Richard Therrien
La première chose que Derek Aucoin aurait fait en arrivant sur le plateau de <em>Tout le monde en parle</em>, c'est de prendre Guy A. et Dany dans ses bras.
La première chose que Derek Aucoin aurait fait en arrivant sur le plateau de <em>Tout le monde en parle</em>, c'est de prendre Guy A. et Dany dans ses bras.

TLMEP: un autre crochet sur la Bucket List

CHRONIQUE / La première chose que Derek Aucoin aurait fait en arrivant sur le plateau de Tout le monde en parle, c'est de prendre Guy A. et Dany dans ses bras. Dimanche, les câlins étaient bien sûr impossibles, mais celui qui se définit lui-même comme un «Teddy Bear» avait mieux à nous donner: courage, persévérance et résilience.

Passer à Tout le monde en parle apparaissait sur sa «Bucket List» (liste de choses à faire avant de mourir). Eh bien, c'est coché; à défaut d'y être en personne, l'homme d'une gentillesse proverbiale a livré son entrevue par Skype. L'ancien joueur du baseball majeur converti en animateur de radio, à qui je décerne l'étoile du match, n'a jamais perdu le sourire ni ce positivisme qui le caractérise si bien. Il y a un an, le colosse a dû être transporté à l'hôpital à la suite d'étourdissements; sans le savoir, il venait de subir plusieurs petites crises d'épilepsie, résultats d'une tumeur au cerveau, incurable mais traitable. Presque un an plus tard, alors qu'il est soumis à un traitement expérimental, il parvient malgré tout à se dire «l'homme le plus chanceux sur la planète».

Son défi 30 jours consiste à téléphoner à deux personnes chaque jour, non pas pour lui emprunter de l'argent ou une tondeuse, mais pour lui dire merci. «Je garantis que ça change la vie des gens», affirme Derek Aucoin, qui nous a certainement offert le moment le plus émouvant de cette avant-dernière de la saison.

Le Dr Horacio Arruda admet avoir été heurté par la réaction sur les réseaux sociaux à sa fameuse danse. «J'ai appris ma leçon», promet le directeur de la Santé publique du Québec, avant d'ajouter: «Je sais comment Véronique Cloutier et Louis Morissette ont pu se sentir après un certain Bye Bye.» Il déplore que les prédictions de l'Institut national de santé publique pour Montréal soient sorties le 8 mai sans mise en contexte, créant un sentiment de panique dans la population. «La presse s'est emparée de la chose, les gens n'ont pas eu l'explication et ça a entraîné de l'inquiétude», analyse-t-il. Celui qui dit n'avoir aucune ambition politique, même s'il ne ferme pas la porte à tout jamais, dit entretenir une excellente relation avec le premier ministre. «Si on n'est pas d'accord, il tranchera, c'est lui l'élu», dit-il ajoutant n'avoir senti aucune pression politique. «Je suis comme je suis. Je vais demeurer un scientifique, qui n'aura pas nécessairement une langue de bois.» Dany avait cette carte pour le docteur: «Horacio, ignorez les constipés du bassin, la danse est un magnifique hommage à la vie.»

Vingt heures par semaine à la barre de Salut bonjour, Gino Chouinard avoue en avoir eu assez de la pandémie la semaine dernière. «Rapidement, je me suis ressaisi», dit-il, rappelant que l'émission est considérée par le gouvernement comme un service essentiel. Même si Salut bonjour commence une heure plus tard, il se lève à la même heure, en raison de la charge de travail, avec six à sept entrevues par jour, au lieu de trois ou quatre. «La survie n'est pas menacée, mais on a vraiment mangé une claque», dit-il au sujet de ses boutiques Chocolats Favoris, faisant référence aux loyers astronomiques. L'entreprise a tout de même su s'adapter en recourant aux ventes en ligne et à la livraison. Sentant qu'il éprouvait des regrets, il a dû justifier un tweet à propos de la danse du Dr Arruda, assis à deux mètres de lui. «Je me suis demandé si la vedettarisation de votre job ne vous avait pas tendu un piège», a admis l'animateur, avant de lui dire toute son admiration.

Une application sur notre téléphone pourrait très bientôt nous aider à prévenir la propagation de la COVID-19 et à calculer notre niveau de risque personnel. «Le processus de traçage manuel n'en viendra jamais à bout, ça va prendre la technologie», affirme la très convaincante Valérie Pisano, pdg du Mila, Institut québécois d'intelligence artificielle. «Ça peut faire peur et c'est normal», affirme le chercheur Yoshua Bengio au sujet du partage de nos données personnelles. Mais COVI, qui serait prête au début juin, respectera «les plus hauts standards de la protection de la vie privée». Ce n'est pas le seul projet sur les rangs, mais l'utilisation de plus d'une application pourrait créer de mauvaises interactions, juge le chercheur. «On a les moyens de changer le cours des choses, comme citoyens», croit Yoshua Bengio, élu à la Royal Society de Londres, tout comme Charles Darwin et Albert Einstein.

On n'a pour ainsi dire rien appris de l'entrevue avec la nouvelle cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, première femme et première personne noire à diriger ce parti. À Luc Ferrandez, qui l'a accusée d'être une politicienne de carrière faisant partie de l'étile libérale montréalaise, elle répond que sa mère était engagée et féministe, que son père a cofondé l'UQAM, et qu'elle a commencé à faire du porte à porte alors qu'elle n'avait que huit ans, à l'époque pour le NPD. Si elle considère que François Legault a fait un très bon travail, elle croit que des questions doivent lui être posées. Elle assume une partie de la responsabilité des libéraux dans la débâcle des CHSLD et reconnaît qu'«on ne sent pas qu'il y a un chef d'orchestre» pour coordonner les CIUSSS, machine créée par son parti. Regrette-t-elle d'avoir quitté la Coalition avenir Québec, maintenant au pouvoir? «Pas un jour de ma vie j'ai regretté cette décision […] basée sur mes valeurs», répond Mme Anglade.

Cri du cœur pour les détaillants de vêtements, au bord du précipice. Debbie Zakaib, directrice générale de la Grappe métropolitaine de la mode, prédit d'autres mauvaises nouvelles à ce sujet «dans les prochains jours». On sentait une certaine détresse chez François Roberge, pdg de La Vie en Rose, qui qualifie la situation d'«insoutenable». «On se fait intimider», dit-il au sujet des propriétaires de centres commerciaux, intraitables sur le paiement des loyers. Pour son entreprise, on parle d'une somme de 5 millions $ par mois. Mêmes exigences du côté de la Ville de Montréal, qui n'a pas donné de congé de taxes aux détaillants. «Je me demande où sont les villes pour nous aider en ce moment», dit-il, rappelant que ses employés ont accepté une baisse de salaire de 20 %. Alors que les Walmart et Costco sont toujours ouverts, M. Roberge comprend mal qu'on empêche les centres commerciaux, aux grands espaces aérés, de rouvrir leurs portes.

Tire le coyote ne souffre pas du confinement, lui dont la tournée prenait fin en décembre, et qui comptait de toute façon sur 2020 pour créer. «C'est comme si le monde entier s'était mis à mon rythme», affirme l'auteur-compositeur-interprète de Québec, qui nous a laissé avec sa magnifique Chanson d'eau douce, un cadeau de fin d'émission qui fait toujours du bien.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

«Je suis comme je suis. Je vais demeurer un scientifique, qui n'aura pas nécessairement une langue de bois», a dit le Dr Horacio Arruda.