Pour happer une personne ou une chose au sens propre, il faut soit être plus gros qu’elle, soit arriver à très grande vitesse.

Il happa l’appât

CHRONIQUE / Depuis quelques années, les journalistes semblent avoir découvert le verbe «happer» en pensant que c’est un synonyme de «frapper», alors que, selon Le Robert, «happer» signifie «saisir, attraper brusquement et avec violence». Ainsi, on entend régulièrement aux bulletins de nouvelles qu’une personne a été happée par une auto quand elle a manifestement été frappée. J’ai l’impression qu’on utilise «happer» plutôt que «frapper» parce que ça fait plus recherché. Qu’en pensez-vous? (Michel Truchon, Québec)

J’ai répondu à une question semblable le 9 mai 2014. Effectivement, le verbe «happer» est tellement utilisé pour parler des accidents de la circulation que beaucoup de gens croient qu’il est un parfait synonyme de «heurter». On a fini par perdre de vue le sens premier: «Saisir, attraper brusquement et avec violence.»

«Happer» vient d’une onomatopée d’origine germanique, «happ», qui évoque le bruit de mâchoires qui se referment. En néerlandais, le verbe «happen» veut dire «mordre». Voilà pourquoi la définition première de «happer» est, selon le Trésor de la langue française, «attraper brusquement quelque chose d’un coup de mâchoire, de bec». Les loups, requins et autres prédateurs ont donc happé leurs proies bien avant que les voitures les imitent.

Le mot a fini par emprunter plusieurs significations plus ou moins figurées. On peut aujourd’hui happer quelqu’un qui tente de s’enfuir, happer son trousseau de clefs sur la table en partant précipitamment, être même happé par la beauté des paysages.

Mais pour happer une personne ou une chose au sens propre, il faut soit être plus gros qu’elle, soit arriver à très grande vitesse. Une voiture peut donc happer un piéton ou un cycliste, mais plus rarement une autre voiture. Par contre, ladite voiture peut très certainement être happée par un train.

On ne peut pas non plus utiliser le verbe «frapper», comme vous le suggérez. Il s’agit d’une impropriété. «Frapper» veut dire «donner un coup», ce qui n’est pas la même chose que «heurter, entrer en collision avec quelque chose».

«Les deux voitures se sont heurtées (et non «frappées») à grande vitesse.»

«Le piéton a été happé (ou «renversé») par une déneigeuse.»

Profitons-en pour dénoncer un anglicisme très courant ici : frapper un nœud. Il s’agit d’un calque de l’anglais «to hit a snag». Et un très mauvais calque, car en anglais, «nœud» se dit «knot», alors que «snag» désigne un chicot, c’est-à-dire la partie qui reste d’un tronc ou d’une branche cassés ou coupés.

En français, il faut plutôt dire «tomber sur un os».

Perles de la semaine

Quand Monsieur Caron présente sa carte d’accoutumance-maladie...

«J’ai été opéré d’une éclosion intestinale [occlusion].»

«J’ai consulté un gastro-entéropode.»

«Ma femme fait une dépression, elle boit du noir.»

«Je suis un régime sévère, je mène une vraie vie d’Aztèque [ascète].»

«J’aimerais faire changer mon stérilet. Si je suis ménopausée? Oui, depuis trois ans, pourquoi?»

Source : «C’est grave, docteur? : les plus belles perles entendues par votre médecin», Michel Guilbert, Éditions de l’Opportun, 2014.

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.