Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
Le gouvernement Legault pourra-t-il justifier le rapport entre le coût du tunnel Québec-Lévis et ses bénéfices?
Le gouvernement Legault pourra-t-il justifier le rapport entre le coût du tunnel Québec-Lévis et ses bénéfices?

Tunnel Québec-Lévis: combien ça vaut? Comparons

Article réservé aux abonnés
Après la conférence de presse à grand déploiement de la semaine dernière sur le projet de tunnel Québec-Lévis, lequel pourrait coûter 10 milliards de dollars (selon des évaluations préliminaires), le gouvernement Legault devra faire face à partir de ce mardi à un feu de questions, alors que l’Assemblée nationale reprendra ses travaux réguliers après une pause de quelques jours.

Les partis d’opposition, y compris les libéraux, qui ne sont pas contre le principe d’un troisième lien entre Québec et Lévis, pourront mener la charge avec des arguments de fond.

Le gouvernement pourra-t-il cette semaine justifier la pertinence de ce projet? Justifier le rapport entre son coût et ses bénéfices?

Le fait qu’il ne soit pas parvenu à le faire durant la conférence de presse de la semaine dernière en dit déjà certainement très long.

Comment croire, par ailleurs, que le coût du tunnel sera contenu dans le haut de l’estimation actuellement retenue? Qu’il n’explosera pas en cours de route?

Rappel : pour l’engagement caquiste concernant les maisons des aînés, la facture a explosé en moins de deux ans. Même pas la facture réelle. La facture prévue. Ça n’est donc peut-être même pas fini.

Et pourtant, on était moins dans l’inconnu avec un tel projet qu’on peut l’être pour la construction d’un tunnel dont des aspects majeurs sont inédits.

Des comparaisons

Comparaison n’est pas raison, bien sûr. Mais ne serait-ce que pour avoir une idée de ce que représentent 10 milliards de dollars, jetons un œil au dernier Plan québécois des infrastructures, celui couvrant les années 2021 à 2031. Il a été dévoilé en mars par le Conseil du trésor, l’autorité suprême de l’État québécois en ce qui a trait aux dépenses.

D’ici 2031, le gouvernement du Québec a prévu 355 millions de dollars pour le maintien, la restauration et la bonification des infrastructures du réseau des services de garde éducatifs à l’enfance; 2,6 milliards pour des logements sociaux et communautaires à travers tout le Québec; 731 millions pour des infrastructures sportives et 2 milliards $ pour des infrastructures en culture. Voilà qui équivaut à moins de 60 % du coût estimé du tunnel, si celui-ci ne dépasse pas les 10 milliards.

Poursuivons avec d’autres exemples et comparaisons. Situé sur le site de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, le super complexe hospitalier ultramoderne qui regroupera l’ensemble des activités cliniques, de recherche et d’enseignement de L’Hôtel-Dieu de Québec et celles de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus coûtera quelque 1,9 milliard $. Ce super hôpital sera de classe internationale.

Par ailleurs, près de 21 milliards de dollars d’investissements sont prévus au cours des 10 prochaines années pour remettre un peu plus en état et bonifier le parc scolaire québécois, soit à peine plus du double de ce qui est envisagé pour le tunnel Québec-Lévis; à peine plus du double pour le bénéfice de près d’un million d’élèves.

Ce parc scolaire compte 2307 écoles primaires, 468 écoles secondaires, 279 centres de formation professionnelle et de formation générale aux adultes et 890 immeubles administratifs (entre autres). Or, 56 % de ces infrastructures du ministère de l’Éducation sont en mauvais état ou en très mauvais état. 

Dernier exemple : selon les documents budgétaires du gouvernement québécois, il faudra compter un total de 1,4 milliard (dont 994 millions de Québec) pour la seule réfection du Tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine entre Montréal et Longueuil, un segment de circulation qui est quatre fois plus court que celui envisagé entre Québec et Lévis — lequel, lui, est à construire de A à Z, et à l’aide d’un tunnelier d'un diamètre inédit.

Le coût des choses par rapport à leur utilité n’est pas une question subsidiaire.