Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Benjamin Corbeil a marqué un but assommoir avec quatre secondes à faire la première période pour donner une avance de 2-0 à l’Armada.
Benjamin Corbeil a marqué un but assommoir avec quatre secondes à faire la première période pour donner une avance de 2-0 à l’Armada.

Les Olympiques éliminés

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le mot d’ordre, c’était de ne jamais sonner la cloche.

Même en fâcheuse position, en retard 4-0 après deux périodes avec le dos au mur, personne n’était prêt à abandonner à Shawinigan lundi soir.

À la cinquième minute du dernier engagement, les Olympiques de Gatineau ont enfin pu déjouer le jeune Charles-Édward Gravel une première fois quand Alexei Prokopenko a profité de deux batailles gagnées derrière le filet par le revenant Kieran Craig et Samuel Savoie. Six secondes plus tard, Savoie réduisait l’écart de moitié en captant une belle passe de Mikaël Martel. Soudainement, il y avait de la vie.

Personne ne l’aurait cru après la première période où les Gatinois avaient été dominés 19-2 dans les tirs et 2-0 au pointage. Rémi Poirier avait limité les dégâts avec des arrêts à bout portant. Les Olympiques auraient pu rendre les armes dès ce moment. Contre une bonne équipe comme l’Armada, le défi s’annonçait colossal, mais ils ont cru à leurs chances de victoire.

Avec moins de trois minutes à jouer, tout est devenu possible quand Kieran Craig a porté la marque à 4-3 avec Rémi Poirier qui venait de rentrer au banc à la faveur d’un autre patineur.

Les Gatinois ont eu le meilleur 13-3 dans les tirs en troisième période. Ils n’ont jamais sonné la cloche, mais ils ont manqué de temps pour compléter leur remontée. L’Armada de Blainville-Boisbriand a poinçonné son billet vers les quarts de finale de la LHJMQ grâce à une victoire de 4-3. Ils ont ainsi remporté la série 3 à 1 et ils affronteront maintenant les Tigres de Victoriaville.

Même en deuxième période où l’Armada a accentué son avance à 4-0, l’entraîneur-chef Louis Robitaille trouvait que son équipe aurait mérité un meilleur sort. Elle venait d’avoir le dessus 16-11 dans les tirs, mais Charles-Édward Gravel était imperturbable devant son filet.

Il a volé des buts à Kieran Craig, Evgeny Kashnikov, Gabriel Jackson, Antonin Verreault et Pier-Olivier Roy. Quand ce dernier a réussi à le battre, le but a été annulé par une punition qui venait d’être appelée à Alexei Prokopenko.

«Leur gardien. Wow! Quand nous avons été plus efficaces pour mettre des rondelles au filet à partir de la deuxième, Gravel a dû arrêter six ou sept chances de marquer de qualité "A". Même en première, avec les lancers à 19-2, ce n’était pas un bon indicateur de l’allure du match. Rémi Poirier a été très solide. Il nous a gardés dans le match, mais nous avons eu des chances aussi. C’est juste que nos tirs ont manqué de précision», a expliqué l’entraîneur-chef Louis Robitaille.

Malgré les efforts des Olympiques, l’Armada avait pris les commandes du match sur un but en avantage numérique de Luke Henman et un but avec quatre secondes à faire à la première période de Benjamin Corbeil. Une pénalité pour avoir retardé le match a ouvert la porte à un autre but de Yaroslav Likhachev, puis Thomas Lacombe a enfoncé un clou dans le cercueil des Olympiques en portant la marque à 4-0 quelques secondes plus tard dans le deuxième vingt.

La traditionnelle poignée de main entre les deux équipes à la fin d’une série qui s’est terminée 3-1 en faveur de l’Armada sur les Olympiques.

Dans le coup jusqu’à la fin

À l’article de la mort, les Gatinois ont donné un dernier souffle en troisième période, mais leur tentative de remontée a pris fin quand Zach Dean a écopé d’une pénalité dans la dernière minute de jeu.

Dans le camp de l’Armada, l’entraîneur-chef Bruce Richardson pouvait mieux respirer.

«En troisième période, ils n’avaient plus rien à perdre avec un retard de quatre buts. Ils ont des gars qui travaillent et qui ont du talent. Nous savions qu’ils n’abandonneraient pas. Nous avons pourtant changé notre style de jeu en troisième période. Au lieu d’être les agresseurs, nous étions sur les talons. Pour nous, la clé ce soir, c’était la première période. Il fallait sortir en force. Elle nous a donné du momentum à cinq contre cinq et sur les unités spéciales.»

Chez les Olympiques, Louis Robitaille restait fier de son équipe malgré la déception.

«Toute la saison, nous n’avons eu rien de facile. Ce n’était pas le moment d’abandonner là, après deux périodes. J’ai aimé notre troisième. Nous avons eu des chances d’égaler la marque. C’est le genre de match qui va nous aider dans nos prochaines séries. Je suis tellement fier des gars. L’année a été difficile et je remercie la LHJMQ d’avoir permis à nos joueurs de tenir une saison.»

Les Olympiques devront donc attendre au moins à 2022 avant de remporter une première série éliminatoire depuis 2016. Cette année, l’Armada méritait largement de passer au tour suivant où elle se frottera aux Tigres de Victoriaville.