L’épisode de Noël de «Discussions avec mes parents» sera diffusé le 9 décembre.

«Discussions avec mes parents»: et de trois

CHRONIQUE / Quand je regarde «Discussions avec mes parents», j’ai l’impression de voir les miens. Comme Jean-Pierre, mon père s’installait devant sa télé pour nous voir arriver chez lui, par la caméra du hall d’entrée de sa résidence. Il pouvait rester de longues minutes à fixer l’écran silencieux pour ne surtout pas nous manquer. Et je trouvais ça aussi absurde que François!

Reconnaître sa famille a certainement contribué à l’engouement pour Discussions avec mes parents, qui a vu son auditoire augmenter de 40 % depuis le premier épisode à l’automne 2018. La série surpasse régulièrement Boomerang, sa rivale de TVA, le lundi à 19h30. Je peux maintenant vous annoncer qu’ICI Télé a commandé une troisième saison à François Morency.

Si vous avez perçu un meilleur rythme dans la deuxième saison, vous n’avez pas rêvé. «On a vraiment fait nos devoirs, en passant de 15 à 16 scènes par épisode à 18 à 20 scènes. Elles sont donc plus courtes, et c’est plus rythmé», explique François Morency, qui signe les textes avec une équipe d’auteurs.

Là n’est pas la seule raison de l’engouement pour cette comédie, à part bien sûr l’interprétation de Vincent Bilodeau et Marie-Ginette Guay, délicieux dans les rôles des parents. «Le bouche-à-oreille nous a beaucoup aidés, et on l’a vu dès la première saison. La rediffusion durant l’été nous a aussi permis de gagner de nouveaux téléspectateurs.» L’auteur attribue également le succès de la série au fait que les scènes peuvent facilement être partagées sur le Web. «Tu peux voir une scène de 1 minute 20 entre deux réunions. Tu ris, parce que tu n’as pas besoin de voir ce qui venait avant.»

Au départ, l’humoriste croyait surtout attirer les gens qui avaient vécu des situations similaires à la sienne, dont celle d’une famille traditionnelle. Il a été surpris de constater qu’il en est tout autrement. «Je reçois des messages de gens qui ont vécu des mariages éclatés, des familles reconstituées, des immigrants. J’ai été invité dans une école secondaire de Ville Saint-Laurent, très multiethnique. Dans une classe de secondaire 3, il y avait deux Blancs dans la classe : moi et la prof. Ils m’ont dit qu’ils regardent en famille Discussions avec mes parents. Le rapport parent-enfant, peu importe la génération ou l’origine, c’est toujours un mélange de confrontation et d’amour. Le choc des valeurs transcende tout le reste.»

Déjà pour la deuxième saison, il s’est détaché du livre qui a inspiré la série, publié en 2017. «La vaste majorité des scènes de la deuxième saison sortent de ma tête. La caméra dans l’entrée, mon père n’a jamais fait ça, mais il aurait été le genre le faire.» Par contre, un personnage du livre apparaîtra dans la troisième saison. «Chaque quartier a son monsieur bizarre que tout le monde aime, mais qu’on ne sait pas d’où il sort. Dans la troisième saison, il va prendre vie. Aussi, les épisodes ne commenceront plus systématiquement par un appel à mes parents.»

Dans la vraie vie, le père de François Morency est décédé au début de l’année, une triste nouvelle qui ne changera pas sa façon d’écrire, mais lui a inspiré un clin d’œil dans l’épisode de Noël, diffusé le 9 décembre. «J’étais préparé à ça. L’image de mes parents dans la série les représente à une autre époque, où ils étaient actifs et heureux. Ça s’est mal terminé pour mon père, ma mère est présentement dans un CHSLD et ne nous reconnaît plus. Nous, on choisit de s’accrocher à l’image de ce qu’ils étaient à l’époque, et ça m’aide à vivre tout ça.»

François Morency revient aussi pour une troisième saison à l’animation d’Ouvrez les guillemets, le vendredi 10 janvier à 21h sur ICI Télé. On a eu la très bonne idée d’inviter Vincent Bilodeau et Marie-­Ginette Guay. Sonia Vachon, Jean-Philippe Wauthier, Pierre-Yves Lord et Les Denis Drolet sont aussi conviés. On a aussi laissé tomber l’idée des collaborateurs, pour plutôt inviter des gens significatifs pour l’invité principal de l’émission. Quatre émissions ont déjà été enregistrées.