Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Bonne nouvelle pour les Saguenéens de Chicoutimi qui s’étaient retrouvés en quarantaine forcée après que quatre cas positifs à la COVID se soient déclarés chez les Tigres de Victoriaville. Tous les tests des Chicoutimiens se sont avérés négatifs. Ils reprendront l’entraînement en fin de semaine en vue de prendre part à la bulle de Québec au Centre Vidéotron.
Bonne nouvelle pour les Saguenéens de Chicoutimi qui s’étaient retrouvés en quarantaine forcée après que quatre cas positifs à la COVID se soient déclarés chez les Tigres de Victoriaville. Tous les tests des Chicoutimiens se sont avérés négatifs. Ils reprendront l’entraînement en fin de semaine en vue de prendre part à la bulle de Québec au Centre Vidéotron.

Des tests de COVID-19 négatifs et du renfort pour les Saguenéens [VIDÉO]

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
En quarantaine bien malgré eux depuis le 2 février, les Saguenéens de Chicoutimi avaient au moins de bonnes nouvelles à partager lundi. Les résultats des tests des 31 joueurs et membres du personnel en isolement sont tous revenus négatifs. Et ici, on ne parle pas seulement d’un test, mais de trois pris à intervalles réguliers. L’organisation croise évidemment les doigts pour que l’absence de cas positifs se poursuive pour un bon moment.

En point de presse virtuel, l’entraîneur-chef Yanick Jean indiqué que les plus récents tests effectués samedi et dimanche se sont tous révélés négatifs. «C’est une très, très bonne nouvelle. Les 31 personnes qui pouvaient développer le virus ont été testées lors du week-end. Par mesure préventive, nous les avions toutes gardées à l’hôtel pour ne pas risquer de contaminer les familles de pension et les familles des membres du personnel également», a-t-il précisé d’entrée de jeu. Les Sags ont passé des tests le 30 janvier, puis le 2 février, ainsi que les 6 et 7 février.

Les résultats des tests de la fin de semaine étant négatifs, les joueurs ont donc pu retourner dans leur famille de pension pour terminer leur quarantaine, laquelle prendra fin le week-end prochain. Évidemment, le pilote des Bleus se croise les doigts pour que les résultats continuent d’être négatifs afin que l’équipe soit en mesure de partir mardi prochain (16 février) pour la bulle du Centre Vidéotron à Québec. Si tout va bien, les Sags doivent affronter les Huskies de Rouyn-Noranda le mercredi 17, et les Voltigeurs de Drummondville le lendemain.

D’ici là, il espère que ses troupes pourront reprendre l’entraînement en fin de semaine, probablement dimanche. L’important, c’était de s’assurer que tout le monde était en santé, insiste Yanick Jean.

Bien sûr, les circonstances ne seront pas idéales avant de disputer un match, mais si le passé est garant de l’avenir, l’équipe devrait être en mesure de retrouver ses repères assez rapidement.

«Si on se réfère à la dernière fois que ça nous est arrivé avant la bulle de Québec (en novembre), on avait eu seulement deux pratiques, a-t-il rappelé. On s’attend à en avoir deux, possiblement trois. Mais ce sera à peu près le même cheminement qu’on avait eu à la fin de notre quarantaine (en novembre).»

De plus, les Sags pourront compter sur du renfort, avec la fin de la quarantaine de la nouvelle acquisition, Félix Lafrance mardi, et de celles du pilier défensif Artemi Kniazev et de l’attaquant Harrison Caines à compter de mercredi. Le trio pourra donc se mettre à l’entraînement dès mercredi, en attendant de retrouver leurs coéquipiers durant la fin de semaine.

Dur pour le moral

Se retrouver en quarantaine par mesure préventive a été difficile pour le moral des troupes. «C’est certain que mentalement, c’est difficile, reconnaît Yanick Jean. Ils n’avaient pas de pouvoir sur ce qui est arrivé et quand on n’a pas de contrôle sur une situation, c’est toujours plus difficile. Si c’était venu de l’intérieur, on n’aurait pas eu le choix, on le vivrait, mais là, c’était une situation différente. Ce n’était pas de leur faute, mais on a à le subir quand même. Oui, c’est plus difficile que la première fois pour le moral.»

Le personnel hockey se démène d’ailleurs pour apporter des modifications au suivi quotidien, justement pour maintenir l’intérêt des troupes. Cela dit, l’organisation des Saguenéens ne pouvait expliquer comment un cas infecté ait pu se faufiler chez les Tigres de Victoriaville malgré toutes les précautions prises. La réponse appartient aux Tigres et à la LHJMQ, mais pour leur part, les Saguenéens ont fait ce qu’ils avaient à faire en termes de mesures pour protéger leurs joueurs et la bulle dès qu’ils ont été informés de la situation. Pour Yanick Jean, le protocole sanitaire mis en place fonctionne, —il n’y a pas eu d’autres cas autre que les Tigres—, mais il est en amélioration constante.

Enfin, interrogé quant à l’écart du nombre de matchs joués par les différentes équipes de la ligue, Yanick Jean rappelle que cela faisait partie des risques du pari de tenir une saison malgré la pandémie.

«C’était clair en début de saison. On savait dans quoi on s’embarquait. Les classements vont être faits à partir du pourcentage de points (victoires/défaites à la fin de la saison), donc c’est difficile d’arriver à ce que tout le monde joue le même nombre de matchs. Ça fait partie du cheminement et on n’a pas le choix de vivre avec ça», admet-il.

«Peut-être aurons-nous l’occasion de jouer un peu plus de matchs dans les prochaines semaines. On l’espère, mais on le savait avant que ça commence. On espère juste être capable d’en jouer le plus possible d’ici la fin de la saison!»

+

POINTES DE PLUME 

Yanick Jean s’est dit très heureux de voir un autre de ses anciens protégés jouer dans la Ligue nationale. Dimanche, Philippe Maillet, 28 ans, a disputé son premier match dans la LNH dans l’uniforme des Capitals de Washington. Yanick Jean l’a dirigé lorsqu’il était à la barre des Tigres de Victoriaville. «J’en avais la chair de poule lorsque j’ai appris ça samedi!» Maillet et son ancien coéquipier des Tigres, Yanni Gourde, sont deux exemples de joueurs de caractère et de persévérance qui ont fait leur chemin sans avoir été repêchés, a souligné Yanick Jean qui n’a d’ailleurs pas manqué de féliciter son ancien protégé par texto...