Pour un parent, faire garder son enfant est toujours stressant. Et c'est 20 fois pire quand c'est par un ou une inconnu (e)!

Une inconnue dans notre maison

CHRONIQUE / Quand on devient parents, on s’occupe de notre enfant jour et nuit.

Mais vient toujours un moment où il faut faire garder bébé... Déjà par les grands-parents ou de bons amis, c’est un peu stressant. On se demande si ça va bien se passer. On est au resto, mais c’est un peu dur de lâcher prise et d’abandonner les conversations sur bébé.

Entre deux bouchées, on appelle ou on texte. Mais bon, on a confiance, c’est la famille. On se dit qu’au pire bébé va brailler sa vie et qu’ils vont passer un mauvais quart d’heure. Rien de trop grave, mais on ne s’éternise pas non plus. On se doute bien que Papi et Mamie vont essayer de nous ménager en disant que tout va bien même si bébé s’époumone! Ils savent tellement qu’on a besoin de se changer les idées.

Mais le vrai test, le vrai stress, c’est quand il faut faire garder notre enfant pour la première fois par un inconnu. Une inconnue dans mon cas.

J’avoue que la situation était un peu particulière. J’avais besoin de quelqu’un pour garder pendant que je travaillais de soir. Loin donc des petites deux-trois heures le temps d’aller manger au resto! Les grands-parents aidaient déjà beaucoup, mais ne pouvaient pas tout faire quand même!

Alors je me suis mise à la recherche d’une nounou parmi mes amis. Rien. Puis les amis de mes amis. Rien. Et enfin les connaissances-un-peu-pas-mal-éloignées de mes amis. Rien.

Désespoir! J’ai donc dû me résoudre à embaucher une inconnue. Même avec des références, j’étais en panique. Quasi hystérique.

Je pensais à tout ce qui pouvait arriver de pire. Et il y a quelques histoires à donner froid dans le dos! Vous vous rappelez cette gardienne qui avait décidé de rentrer chez elle parce qu’elle était frustrée de ne pas avoir été payée avant le gardiennage? La mère revient de sa sortie vers minuit et trouve sa fille de 3 ans sur le divan, en train de jouer sur une tablette électronique! La gardienne envolée!

Dans le genre cauchemar de parents, c’est pas mal en haut de la liste!

En même temps, c’est normal de s’inquiéter. Si nos enfants, que l’on adore plus que tout, nous rendent parfois complètement fous, pourquoi est-ce qu’une personne qui n’a aucun lien affectif avec eux n’aurait pas le goût de les étriper quand ils n’écoutent rien?

Dans ma détresse, j’ai pensé à cet épisode de La Galère où Mimi envoie sa fille à la garderie avec un toutou dans lequel est cachée une caméra! Je me suis dit, quelle bonne idée!

Je suis allée acheter une caméra. Je sentais que je frisais l’excès, mais bon, si des gens ont des caméras pour protéger leurs bijoux et leurs télés, pourquoi je n’en aurais pas une pour protéger ce que j’ai de plus précieux?

J’étais tiraillée. Je voulais voir comment ça se passe. En même temps, je sentais bien que ce n’était pas sain et pas nécessairement respectueux pour la gardienne.

Finalement, j’ai fini par retourner la caméra. Ça n’a pas fonctionné avec cette gardienne. J’en ai trouvé une autre par la suite. Une inconnue aussi. Une immigrante, mère de famille, qui avait de la difficulté à se trouver un emploi ici.

Le feeling a été bon quand on s’est rencontrées avec les filles quelques jours avant le premier gardiennage. Tellement que ma plus jeune a demandé à aller dans ses bras. Elle a accoté sa petite tête sur son épaule. Enfin un bon signe.

J’ai arrêté de stresser. Peut-être parce que j’avais fini par me ressaisir. Sûrement aussi parce qu’elle avait réussi à me mettre en confiance.

Elle a gardé une fois par semaine pendant plus d’un an. Elle s’est occupée de mes amours comme si c’était ses enfants.

Une inconnue qui a fini par faire partie de la famille.