Le Soleil

L'ail du Québec, une denrée plutôt rare

Jean Soulard
Le Soleil
Le marché de l'ail pendant quelques années était, comme beaucoup de biens de consommation, sous contrôle chinois. Dix fois moins cher et dix fois moins bon, sans saveur, sans caractère et sans personnalité. C'est tout ce que l'on trouvait. Or, il n'y avait rien qui me faisait friser le poil sur les bras plus que de ne pas pouvoir trouver de l'ail de chez nous.