Le Soleil
Quinze mois d'application de la loi sur les soins de fin de vie ont-ils modifié l'opinion des gens opposés à une telle législation, craignant ses dérives?
Quinze mois d'application de la loi sur les soins de fin de vie ont-ils modifié l'opinion des gens opposés à une telle législation, craignant ses dérives?

Aide à mourir: le débat sans fin

Brigitte Breton
Brigitte Breton
Le Soleil
ÉDITORIAL / «Je n'étais pas prêt voilà trois ans, mais aujourd'hui, je suis prêt. Je prie le Bon Dieu pour qu'il vienne la chercher.» Ce passage de l'émouvant témoignage du député François Bonnardel, dont la mère de 80 ans souffre d'Alzheimer depuis 15 ans, illustre bien les difficultés que soulèveraient les demandes anticipées d'aide médicale à mourir de personnes atteintes de démence. Il faut néanmoins reprendre le débat même si la loi sur les soins de fin de vie est en vigueur depuis seulement 15 mois. Et ce, sans penser que c'est là que résident toutes les solutions au vieillissement de la population.