Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
<em>Clash</em> raconte le quotidien de jeunes adultes qui fréquentent un centre de réadaptation après avoir été victimes d’accidents. Sur la photo: Alex Godbout, Ludivine Reding, Alexandre Nachi, Félix-Antoine Cantin, Pierre-Alexis St-Georges et Rose-Marie Perreault. 
<em>Clash</em> raconte le quotidien de jeunes adultes qui fréquentent un centre de réadaptation après avoir été victimes d’accidents. Sur la photo: Alex Godbout, Ludivine Reding, Alexandre Nachi, Félix-Antoine Cantin, Pierre-Alexis St-Georges et Rose-Marie Perreault. 

Clash: on reprend les tournages

CHRONIQUE / Signe que ça se passe bien sur les plateaux de tournage de fictions: après District 31 et Toute la vie, Aetios Productions entreprendra celui de sa série Clash le 24 août prochain. Un marathon de cinq semaines pour compléter la troisième et dernière saison de la quotidienne de Martine D’Anjou, diffusée à Super Écran et VRAK.

Bell Média n’a toutefois pas confirmé de date de diffusion. V, qui devait d’abord offrir une nouvelle fenêtre à la première saison de Clash cet automne, a reporté cette diffusion à plus tard. On sait que l’entreprise souhaite ramener en masse la fiction québécoise sur sa chaîne généraliste, nouvellement acquise.

Clash raconte le quotidien de jeunes adultes qui fréquentent un centre de réadaptation après avoir été victimes d’accidents. La deuxième saison s’est très mal finie pour le personnage de Robin (Alexandre Nachi). Ce tournage représentera aussi de grands défis puisque plusieurs des personnages cohabitent en appartements, et que certains sont en couples. Martine D’Anjou a dû apporter plusieurs changements aux intrigues de cette ultime saison afin de répondre aux normes de la Santé publique.

Pour l’instant, je ne serais pas trop inquiet pour le résultat final: nos créateurs sont capables de miracles quand il s’agit de nous bluffer à l’écran. À moins vraiment de chercher des poux, on ne devrait pas s’en rendre compte. Par exemple, sur le plateau de District 31, les arrestations seront plus souvent confiées à l’escouade tactique, communément appelée le SWAT. Pratique quand il faut arrêter quelqu’un, vêtu d’un équipement digne de celui d’un astronaute, à l’épreuve de n’importe quel coronavirus. Pas de french pour le moment dans les scénarios de Luc Dionne, et on utilise les 15 minutes de tournage à moins d’un mètre permises chaque jour pour les scènes où les collègues se rencontrent dans les couloirs et pour les tapes dans le dos. Pas de niaisage, chaque personne sollicitée pour ces scènes de proximité signe un registre, et un coordonnateur sanitaire surveille de près à ce que toutes les règles soient respectées. Même vigilance sur le plateau de Toute la vie, dont on a repris le tournage la semaine dernière. Dans les deux cas, ça se passe bien, très bien même. Chacun y met du sien, dans un esprit de collaboration.

Pour qu’on n’y voie rien, on peut aller loin dans les tours de passe-passe. On jase: se pourrait-il qu’Éveline Gélinas, la blonde de Vincent-Guillaume Otis (Patrick) dans la vraie vie, vienne prendre la place de Catherine St-Laurent (Noélie), coiffée d’une perruque blonde, le temps d’une scène sulfureuse devant la caméra? Ne riez pas, c’est pas si farfelu. C’est déjà le cas des soaps américains, où il arrive depuis la reprise des tournages que les conjoints des acteurs jouent avec eux, de dos, pour tourner les scènes d’amour ou de baiser. Et les fans n’y voient que du feu.

Par ailleurs, Aetios doit se résoudre à reporter à une date indéterminée le tournage de Sans rendez-vous, la comédie de Marie-André Labbé, ayant pour cadre une clinique de santé sexuelle. Il y a des limites à trafiquer le travail d’une autrice, surtout quand on parle de sexualité.

++ 

DU «NOOVO» À V

Selon ce qui circule depuis quelques jours, Noovo serait le nouveau nom de V. Depuis hier, Bell titille la curiosité du public sur les réseaux sociaux avec une vidéo sur la nouvelle identité de sa chaîne généraliste. «Bientôt, y’aura du nouveau dans notre télé. Ouais, pas tu-suite!» lance un Jay Du Temple, tassé par trois sphères blanches, sur fond bleu. Trois «O» comme dans noovo.ca, la plateforme vidéo de V créée en 2016. Ce qui confirmerait la rumeur. Oubliez l’ancien logo, le nouveau devrait être dévoilé à la mi-août. Bell pourrait-il nous avoir mis sur une fausse piste? Ça s’est déjà vu. À suivre...

++ 

IL Y AURA UN BYE BYE 2020

C’est dans les plans d’ICI Télé: il y aura un Bye Bye 2020. J’ai appris que la revue humoristique de l’année sera une nouvelle fois signée Simon Olivier Fecteau et produite par Guillaume Lespérance, le duo des quatre dernières années. Le dernier Bye Bye s’est attiré les foudres du public et de la presse, notamment pour un sketch parodiant l’acteur des publicités de A&W, Michel-Olivier Girard, mais a néanmoins rallié 4 371 000 téléspectateurs. Celui de 2020 aura la difficile tâche de revenir sur une année particulièrement éprouvante, et tout ça, à deux mètres de distance. Bien entendu, on prévoit une spéciale du Jour de l’an d’En direct de l’univers le 31 décembre. Curieux de savoir qui s’assoira devant France Beaudoin lors de la saison régulière cet automne? Mélissa Bédard, l’astronaute David St-Jacques, Patrice Godin, Jean-Marc Généreux et Guy Jodoin auront ce privilège. Première le samedi 19 septembre à 19h sur ICI Télé, une semaine après la spéciale de la rentrée.

++ 

ÇA BOUGE CHEZ ICI ARTV ET ICI EXPLORA

Il y a du mouvement à la direction des chaînes spécialisées de Radio-Canada. Font les frais d’une restructuration leur première directrice Marie-Claude Wolfe (après trois ans à ce poste) et le premier directeur, acquisition de contenu, Michel Pelletier (qui avait lancé Explora en 2012), tous deux remerciés. André Béraud (fictions) et Sophie Morasse (culture, variétés et société) sont désormais maîtres à bord en ce qui concerne les productions originales d’ICI Télé, ICI ARTV et ICI Explora. Une façon d’assouplir les structures, a expliqué Dany Meloul, directrice générale de la télévision depuis octobre dernier, qui a néanmoins créé un nouveau poste de directeur planification, gestion et acquisitions de contenu, confié à Simon Dupuis, qui arrive de Bell Média. Marie-Claude Wolfe avait aussi été chef du contenu des émissions, culture et variétés, avant de se lancer en production il y a 10 ans. Le défi est grand pour les chaînes spécialisées, aux prises avec une érosion de leur nombre d’abonnés et de leurs parts de marché.