dit heureux de revenir dans une organisation qui aspire aux grands honneurs.

« Quand tu passes deux ans et demi dans une équipe, c’est toujours spécial. J’ai de beaux souvenirs au Cap-Breton, l’an passé on aurait pu faire un bout de chemin. C’est comme ici, on s’est fait enlever les playoffs, souligne-t-il. [...] C’est un nouveau défi. Quand tu es plus vieux, tu veux toujours gagner et je ne pense pas que c’est au Cap-Breton que j’aurais gagné cette année. Donc je suis vraiment content d’être ici, on a vraiment une bonne équipe. Je pense qu’on a beaucoup de chances de gagner. »

Il croit également que le style de jeu pratiqué au Québec, davantage axé sur « les habiletés et le patin », pourrait lui être encore plus profitable que celui des Maritimes, où « ça joue un peu plus rough ».

L’ailier droit, qui vient d’achever une troisième quarantaine en quelques mois, se dit impatient de jouer un premier match depuis le mois de novembre et de voir l’ensemble de ses nouveaux coéquipiers le retrouver sur la glace.

Coéquipiers avec qui il se voit accomplir de grandes choses.

« Sur le plan collectif, j’espère qu’on va finir premier de notre division et sur le plan personnel, ce serait de continuer ce que j’avais commencé au Cap-Breton. [...] L’année passée, ils (les Sags) avaient une bonne équipe et il reste beaucoup de vétérans qui étaient là. Ils savent comment gagner et moi, je vais juste essayer de les aider à se rendre le plus loin possible. »

Félix Lafrance pourrait disputer un premier entraînement complet avec les Sags dimanche, alors que le reste de l’équipe achèvera sa quarantaine.