Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Télé et radio

La belle vie en Go-Van: la série zéro stress

CHRONIQUE / Je suis zen. Bon, ça va durer cinq minutes, mais c’est toujours bien ça de gagné. Pourquoi cette zénitude soudaine? Parce que je viens de regarder trois épisodes de La belle vie avec Go-Van, qui commence jeudi à 20h sur Unis TV. Adieu stress et contraintes, bonjour la liberté.

Je vais me contenir un peu, parce que je suis d’un enthousiasme débordant, moi qui n’ai pourtant aucun talent pour le camping. Mais voir ces gens qui abandonnent tout pour refaire leur vie loin du tumulte des grandes villes donne des ailes. Pas des granos bizarres, des weirdos semblant sortis tout droit d’une secte, dont la béatitude finit par irriter; plutôt du monde ordinaire qui aime la vie, dont vous envierez le lâcher-prise.

À commencer par celui qui porte la série de 13 demi-heures, Julien Roussin Côté, qui a lui-même vendu son condo dans Rosemont il y a six ans pour partir dans sa maison roulante. Un jeune entrepreneur dynamique, qui a juste envie de profiter de la vie sans consommer à outrance. Go-Van, c’est sa plateforme qui sert de point de rencontre à ceux qu’on appelle les vanlifers, qui ont adopté ce mode de vie. Dans La belle vie, Julien va à la rencontre de gens qui ont tout quitté pour repartir de presque zéro. Ça donne une série réjouissante d’Émilie Ricard Harvey et Ariane Moisan, aussi disponible en ligne.

Premier arrêt chez Francis et Marie, qui vivent dans une habitation en matériaux recyclés, construite en partie sous terre, avec leur fille de six ans dans Chaudière-Appalaches. C’est rudimentaire, mais autosuffisant, sans nuire à l’environnement. Pas de facture d’Hydro, les panneaux solaires font le travail. L’eau de pluie fera aussi l’affaire pour toute la consommation du foyer. Et vous savez quoi? Ça ne ressemble en rien à la petite maison dans la prairie, c’est même très attrayant. Quand on voit toute l’ingéniosité dont ces gens sont capables, on ne peut que dire : «respect».

Le cas de Jeremy et An est particulier : le couple d’hommes vit dans un véritable village gai en pleine forêt, dont la population se résume à sept habitants, à Snow Lake dans la vallée d’Annapolis en Nouvelle-Écosse. Une mini communauté qui s’entraide, prend les décisions par consensus, partage chaque semaine un repas, s’engueule parfois. 

«Mais c’est moins pire que des copropriétés de condos», dit l’un d’entre eux. Encore là, on est loin de l’image d’ermite qui ne veut voir personne, c’est tout le contraire. La débrouillardise est au rendez-vous.

Dominick Ménard, qui a fait tous les métiers dont celui de mannequin et entretient une passion pour le vélo de montagne, a opté pour une vie de nomade, comme Julien. Avant de mourir d’un cancer généralisé, sa marraine Rita l’a convaincu d’écouter ses rêves et d’acheter sa van, ce qu’il a fait il y a trois ans. Une question qu’il se fait souvent poser : comment tu gagnes ta vie? D’abord, le train de vie dans une van entraîne beaucoup moins de coûts. Puis, le mot-clic #domatoutfaire sur les réseaux sociaux lui permet d’enchaîner les «jobines» sans problèmes. On verra aussi comment Jacob a converti un bus scolaire en maison et studio de son, baptisé le Mixbus, qu’il habite avec sa conjointe Isabelle. Encore là : débrouillardise 101.

L’enrobage musical de Clay and Friends rend l’ensemble dynamique, moderne, tout à fait 2020. La série est extrêmement bien réalisée, les images sont superbes et accrochent l’œil autant que l’esprit. Le procédé, si efficace, rappelle qu’on peut se laisser emporter par le tourbillon professionnel. Vous savez, cette impression de passer parfois à côté de la vie? Je ne serais même pas étonné que la série donne à certains le petit coup de pied qui leur manquait pour tout quitter et partir. Parce que ces gens-là ont choisi de ne pas se laisser atteindre par toute forme d’anxiété, de panique. Mais s’il fallait qu’ils manquent d’eau? Et voilà que je recommence à m’énerver.

Richard Therrien

Le top 10 du lundi 24 février 2020

BLOGUE / Une autre histoire parvient à intéresser 695 000 téléspectateurs, le lundi à 20h sur ICI Télé. À la même heure à TVA, L'Échappée conserve la tête avec 1 129 000 fidèles. À V, Maître du chantier en attire 167 000.

À 19h, District 31 demeure imbattable avec 1 613 000 accros contre 671 000 pour Refuge animal à TVA.

À 19h30, Lâcher prise livre une belle bataille à En tout cas; la série d'ICI Télé est choisie par 806 000 habitués, contre 700 000 pour celle de TVA.

À 21h, Fugueuse demeure le choix numéro un avec 1 153 000 curieux à TVA, contre 382 000 pour Faits divers sur ICI Télé et 222 000 pour La semaine des 4 Julie à V.

1- District 31 (ICI Télé): 1 613 000

2- Fugueuse (TVA): 1 153 000

3- L'Échappée (TVA): 1 129 000

4- Le tricheur (TVA): 1 024 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 874 000

6- Lâcher prise (ICI Télé): 806 000

7- En tout cas (TVA): 700 000

8- Une autre histoire (ICI Télé): 695 000

9- Refuge animal (TVA): 671 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 623 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Intimidation: tout finit par se savoir

CHRONIQUE / «Votre femme vous a trompé.» «Votre fille se prostitue.» «Je connais vos nombreuses liaisons.» Lorsqu’elle apparaît, ce n’est jamais pour vous donner de bonnes nouvelles. Ce qui déstabilise, c’est qu’elle connaît tout de vous, de vos proches, des choses que vous ignoriez vous-mêmes. Et après son passage, tout fout le camp.

Voilà le point de départ d’Intimidation, version française de The Stranger, série britannique troublante, mais qui rend accro, dont les huit épisodes sont disponibles sur Netflix depuis la fin janvier. Après Sécurité, le romancier américain Harlan Coben, réputé pour ce que les Anglais appellent des page-turner, porte ainsi à l’écran son polar publié en 2015, et c’est réussi.

Adam Price (Richard Armitage) est un père de famille tout ce qu’il y a de plus normal. Bien marié, deux garçons, dans une banlieue cossue, sans histoire... jusqu’à ce qu’une mystérieuse femme (Hannah John-Kamen) aux yeux perçants, une casquette vissée sur la tête, fasse irruption dans sa vie et jette tout par terre. Bouleversé d’apprendre que sa femme n’est pas du tout celle qu’il croyait, Price veut tout savoir d’elle, de ce qu’elle lui a caché si longtemps. Il en fait une obsession, scrute chaque détail la concernant, en tentant de protéger son image auprès de leurs deux fils adolescents.

Entre en scène la détective Johanna Griffin, au bord de la retraite et en pleine séparation, qui enquête sur la découverte du corps sans tête d’un alpaga. Les deux histoires finiront bien sûr par se croiser. Dans ce rôle, Siobhan Finneran, celle qui jouait O’Brien, la méchante femme de chambre dans Downton Abbey, qui déposait un savon au pied du lit de Lady Cora pour la faire tomber. Griffin use de méthodes parfois directes pour faire parler ses suspects, peu importe leur âge.

Chacune des apparitions de la mystérieuse étrangère donne froid dans le dos; les réactions de ses «victimes» valent 100 000 livres sterling. Transposée chez les Britanniques, Intimidation a tout ce qu’il faut pour vous accrocher : le flegme des personnages les rend encore plus mystérieux, l’histoire est extrêmement prenante, et on peut difficilement laisser rouler le générique sans regarder l’épisode suivant. Le «boss du thriller» a confié à Variety qu’il ne signerait une deuxième saison qu’à la condition qu’il trouve un bon filon.

«LES CHEFS!»: RETOUR SUR LE PASSÉ

Alors qu’on tournait hier la finale des Chefs!, on annonçait la diffusion d’une émission spéciale pour lancer cette 10saison, le lundi 30 mars à 20h sur ICI Télé : Les chefs! — l’impact donnera la mesure du rayonnement et de l’influence de la compétition culinaire depuis son entrée en ondes à l’été 2010. Nous y reverrons bien sûr des candidats des neuf saisons. Élyse Marquis et Daniel Vézina présenteront dès la semaine suivante les 13 nouveaux aspirants-chefs, en compagnie des juges Jean-Luc Boulay, Pasquale Vari et Normand Laprise.

DE LA «VOIX JUNIOR» À «THE VOICE» EN FRANCE

En 2016, Marie-Mai la recrutait dans son équipe à La voix junior; samedi dernier, au tour de Lara Fabian d’en faire autant à The Voice en France. À sa participation aux auditions à l’aveugle sur TF1, Maxyme Bouchard, de Bromont en Estrie, a vu trois coachs se retourner, charmés par son interprétation de 7 Rings d’Ariana Grande : Lara, Pascal Obispo et au tout dernier instant, Amel Bent. Âgée maintenant de 17 ans, Maxyme en avait 14 au moment de La voix junior et s’était rendue à l’étape des duels. À TVA, La voix a rallié dimanche 1929 000 téléspectateurs, témoins du retour-surprise de Suzie Villeneuve. Sur ICI Télé, Tout le monde en parle a été vue par 843 000 fidèles.

Richard Therrien

Le top 10 du dimanche 23 février 2020

BLOGUE / Dimanche, 1 929 000 téléspectateurs ont assisté au retour de Suzie Villeneuve à La voix à TVA. Tout de suite après, La vraie nature de Jean-Philippe Dion a retenu 1 093 000 fidèles.

Sur ICI Télé, Tout le monde en parle a rallié 843 000 fidèles, arrivant troisième au top 10.

Samedi, sur ICI Télé, En direct de l'univers de Marc Hervieux a été vue par 806 000 téléspectateurs, alors qu'à TVA Sports, le match opposant le Canadien aux Sénateurs en a retenu 621 000.

1- La voix (TVA): 1 929 000

2- La vraie nature (TVA): 1 093 000

3- Tout le monde en parle (ICI Télé): 843 000

4- Vlog (TVA): 828 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 683 000

6- Le téléjournal 22h10 (ICI Télé): 507 000

7- Découverte (ICI Télé): 534 000

8- Les aventures du Pharmachien (ICI Télé): 485 000

9- TVA Nouvelles 22h20 (TVA): 454 000

10- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 357 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

TLMEP: du pop-corn au théâtre

CHRONIQUE / Autour du coronavirus et du blocus ferroviaire, deux sujets incontournables à Tout le monde en parle dimanche, on a parlé du retour d’un champion du monde, de survivalisme et de blagues de «mononcle». Mais c’est un discours très rafraîchissant sur un théâtre décoincé qui se sera démarqué du lot.

Pionnière du théâtre documentaire, la productrice et dramaturge Annabel Soutar ne craint pas la confrontation, elle la suscite. «Il faut donner de la place aux conflits», croit celle qui a initié J’aime Hydro, et à qui je décerne l'étoile du match. Dans L’assemblée, qui porte sur la culture identitaire et la polarisation idéologique, elle permet au public de monter sur scène pour donner son point de vue sur des questions aussi sensibles que le port du voile. «Chaque soir, on a peur que personne ne monte sur scène», mais ce n’est jamais arrivé, se réjouit-elle. «Je crois que si on veut comprendre la violence, il faut être en contact avec la violence», poursuit celle qui travaille sur Projet Polytechnique. Mme Soutar trouve le théâtre beaucoup trop formel; elle rêve d’un espace populaire, de billets moins chers, qu’on puisse y manger du pop-corn et y boire de la bière. «Au théâtre, je me sens tellement à distance», déplore-t-elle.


L’indignation était palpable chez Chantal Ménard et Flavie Trudel, dont les proches ont été infectés par le coronavirus à bord du Diamond Princess; leur témoignage donnait une parfaite idée du chaos qui existe là-bas depuis le début de la quarantaine. Chantal Ménard, qui veut rejoindre ses parents avec sa sœur au Japon, ne craint pas de contracter le virus. «Y’a rien qui va m’empêcher de dire au revoir à mes parents», affirme-t-elle, alors que sa mère pleure sans arrêt, ce qui est anormal dans son cas. «Ils ont de la misère à avoir une Tylenol», ironise-t-elle à peine pour imager le peu de soins qui leur sont prodigués. «C’est quand même révoltant», a lancé Flavie Trudel, qui juge que le ministre François-Philippe Champagne n’a commencé à réagir qu’au moment où des voyageurs canadiens étaient mourants. «Ça fait deux semaines qu’on les alerte», a dit Mme Trudel, excédée. «J’ai plus d’aide du provincial», enchaîne Mme Ménard, qui déplore que ses parents n’aient reçu de l’ambassade qu’un sac contenant des chocolats, des chips et une plume pour prendre des notes. «J’espère qu’il y a des gens qui vont se réveiller», a conclu Guy A. Lepage, avant que les deux femmes se prennent dans leurs bras.


Alors que le premier ministre Trudeau venait d’exiger la levée des barricades, l’entrevue sur la question avait été enregistrée jeudi. L’ethnologue Isabelle Picard suggérait que le gouvernement fédéral négocie directement avec les chefs héréditaires, pour dénouer l’impasse du blocus ferroviaire. «J’ai de la difficulté à blâmer Justin Trudeau», affirme toutefois la chroniqueuse de La Presse, Isabelle Hachey, qui demandait quelle serait la solution de rechange, convaincue que le recours à l’armée et à la police n’était pas l’option à privilégier. Yves-François Blanchet a proposé une suspension temporaire de la construction du gazoduc en échange d’une levée des barricades, une solution approuvée par les deux invitées. «Je ne pense pas qu’on peut continuer longtemps à ce rythme-là», croit Isabelle Hachey, qui éprouve un malaise en voyant des militants environnementalistes manifester aux barricades, avec l’impression «qu’ils récupèrent la cause autochtone pour servir leurs propres intérêts». Elle rappelle que les Wet’suwet’en manifestent depuis 10 ans en Colombie-Britannique, ce que savaient peu de Québécois. «Quand on écrit sur les autochtones, on se bute à un mur d’indifférence», déplore-t-elle.


Après Les invincibles et Série noire, on attend beaucoup de C’est comme ça que je t’aime, nouvelle série écrite par François Létourneau et réalisée par Jean-François Rivard. Deux couples en crise, dans la banlieue tranquille de Ste-Foy en 1974, se convertissent en vedettes du crime, résultat d’un tas de mauvaises décisions. «Ce n’est pas un show de bandits ou de police», précise l’auteur, avant d’ajouter, pour rassurer sa mère: «Ce n’est pas du tout l’histoire de mes parents.» Très proches, Patrice Robitaille et François Létourneau peuvent se parler plusieurs fois par jour. «On est assez différents mais on se complète plutôt bien», affirme Patrice, fasciné par la propension de son ami à se donner des rôles de minables: «Y’a quelque chose qui l’excite là-dedans.» Malade au moment de l’audition, Marilyn Castonguay a dû se filmer elle-même pour jouer cette femme beige en apparence, et pourtant la plus «wild» de la série. Karine Gonthier-Hyndman, qui forme un couple dans la série avec Patrice Robitaille, ne veut pas des personnages de potiches. «Les rôles de femmes sont rarement aussi étoffés que ceux des hommes. C’est intéressant de sortir une femme de son contexte familial, de mère, d’épouse ou de maîtresse.» Originaire de Ste-Foy, Jean-François Rivard reconnaît n’y avoir tourné que trois jours; tout le reste s’est fait à Boucherville en raison des coûts élevés des tournages hors Montréal. L’oeuvre, disponible dès le 6 mars sur l’Extra d’ICI Tou.tv, a été choisie pour être présentée à la Berlinale.


«Personne ne croyait en mes chances», rappelle Jean Pascal, qui a fait taire ses détracteurs en remportant le titre de champion du monde des mi-lourds l’été dernier, après huit ans sans titre mondial. Sa mère, qui souhaitait qu’il prenne sa retraite, l’a encouragé à retourner dans le ring en voyant qu’il s’emmerdait. La World Boxing Council lui a décerné depuis le titre de «retour de l’année», et il est l’aspirant numéro un pour un championnat du monde. «Être le négligé, c’est l’histoire de ma vie», affirme celui dont la réputation de bling-bling peut déplaire à plusieurs. La boxe féminine? «Deux belles blondes […], moi, je trouve que c’est le fun à regarder», a blagué le boxeur, non sans susciter un léger malaise. Il trouve «farfelu» de reprocher à Yvon Michel d’avoir laissé des membres du crime organisé assister à un combat dans la zone réservée au promoteur, considérant que ça ne se contrôle pas.


Olivier Martineau part en tournée pour son deuxième spectacle, Parfa, «à deux lettres près du bonheur», dit-il. «Humoriste trash qui fait dans la dentelle», il assume ses blagues de «mononcle» de gars de 38 ans, qui n’ont pas fait l’unanimité sur le plateau. Survivaliste à sa manière, il pratique l’agriculture et l’élevage à la maison. «Faut pas mélanger survivaliste et schizophrène», blague l’humoriste de Blainville, qui n’accumule ni cannage, ni armes. Mais avoir des lapins, des cailles et des poules, ça, oui. L’hiver, il transforme son garage en serre et cultive des figues. Il fait même du troc, échangeant son propre sirop d’érable, quand il n’entaille pas un chêne par erreur! Bien ri de voir ses annonces classées bien réelles d’«exorciseur pour bébé», de «magnifique chiot chichichinois», de «cheyere a litiere flushable» et de «cette de peneux bon pour un yvere».

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le top 10 du jeudi 20 février 2020

BLOGUE / Très peu de séries américaines réussissent à se classer au top 10; Le bon docteur y parvient en ralliant 713 000 téléspectateurs, le jeudi à 20h à TVA. À la même heure, sur ICI Télé, 1res fois retient 804 000, et sur V, L'amour est dans le pré en attire 407 000.

À 19h30, La poule aux oeufs d'or à TVA fait belle figure avec 860 000 fidèles, contre 647 000 pour Infoman à ICI Télé.

À 21h, J.E. a retenu 415 000 curieux contre 368 000 pour Enquête sur ICI Télé et La semaine des 4 Julie à V, ex æquo.

À RDS, le match opposant les Capitals aux Canadiens a intéressé 541 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 588 000

2- Le tricheur (TVA): 934 000

3- La poule aux oeufs d'or (TVA): 860 000

4- 1res fois (ICI Télé): 804 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 801 000

6- Le bon docteur (TVA): 713 000

7- Infoman (ICI Télé): 647 000

8- Les gags (TVA): 545 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 543 000

10- Le hockey des Canadiens (RDS): 541 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le top 10 du mercredi 19 février 2020

BLOGUE / Cerebrum a retenu mercredi 678 000 téléspectateurs sur ICI Télé, contre les deux épisodes de Léo, vus par 757 000 et 724 000 fidèles à TVA, et La semaine des 4 Julie, regardée par 294 000 à V.

À 19h30, L'épicerie est suivie par 685 000 accros sur ICI Télé contre Autiste, bientôt majeur, choisie par 471 000 à TVA.

À 20h, Les enfants de la télé conserve sa domination avec 902 000 fidèles contre 554 000 pour Animania à TVA.

1- District 31 (ICI Télé): 1 465 000

2- Le tricheur (TVA): 992 000

3- Les enfants de la télé (ICI Télé): 902 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 783 000

5- Léo 21h (TVA): 757 000

6- Léo 21h30 (TVA): 724 000

7- L'épicerie (ICI Télé): 685 000

8- Cerebrum (ICI Télé): 678 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 579 000

10- Animania (TVA): 554 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le top 10 du mardi 18 février 2020

BLOGUE / Toute la vie sur ICI Télé fait une belle concurrence à L'heure bleue à TVA: en septième position du top 10, la série de Danielle Trottier attire 768 000 fidèles contre 932 000 pour celle d'Anne Boyer et Michel d'Astous, qui occupe le quatrième rang.

À 19h30, La facture reste première avec 780 000 habitués sur ICI Télé devant La voix extra, suivie par 452 000 à TVA.

À 21h, victoire d'Épidémie, regardée par 1 043 000 accros à TVA, devant 5e rang, choisie par 756 000 à ICI Télé, et La semaine des 4 Julie, par 226 000 à V.

À RDS, le match opposant les Red Wings au Canadien a rallié 560 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 595 000

2- Épidémie (TVA): 1 043 000

3- Le tricheur (TVA): 1 020 000

4- L'heure bleue (TVA): 932 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 848 000

6- La facture (ICI Télé): 780 000

7- Toute la vie (ICI Télé): 768 000

8- 5e rang (ICI Télé): 756 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 598 000

10- Le hockey des Canadiens (RDS): 560 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Six degrés: un nouveau Boulerice à la télé

CHRONIQUE / Malvoyant, Léon a une vision très réduite. Comme s’il regardait par le trou d’une paille. Surprotégé par sa mère, il voudra sortir de sa coquille et découvrir le monde autrement. Tel est le point de départ de Six degrés, série télé du romancier Simon Boulerice, déjà auteur de 31 livres jeunesse et de quatre romans pour adultes.

Même si elle s’adresse d’abord et avant tout aux 13 à 17 ans, cette comédie dramatique sera diffusée en heures de grande écoute, le jeudi à 19h30 à partir du 28 mai sur ICI Télé, avant d’être entièrement disponible sur l’Extra d’ICI Tou.tv. Simon Boulerice a écrit des épisodes de Passe-Partout et de Tactik, deux émissions jeunesse, mais Six degrés sera sa première série bien à lui. Selon la directrice principale ICI Tou.tv et jeunesse, Christiane Asselin, Boulerice rallie un très large public, et pas seulement des jeunes, de sorte que la série devrait toucher tout le monde.

L’idée n’est pas totalement nouvelle puisqu’elle a fait l’objet d’un roman jeunesse publié en 2016 et intitulé Florence et Léon. L’œuvre lui avait été inspirée d’une ancienne fréquentation, Méridick Forest, lui-même semi-voyant, qui lui avait confié «voir la vie à travers le trou d’une paille». L’histoire de Six degrés est toutefois bien différente, puisque le personnage de Léon, adulte dans le livre, a 16 ans dans la série.

Léon vit donc avec sa mère Marianne, une amante de Vivaldi, très contrôlante, qui lui enseigne dans leur maison de Saint-Isidore. L’œuvre de 13 demi-heures commence avec le décès subit de cette femme, qui lui a caché bien des choses de son vivant. «Léon est catapulté dans une nouvelle vie. Il se retrouve chez son père, dont il ne soupçonnait pas l’existence, à Montréal», raconte l’auteur, qui aborde ici les concepts d’adaptation, de tolérance et de clairvoyance.

Les six degrés du titre font référence à la vision périphérique de Léon, alors que le champ visuel normal d’un œil est d’environ 160 à 170 degrés. Il y a aussi un clin d’œil aux six degrés qui nous séparent tous les uns des autres. En faisant la connaissance de son père Francis (Alexandre Goyette), Léon entrera dans une nouvelle famille «assez flamboyante», celui-ci ayant refait sa vie avec une Mexicaine, Julietta (Francesca Barcenas), avec qui il a eu trois enfants, un garçon et deux filles. À l’école, l’adolescent fera la connaissance de Florence (Amaryllis Tremblay), atteinte de la fibrose kystique, qui le protégera.

Simon Boulerice s’entoure entre autres de personnes qu’il aime, comme son amie Catherine Trudeau, qui incarne la mère, qu’on verra en flashbacks après son décès. Mais aussi Safia Nolin, qui signe la chanson-thème de la série, et Méridick Forest, qui agit à titre de consultant. Le rôle de Léon est confié à Noah Parker, un jeune acteur de talent qu’on peut voir dans les séries L’Échappée, La faille et Le 422, de même qu’au cinéma dans La déesse des mouches à feu, le nouveau long métrage d’Anaïs Barbeau-Lavalette. L’acteur est en ce moment à la Berlinale, où le film est lancé en première mondiale.

J’ai hâte de découvrir cette série de Simon Boulerice, que j’adore à Cette année-là. L’auteur jure complètement avec l’idée qu’on se fait du collaborateur ou chroniqueur de magazine; il est spontané, énergique, passionné, sans trop de filtre et d’une irrésistible naïveté. Son absence de malice pourrait en faire un être complaisant, mais ce n’est jamais le cas. C’est avec infiniment de tendresse et d’humour qu’il parle de culture.

Simon Boulerice jouera un petit rôle dans la série, celui d’un professeur de français, un clin d’œil à l’auteur Serge Boucher, qui lui a déjà enseigné. La réalisation est confiée à Hervé Baillargeon, qui est notamment derrière la websérie L’écrivain public. Le tournage de Six degrés, produite par Encore Télévision, commence le 29 février.

Richard Therrien

Le top 10 du lundi 17 février 2020

BLOGUE / La comédie En tout cas continue de chauffer Lâcher prise le lundi soir. Alors que la série de TVA attire 809 000 fidèles, celle d'ICI Télé en retient 855 000.

À 20h, L'Échappée domine avec 1 139 000 adeptes à TVA, contre 734 000 pour Une autre histoire sur ICI Télé.

À 21h, Fugueuse conserve la tête avec 1 194 000 à TVA, contre 478 000 pour la première de Faits divers sur ICI Télé, et 202 000 pour La semaine des 4 Julie.

1- District 31 (ICI Télé): 1 616 000

2- Fugueuse (TVA): 1 194 000

3- L'Échappée (TVA): 1 139 000

4- Le tricheur (TVA): 1 082 000

5- Lâcher prise (ICI Télé): 855 000

6- TVA Nouvelles 18h (TVA): 815 000

7- En tout cas (TVA): 809 000

8- Une autre histoire (ICI Télé): 734 000

9- Refuge animal (TVA): 685 000

10- TVA Nouvelles 22h (TVA): 565 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Transplanté: docteur Bricole

CHRONIQUE / Les premières minutes de Transplanté fessent fort. Pour sauver les victimes d’un grave accident, un homme utilise des outils pour le moins inhabituels, que vous verriez davantage dans une émission de réno que médicale. Devinez lequel entre un tournevis, un marteau ou une perceuse. J’ai baissé les yeux en voyant la scène.

Entièrement tournée à Montréal, mais située à Toronto, la nouvelle série médicale canadienne-anglaise de Bell Média sort le même soir (mercredi 26 février) en version originale anglaise, Transplant (CTV à 21h), et en version française (VRAK à 22h), puis le lendemain sur Crave. Et la bonne nouvelle, c’est que Laurence Leboeuf, qui hérite d’un rôle important, se double elle-même. La moins bonne, c’est que le français international, obligatoire pour la vente à l’étranger, biffe les accents des personnages syriens et écossais.

Cet homme ingénieux qui use d’un outil pour sauver une victime, c’est Bashir Hamed (Hamza Haq), un migrant syrien, médecin dans son pays, qu’il a quitté en pleine guerre. Cet acte héroïque lui vaudra une place au service d’urgence de l’hôpital York Memorial, le meilleur au pays, non sans peine. Parce que son arrivée, et surtout ses méthodes un peu dépassées, dérangeront le personnel, qui a trimé si dur pour accéder à des postes convoités; la greffe prend difficilement. Mais «Bash», comme on l’appelle, est dans les bonnes grâces du chef du service de médecine d’urgence, le Dr Jed Bishop, un être pourtant arrogant et sans pitié, joué par nul autre que le Britannique John Hannah, révélé au public dans Quatre mariages et un enterrement. 

Les deux premiers de 13 épisodes m’ont captivé dès le début. On s’attache rapidement au personnage principal, qui a connu la guerre et développé un instinct que n’ont pas ses collègues; dans l’urgence, il décèle des symptômes très subtils et prend des décisions hautement risquées, mais qui sauvent des vies. On s’attache aussi à la Dre Magalie Leblanc (toujours excellente Laurence Leboeuf), résidente en médecine d’urgence, rigide, mais foncièrement bonne et dévouée. Un peu trop impliquée même. Une qualité, peut-être, mais à ce rythme, «Mags» ne finira pas la saison. Vous y reconnaîtrez aussi Ayisha Issa dans le rôle d’une résidente en chirurgie, qui a du mal à faire sa place. La Bouba d’Unité 9 a refait sa vie à Toronto. De petits rôles sont attribués à des Québécois, comme l’épouse d’un médecin, jouée par Charlotte Legault, ex-Miss Barbecue dans District 31, et celui de la fille d’une patiente par Victoria Diamond, qu’on peut voir dans L’heure bleue et Pour toujours, plus un jour.

Dans les deux premiers épisodes, on est beaucoup dans les techniques médicales; Laurence Leboeuf admet d’ailleurs avoir dû se familiariser avec le langage médical, très complexe en anglais. Pour nous tenir, il faudra entrer davantage dans les vies personnelles des personnages. Et je suis curieux de voir si le public embarquera dans une nouvelle série médicale, alors qu’il y en a déjà des dizaines à l’écran. La production mise sur l’intégration difficile, mais possible d’un migrant dans un tel milieu, un sujet chaud qui fait toute l’originalité de la série.

Transplanté dispose d’un budget quatre fois plus élevé que celui d’une grosse série québécoise — environ 28 millions de dollars —, et ça paraît à l’écran; cet hôpital a l’air d’un vrai, avec une urgence bondée qui grouille de partout. Pas un seul plan ne vous fera croire à un décor. Si les scènes d’hôpital ont été tournées aux studios MTL Grandé, la façade extérieure est plutôt celle du CHUM à Montréal. Seuls quelques plans larges de Toronto rappellent que l’histoire y est située.

Produite par Sphère Média Plus (Les honorables, 19-2) et financée en partie par NBCUniversal International Studios, la série est clairement destinée à une vente à l’étranger. CTV a placardé des affiches partout dans Toronto et diffusé des messages publicitaires durant le Super Bowl et les Oscars. Deux chaînes américaines sont sur les rangs pour une diffusion éventuelle. C’est aussi le pactole pour Laurence Leboeuf, qui a signé pour quatre ans. Ce contrat d’exclusivité l’empêche de jouer un rôle principal dans une autre série anglophone, mais ça ne l’empêche absolument pas de jouer en français. CTV ne se risque pas encore à annoncer une deuxième saison; on attendra les résultats d’écoute de la première avant de donner le go officiel.

Richard Therrien

Le top 10 du dimanche 16 février 2020

BLOGUE / Non seulement La voix garde le cap, mais elle gagne même des adeptes: dimanche, les auditions à l'aveugle ont retenu l'attention de 1 951 000 téléspectateurs à TVA. Le diffuseur a d'ailleurs trois émissions millionnaires au palmarès, avec Vlog, suivie par 1 000 000, et La vraie nature, choisie par 1 020 000.

Sur ICI Télé, Tout le monde en parle a conservé 1 041 000 fidèles, ce qui la place au deuxième rang du top 10.

Vendredi, TVA a dominé une partie de la soirée: Ça finit bien la semaine a rallié 902 000 fidèles, Deux filles le matin 20 ans, 798 000, et La liste noire, 378 000. À RDS, le match opposant les Penguins aux Canadiens a été vu par 504 000 téléspectateurs. Sur ICI Télé, 416 000 ont regardé Au suivant!; 415 000, Prière de ne pas envoyer de fleurs; 282 000, Les magnifiques; et 452 000, Ouvrez les guillemets.

Samedi, à 19h, En direct de l'univers d'Évelyne Brochu a intéressé 915 000 téléspectateurs sur ICI Télé, et la finale du Dernier soir, 534 000. À TVA Sports, le match entre les Stars et le Canadien a retenu 515 000 amateurs.

DIMANCHE

1- La voix (TVA): 1 951 000

2- Tout le monde en parle (ICI Télé): 1 041 000

3- La vraie nature (TVA): 1 020 000

4- Vlog (TVA): 1 000 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 730 000

6- Les aventures du Pharmachien (ICI Télé): 483 000

7- Découverte (ICI Télé): 473 000

8- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 409 000

9- TVA Nouvelles 22h20: 403 000

10- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 311 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Survivalistes ou paranoïaques?

CHRONIQUE / Avez-vous peur des tremblements de terre? De la bombe atomique? De la fin du monde? Ceux qu’on appelle les survivalistes ont tout prévu en cas de cataclysme : ils sont prêts. Dans la série docu-réalité Survivalistes, diffusée dès mercredi à 19h30 sur Moi et cie, l’acteur Patrice Godin nous en fait connaître quelques spécimens, des plus lucides aux plus alarmistes.

«Arrêtez de faire l’autruche, ça s’en vient», nous prévient Christine, qui vit avec son conjoint Claude dans un endroit qui n’est pas identifié; les survivalistes vivent généralement en retrait, à l’abri des attaques. Si le couple a choisi de vivre à plus de 850 mètres d’altitude, c’est pour éviter les tsunamis et même les nuages radioactifs. Pour eux, le déluge du Saguenay et la crise du verglas ne sont que des signes qu’il y a pire à l’horizon. Auriez-vous oublié la tempête solaire de 1989? Le couple refuse de se dire paranoïaque, mais fonde ses craintes à partir des nouvelles dont il s’abreuve tous les jours à LCN.

Je n’ai pu m’empêcher de sourire en voyant les moyens parfois démesurés employés par les personnes rencontrées, qui semblent parfois membres d’une secte. Ce qu’on constate, c’est qu’il ne faut pas être pauvre pour vivre de survivalisme, comme Benoît et Nancy, qui se disent aussi autonomistes, sur leur domaine. Le couple nous invite à vivre sans électricité un seul week-end pour mesurer les conséquences d’une panne majeure. Si ça ne vous fait rien, je vais passer mon tour. Chose certaine, Benoît est prêt à toute éventualité : des lapins qui se reproduisent assureront les repas pour longtemps. Et contre les maraudeurs qui voudraient piller ses biens? Gare aux câbles qui entourent sa propriété, et qui font entendre un bruit de coup de feu quand quelqu’un ose s’approcher.

D’une grande ouverture, Patrice Godin ne juge jamais ceux qu’ils rencontrent et a même retenu des trucs précieux de leurs enseignements. Mais il avoue avoir été perplexe dans le cas de Bruce, un survivaliste qu’on verra au deuxième épisode et qui a construit un bunker sous terre. Cet Américain qui vit en Ontario a même prévu un «cry room», une pièce grande comme un placard, destinée aux enfants agités ou en détresse. Interprète d’un psychopathe qui gardait ses victimes captives dans son sous-sol dans District 31, Patrice Godin préférerait mourir que de se réfugier dans un tel bunker en cas de fin du monde.

Le cas de Michaël semble beaucoup plus modéré. L’ancien militaire qui gère une école de survie à Portneuf tente de briser les préjugés à l’endroit des survivalistes. Et contrairement aux autres, il est capable de vivre avec le minimum. Chacune de ces personnes a ses raisons pour adhérer à cette philosophie, et vous les connaîtrez à travers les rencontres. Et si vous ne savez pas ce qu’est un bris de normalité, vous le saurez en regardant Survivalistes, qui se déploie en 10 demi-heures, réalisées par Félix Trépanier chez Trio Orange.

CES HÉROS DU 911

L’appel d’Alexandre Bissonnette au 911 a frappé l’imaginaire quand il a été rendu public. Plusieurs ont souligné le calme et le contrôle dont a fait preuve le répartiteur, Simon Labrecque, qui a tenu en ligne l’auteur de la tuerie durant 50 longues minutes.

Aussi diffusée sur Moi et cie, mais à 22h dès mardi soir, la série Première ligne : chaque seconde compte s’intéresse à ces héros de l’ombre, de trois centrales 911, à Québec, Laval et Sherbrooke. Là aussi, on est dans la survie, mais surtout dans l’urgence. Que ce soit pour un feu dans un barbecue, une victime d’extorsion par Internet ou une tentative de suicide, les répartiteurs doivent trouver le bon ton, poser les bonnes questions, tout en gardant leur sang-froid. Un travail colossal de coordination.

C’est la première fois qu’un docu-réalité donne accès à ces lieux névralgiques. On est véritablement happé par la série, qui traduit bien l’urgence et le chaos dans lesquels baignent chaque jour les répartiteurs. Sur place sur une période de 10 mois, les caméras nous font témoins des appels, mais aussi du travail des policiers et des ambulanciers sur le terrain. 

Bien entendu, on a de plus en plus affaire à des cas de troubles mentaux; quand une femme appelle d’un hôpital pour prévenir qu’on tente de faire une injection à son frère contre son gré, on comprend vite que ça provient de l’aile psychiatrique. Certains cas plus singuliers peuvent faire sourire d’emblée, mais ne sont pas drôles du tout. Comme celui d’un garçon de trois ans qui s’est coincé la tête dans un contenant de plastique, causant la panique de ses grands-parents.

Annie, qui travaille depuis 14 ans à la centrale de Sherbrooke, affirme devoir mettre ses émotions de côté pour ne pas lésiner sur l’organisation. Mais elle admet que les cas d’enfants et d’adolescents, ou ce qui touche les personnes âgées peuvent être plus difficiles à oublier, une fois le travail terminé.

Les 15 demi-heures ont été produites chez Hyperzoom, d’où provient l’excellente série Infractions, sur le travail des avocats, actuellement diffusée le jeudi à 21h30 à TVA. Catherine Dubé Nadeau produit avec sa mère Marie Nadeau, qui réalise la série. Je suis sorti du visionnement plein d’admiration pour ces personnes qui sauvent littéralement des vies.

Richard Therrien

Le top 10 du jeudi 13 février 2020

BLOGUE / L'émission 1res fois avec Lara Fabian et Benoît McGinnis a été regardée par 926 000 téléspectateurs, jeudi sur ICI Télé. À 20h, à TVA, la série américaine Le bon docteur en a retenu 712 000, et à V, L'amour est dans le pré en a rallié 471 000.

Troisième au top 10, La poule aux oeufs d'or attire encore 902 000 téléspectateurs à TVA, devant Infoman, vue par 693 000 à ICI Télé.

À 21h, J.E. a fait un bond dans les sondages, regardée par 730 000 téléspectateurs à TVA, suivie par Infractions, vue par 403 000. À ICI Télé, Enquête en a rallié 406 000, et sur V, La semaine des 4 Julie, 371 000.

À 19h, District 31 demeure le choix no 1 sur ICI Télé avec 1 513 000, devant Les gags de TVA, choisis par 531 000, Génial! à Télé-Québec, par 161 000, et À table avec mon ex à V, par 116 000.

1- District 31 (ICI Télé): 1 513 000

2- 1res fois (ICI Télé): 926 000

3- La poule aux oeufs d'or (TVA): 902 000

4- Le tricheur (TVA): 806 000

5- J.E. (TVA): 730 000

6- Le bon docteur (TVA): 712 000

7- Infoman (ICI Télé): 693 000

8- TVA Nouvelles 18h (TVA): 666 000

9- Les gags (TVA): 531 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 503 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

TLMEP : Insolente Mariana

CHRONIQUE / Mariana Mazza n'était là pour convaincre personne à Tout le monde en parle. Ni ses fans qui apprécient d'emblée son irrévérence et sa franchise, encore moins ceux qui décrient sa vulgarité sur les réseaux sociaux. Dimanche, comme sur scène, Mariana a fait du Mariana, au risque d'écorcher les plus chastes oreilles et de provoquer les malaises les plus prononcés.

Ce n'est toujours pas hier que Laurent Duvernay-Tardif, à qui je décerne l'étoile du match, a laissé poindre ne serait-ce qu'un minuscule défaut. «Notre personne préférée depuis deux semaines» ira-t-il rencontrer le président américain, comme le veut la tradition pour les vainqueurs du Super Bowl? Si son équipe y va, sûrement. Et si la moitié décidait de ne pas y aller? Il reconsidérerait sa décision. Le médecin footballeur ne croit pas se lancer un jour en politique, même si son grand-père, aussi son mentor, a été ministre des Transports dans le cabinet de René Lévesque. Ambassadeur d'Héma-Québec, il donne son sang mais pas encore ses cellules souches. «On serait tous un peu intéressés», a blagué Guy A. La carte du fou du roi: «Profite bien de toute cette gloire car dans un avenir pas si lointain, tu ne seras qu'un pauvre médecin.»

«Guy! Guy! Guy!» a scandé l'assistance en voyant arriver Guy Lafleur, de retour d'une longue convalescence. La légende du hockey a subi un quadruple pontage et l'ablation du lobe supérieur de son poumon droit, qui contenait une tache cancéreuse. «Je fumais parce que je voulais que les autres soient à la même vitesse que moi», a blagué le démon blond, qui a encore un peu le souffle court. C'est après avoir visité des vignobles dans la vallée du Niagara qu'il a eu envie de lancer des vins à son nom, qui seront vendus à partir du 24 février. Des spiritueux suivront. «Ça débloque [les artères]», a poursuivi Lafleur, qui a raconté avoir volé la coupe Stanley en 1978, pour faire ensuite la tournée des discothèques. Au terme de sa carrière de joueur, il aurait aimé travailler plus activement au sein de l'organisation du Canadien ou des Nordiques. De plus tristes nouvelles concernent son ancien coéquipier Guy Lapointe, atteint d'un cancer de la gorge, et qui ne parvient plus à manger.

Il n'y a vraiment aucune limite à ce que Mariana Mazza peut dire en ondes, même assise entre les plus modérés Laurent Duvernay-Tardif et Guy Lafleur. «Je suis beaucoup moins vulgaire qu'on le prétend», affirme pourtant l'humoriste, avant d'ajouter: «Ceux qui ont pas aimé Femme ta gueule, venez pas voir Impolie.» Son deuxième spectacle ne comptera que 100 représentations et sera suivi d'un second volet, intitulé Polie, parce que «c'est pas vrai qu'on a juste une seule facette dans la vie.» «Si ça te choque, viens pas voir mon show, tu vas fendre en huit», répond-elle à François Lambert, qui l'a insultée sur Facebook. «On n'a jamais eu autant d'opinions, mais on n'a jamais eu autant rien à dire», dit-elle au sujet des réseaux sociaux, «un vecteur d'intimidation et de méchanceté». Elle ne renie pas son tatouage d'Éric Lapointe, mais... «Maintenant, je dis que c'est Elvis Presley... avant de mourir.»

Après celle de Mariana, la présence des pianistes Alain Lefèvre et d'Hélène Mercier faisait tout un contraste, teintée d'un profond malaise et d'une folie pure. Même que l'humoriste s'en est mêlée quand Lefèvre a souhaité que l'organisation du Super Bowl fasse une place à la musique classique dans son spectacle de la mi-temps, qu'il a trouvé «cheap». «Mais est-ce que vous avez vu la clientèle? Ils s'en contre-crissent de votre musique!» a lancé Mariana à un Lefèvre qui venait de critiquer les tenues des deux chanteuses. «Ce show n'a aucun sens!» s'est exclamé le pianiste, incrédule devant la tournure de la discussion. «Ça doit pas fumer des battes», a plus tard lancé Mariana au sujet d'Hélène Mercier, mariée au richissime homme d'affaires français Bernard Arnault, et qui se disait plus disciplinée que son confrère. Entre deux malaises, le duo de pianistes venait parler de son album des œuvres d'André Mathieu, que Lefèvre souhaite réhabiliter depuis plusieurs années. «On ne défend pas la musique de chez nous», a déploré le musicien, sorti décoiffé de l'entrevue.

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation Pierre Fitzgibbon n'a pas dérogé d'un poil de ses opinions franches émises dans les derniers mois, de l'accord raisonnable avec Bombardier et Airbus, jusqu'à la vente de V à Bell. Concernant la transaction impliquant l'A220, il croit que l'entreprise n'a aucun intérêt à délocaliser sa production à l'extérieur du Québec. Il n'est pas plus inquiet pour les 1500 emplois de la division ferroviaire, prévoyant une croissance «gigantesque» dans les prochaines années dans ce domaine. Il appuie sans réserve le maintien d'une diversité des sources, autant chez les anciens quotidiens de Groupe Capitales Médias, devenues des coopératives, que pour V avec Bell, une position qui lui a valu les foudres de Pierre Karl Péladeau. «On n'a pas la même opinion», a répété le ministre. Partage-t-il les craintes du PDG de Québecor sur la fragilisation de l'industrie si V est vendue à Bell? «Non», a-t-il simplement répondu, avant de prendre une gorgée de vin. «Ça c'est bad ass!» a lancé une Mariana Mazza amusée par son petit sourire.

Pour calmer l'ambiance, on ne pouvait mieux conclure avec Patrick Watson et son œuvre aérienne. En tournée internationale avec son sixième album, Wave, il dit détester les chansons tristes. «C'est exactement comme la vie, c'est très facile d'être triste», affirme l'artiste, qui réside toujours à Montréal. Fascinant de l'entendre dire pourquoi une chanson mérite de se retrouver sur un album plus qu'une autre: «Quand la chanson est plus grande que toi et que tu ne sens pas que c'est toi qui l'écris. [...] Quand je suis invisible dans la musique, c'est là que ça se passe.» Ou encore, quand il dit ne pas écrire en anglais comme on écrit en français, une langue plus précise et complexe. Lorsqu'on utilise une de ses chansons pour une pub, il a son mot à dire et fait des choix éthiques; il a dit oui à Guinness mais non à McDonald's. «Ça tuerait la chanson», a conclu Watson au terme de l'émission, certainement la plus déstabilisante de la saison.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé

Notre bulletin télé de mi-saison

Mis à part pour mon coup de cœur Léo et la confirmation de qualité des Pays d’en haut, les variétés et les séries documentaires supplantent la fiction cet hiver. En direct de l’univers et Les enfants de la télé ne s’essoufflent pas, ce qui est un exploit. Le crime, lui, ne paie peut-être pas, mais il captive et passionne, dans la fiction comme dans la réalité.

LÉO, 9,5/10, TVA

Fabien Cloutier frappe fort avec cette comédie, dont on savoure chaque réplique. Le monde rural vu par sa lorgnette est cru, oui, mais surtout attachant et vrai. Le dramaturge ne rit pas d’eux, mais avec eux, sans dissimuler leurs travers, oh non. Aucun personnage n’est inutile, surtout pas les collègues de Léo chez Dubeau Gâteaux. La deuxième saison, qui commençait cette semaine à TVA, est encore meilleure que la première. Le diffuseur n’avait pas eu une aussi bonne comédie depuis Les beaux malaises.

Richard Therrien

Le top 10 du mercredi 12 février 2020

BLOGUE / L'émission des Enfants de la télé consacrée à Québec a attiré 802 000 téléspectateurs, mercredi sur ICI Télé. À 20h, à TVA, Animania en a retenu 506 000.

À 19h30, L'épicerie d'ICI Télé (617 000) l'emporte sur Autiste, bientôt majeur à TVA (518 000).

À 21h, les deux épisodes de Léo ont captivé 755 000 fidèles à TVA, devant Cerebrum, vue par 536 000 sur ICI Télé, et La semaine des 4 Julie, par 266 000 sur V.

À RDS, le match opposant le Tricolore aux Bruins a retenu 612 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 447 000

2- Le tricheur (TVA): 821 000

3- Les enfants de la télé (ICI Télé): 802 000

4- Léo 21h (TVA): 755 000

4- Léo 21h30 (TVA): 755 000

6- TVA Nouvelles 18h (TVA): 738 000

7- L'épicerie (ICI Télé): 617 000

8- Le hockey des Canadiens (RDS): 612 000

9- Cerebrum (ICI Télé): 536 000

10- Autiste, bientôt majeur (TVA): 518 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le top 10 du mardi 11 février 2020

BLOGUE / La série 5e rang a été vue mardi par 762 000 fidèles à 21h sur ICI Télé, occupant la septième position du top 10. À la même heure, à TVA, Épidémie en a rallié 1 035 000 alors qu'à V, La semaine des 4 Julie en a retenu 183 000.

À 19h30, La facture a été suivie par 736 000 téléspectateurs à ICI Télé contre 477 000 pour La voix extra à TVA.

À 20h, L'heure bleue garde la tête à TVA avec ses 859 000 habitués contre 770 000 pour Toute la vie à ICI Télé.

1- District 31 (ICI Télé): 1 477 000

2- Épidémie (TVA): 1 035 000

3- Le tricheur (TVA): 940 000

4- L'heure bleue (TVA): 859 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 797 000

6- Toute la vie (ICI Télé): 770 000

7- 5e rang (ICI Télé): 762 000

8- La facture (ICI Télé): 736 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 565 000

10- TVA Nouvelles 22h (TVA): 536 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«La Maison-Bleue»: épais mais drôle

CHRONIQUE / Rare qu’une série assume sa position de comédie pure comme le fait «La Maison-Bleue». Le public a souvent eu affaire à des hybrides de comédie et de drame dans les dernières années; une comédie dramatique n’est pas obligée de faire rire à chaque réplique, alors qu’une comédie pure échoue si elle n’y parvient pas.

Après avoir vu les quatre premiers épisodes, je peux dire que La Maison-Bleue réussit ce pari à plusieurs égards, du moins à partir du deuxième épisode, le premier m’apparaissant plus faible. S’il vous venait à l’esprit d’abandonner, persistez au moins jusqu’au troisième et vous verrez ensuite. Moi je sens que je serai accro.

Soyez averti : La Maison-Bleue, que signe le réalisateur Ricardo Trogi avec Daniel Savoie, ne joue pas dans la subtilité. Tout est gros, c’est de la caricature, et c’est voulu. Producteur et collaborateur aux textes avec François Avard, Louis Morissette le dit : La Maison-Bleue «s’assume dans sa niaiserie et son humour très épais». La dernière fois que quelqu’un s’était vanté de son «humour épais», c’était à TVA pour la comédie Avoir su, morte après un an. La Maison-Bleue connaîtra un meilleur sort, j’en suis certain.

Dans le monde parallèle de La Maison-Bleue, le Québec est indépendant depuis 1995, mais plongé plus que jamais, 25 ans plus tard, dans un débat... référendaire pour retourner dans le Canada. Jacques Hamelin (Guy Nadon), quatrième président après Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et... Mario Tremblay, est au plus bas dans les sondages. Tout le monde y passe dans La Maison-Bleue, et aucun camp ne semble moins abruti qu’un autre. Finalement, Jacques Hamelin apparaît comme le plus sensé de tout ce beau monde. L’épouse du président, Mireille (Anne-Marie Cadieux), n’a pas inventé le bouton à quatre trous, et suit des cours d’anglais très particuliers avec un Apollon. Leur chauffeur et garde du corps Stéphane Boisclair (Dominic Paquet) fait appel à ses anciens amis scouts pour sécuriser Sillery pendant la visite du président américain, et répond en phrases de chansons pour dissimuler son anglais minable. Quant au vice-président Gilbert Boudreau (Claude Despins), c’est le pire des idiots, mais aux répliques savoureuses.

Parce qu’on rit énormément en regardant La Maison-Bleue; la série a beaucoup de rythme et regorge de références au réel, de Pierre-Yves McSween à la poutine de Chez «Austin». À plusieurs reprises, on nous montre l’émission «Coude à coude», un genre de Joute, où deux commentateurs se picossent sans arrêt. Myriam Leblanc est fabuleuse dans le rôle de Caroline Dumas, qui rappelle vaguement Liza Frulla, dans le ton et l’allure, mais beaucoup plus cynique. Elle représente la droite fédéraliste alors que son rival, joué par Frédéric Pierre, la gauche souverainiste. «Réjean Houle est le meilleur juge en chef de la Cour suprême qu’on n’a jamais eu!» dira Caroline Dumas, faisant référence du mandat précédent de Mario Tremblay. Sachez que l’ancien joueur du Canadien fera une apparition remarquée.

Dans les premiers épisodes, Hamelin reçoit un appel du président américain, Lester P. Richards (Bruce Dinsmore), qui souhaite lui échanger une partie de la Floride en retour du territoire au nord du 53e parallèle. La première dame se voit déjà se prélasser sur les plages de Fort Lauderdale. Mais avant, le couple devra gérer une crise occasionnée par sa fille adoptive Gabrielle (Anyjeanne Savaria), qui a commencé à consommer du cannabis, légal au Canada, mais pas encore au Québec.

Quand Les Bougon ont commencé, une partie de la presse craignait que le public ne soit pas prêt à un humour aussi corrosif. Le public a embarqué complètement, parce qu’il y avait un propos derrière. On verra comment la démonstration d’un major noir originaire de Trois-Rivières (Richardson Zéphir) qui parle avec le plus gros accent québécois de toute la distribution, et la représentation d’un pays souverain dont l’armée est en ruines et qui semble géré par une troupe de morons seront reçus par ce même public. Posons-nous seulement la question : est-ce qu’on peut juste avoir envie de rire un moment?

Au fait, la fameuse Maison-Bleue, qui possède son propre bureau ovale, n’est pas à Sillery comme dans l’histoire, mais bien sur l’Île Bizard, au nord-ouest de Montréal. Les 10 demi-heures seront d’abord disponibles sur l’Extra d’ICI Tou.tv à partir de jeudi.

ENFANTS DE QUÉBEC

C’est ce soir que toute l’heure des Enfants de la télé est consacrée à Québec, à 20h sur ICI Télé. La grande majorité de l’assistance était composée de gens de Québec, venus en autobus à Montréal. Pratique quand un des invités a des souvenirs flous du passé, et que des spectateurs lui rafraîchissent la mémoire! «Au coin de l’avenue Myrand!» crie une dame quand il est question des épiceries Jato. Lorsque Pierre-Yves Lord se souvient que le stationnement de Place Fleur de Lys était l’endroit idéal pour éviter de payer celui du Colisée, la foule approuve. Vous verrez deux pubs locales qui ont très mal vieilli, mais le segment le plus réussi est sans doute celui du hockey avec «l’anti-Canadien» Patrice Robitaille. Je n’étais ni un fan des Nordiques ni du Canadien et j’ai eu des frissons en revoyant certaines images, accompagnées d’Hymne à Québec de Loco Locass. Je n’aurais pas dit non à ce qu’on ressorte des perles des équivalents de Boubou comme Louvain à la carte, Devine qui vient dîner? et Via Québec. Des invités-surprises apparaîtront aux côtés des Marie-Thérèse Fortin, qu’on voit bafouiller 100 fois dans une vidéo corporative hilarante des Caisses populaires, François Morency, à qui on présente des nudistes à Bla bla bla, François Létourneau, Myriam Leblanc et Louise Beaudoin.

Richard Therrien

Le top 10 du lundi 10 février 2020

BLOGUE / Le dernier épisode de la cinquième saison des «Pays d'en haut», qui a pris fin de manière dramatique, a rallié 751 000 téléspectateurs, lundi soir sur ICI Télé. Rassurez-vous, une sixième saison est prévue. À TVA, à 21h, «Fugueuse» a attiré 1 073 000 curieux, alors que «La semaine des 4 Julie» en a retenu 149 000 à V.

À 20h, L'Échappée mène avec 1 042 000 fidèles à TVA contre 700 000 pour Une autre histoire à ICI Télé et 182 000 pour Maître du chantier à V.

À 19h30, Lâcher prise confirme sa domination avec 809 000 à ICI Télé contre 680 000 pour En tout cas, qui occupe tout juste la dernière position du top 10 à TVA.

À RDS, le match opposant les Coyotes au Canadien a été suivi par 636 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 672 000

2- Fugueuse (TVA): 1 073 000

3- L'Échappée (TVA): 1 042 000

4- Le tricheur (TVA): 985 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 864 000

6- Lâcher prise (ICI Télé): 809 000

7- Les pays d'en haut (ICI Télé): 751 000

8- Refuge animal (TVA): 704 000

9- Une autre histoire (ICI Télé): 700 000

10- En tout cas (TVA): 680 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

«La voix» loin devant «TLMEP» et les Oscars

BLOGUE / «La voix» a entrepris sa huitième saison en ralliant 1 925 000 téléspectateurs dimanche soir à TVA, ce qui représente plus de la moitié des gens devant leur téléviseur, comparativement à 2 036 000 l'année dernière. Sur ICI Télé, 917 000 ont regardé «Tout le monde en parle​​​​».

Toujours dimanche, la première de La vraie nature a été choisie par 949 000 téléspectateurs à TVA. La cérémonie des Oscars a quant à elle été suivie par 430 000 téléspectateurs à CTV, un score pratiquement égal à celui de l'an dernier, alors que 429 000 étaient au rendez-vous, mais une quinzaine de jours plus tard.

Samedi, gros succès pour En direct de l'univers, regardée par 952 000 fidèles sur ICI Télé. Juste avant, La petite vie en a rassemblé pas moins de 835 000, un exploit pour une émission vieille de 25 ans. À 20h, Le dernier soir a été vue par 464 000 téléspectateurs. À TVA Sports, le match entre le Canadien et les Maple Leafs a rallié 631 000 amateurs.

1- La voix (TVA): 1 925 000

2- La vraie nature (TVA): 949 000

3- Tout le monde en parle (ICI Télé): 917 000

4- Vlog (TVA): 862 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 740 000

6- Découverte (ICI Télé): 523 000

7- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 453 000

8- Les aventures du Pharmachien (ICI Télé): 446 000

9- The Oscars (CTV): 430 000

10- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 405 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Tout le monde croule de rire

CHRONIQUE / Alors que les auditions à l'aveugle commençaient à «La voix» et qu'on remettait des Oscars à Los Angeles, ça riait fort sur le plateau de «Tout le monde en parle», certainement l'édition la plus drôle des derniers mois. Pour Sam Breton, qui a eu un succès fou, mais aussi pour des humoristes qui s'ignorent comme une ministre caquiste et un certain maire très en forme. «Ça fait du bien», a lancé un Guy A. particulièrement heureux en débouchant le vin.

On doit certainement l'entrevue la plus drôle à Sam Breton, qui remplit ses salles et a fait crouler de rire les invités comme l'assistance dimanche. La découverte des Olivier, mais sûrement une révélation pour bien des gens dimanche soir, n'en a pas manqué une. Et pourtant, il a été question du suicide et du désir de ne pas avoir d'enfants. «Ça me tente pas de m'occuper d'un enfant», a tranché l'humoriste, à qui je décerne l'étoile du match. «Moi le wasabi, c'était un pays en difficulté», a dit Sam Breton, originaire de Laurier-Station, qui apprécie la diversité d'une ville comme Montréal. Des phrases qu'il ne peut plus entendre dans les partys de famille: «Moi, chu pas raciste» ou «j'ai été élevé de même». «Là Guy, y'a un silence, pis Dany m'ignore, j'aurai pas de carte hein?» a demandé l'humoriste, drôle jusqu'au bout.

Un nouveau duo comique est né quand la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, est arrivée sur le plateau, assise près du maire Régis Labeaume. L'entrevue a sérieusement tourné à la rigolade quand il a été question du Stade olympique, dénigré injustement selon la ministre, et du centre Vidéotron. «Oui mais il tient nous autres», a dit le maire. «Mais y'a pas de revenus qui rentrent. Moi, y'en a qui rentrent», lui a répondu la ministre dans l'hilarité générale. «C'est la faute à Mario Dumont», affirme-t-elle au sujet de son intérêt pour la politique, du temps qu'elle travaillait auprès de l'ancien chef de l'ADQ sur V. Caroline Proulx, qui préfère se faire appeler par son prénom que «Madame la ministre», affirme ne jamais avoir été aussi heureuse que ministre de la CAQ. Après les drames de motoneiges, elle a rendu la formation pour les guides d'excursion entre autres, tout comme elle légiférera plus sévèrement dès le 1er mai sur l'hébergement de type Airbnb, un fléau pour bien des propriétaires de condos.

Richard Therrien

Le top 10 du jeudi 6 février 2020

BLOGUE / N'est pas arrivé le jour où «District 31» n'occupera pas la première position du top 10 des émissions les plus regardées, du moins en données préliminaires. Encore jeudi, la quotidienne de Luc Dionne a retenu 1 621 000 fidèles sur ICI Télé, devant «Les gags» à TVA (533 000).

À 19h30, La poule aux oeufs d'or règne à TVA avec 803 000, devant Infoman, suivie par 617 000 sur ICI Télé.

À 20h, 1res fois d'ICI Télé (732 000) l'emporte sur Le bon docteur de TVA (690 000) et L'amour est dans le pré à V (384 000).

À 21h, à TVA, J.E. attire 527 000 habitués et Infractions, 299 000, alors que sur ICI Télé, Enquête en rallie 339 000, et La semaine des 4 Julie, 316 000 sur V.

1- District 31 (ICI Télé): 1 621 000

2- Le tricheur (TVA): 902 000

3- La poule aux oeufs d'or (TVA): 803 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 747 000

5- 1res fois (ICI Télé): 732 000

6- Le bon docteur (TVA): 690 000

7- Le hockey des Canadiens (RDS): 638 000

8- Infoman (ICI Télé): 617 000

9- TVA Nouvelles 17h (TVA): 556 000

10- Les gags (TVA): 533 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le cœur dans «La voix»

CHRONIQUE / Lara Fabian est partie, Cœur de pirate arrive. Garou et Pierre Lapointe renouent avec leur fauteuil, auquel Marc Dupré reste bien fidèle. Charles Lafortune, lui, prête toujours son épaule rassurante aux candidats en tant que grand frère. Voici «La voix», version 2020, qui donne le coup d’envoi aux auditions à l’aveugle demain dès 19h à TVA.

Si on ne change pas complètement une formule gagnante comme celle de La voix, il y a moyen d’apporter des éléments de surprise pour déstabiliser le téléspectateur. Ce à quoi Jean-François Blais, à sa deuxième année comme réalisateur, s’est appliqué volontiers. Pour cette huitième saison — déjà! —, on a entre autres choisi de donner un premier bonbon aux fans en dévoilant les candidats qu’ils verront aux auditions à l’aveugle, tournées depuis octobre et novembre dernier. Diffusée le mardi à 19h30, La voix extra, qui était essentiellement une émission sur les coulisses du dimanche précédent, jettera plutôt un regard sur le dimanche à venir, pour titiller le téléspectateur. Mardi, on a vu en primeur la première candidate à monter sur scène demain, sans toutefois l’entendre chanter. «Je trouvais qu’on n’avait pas le temps de s’attacher aux candidats. Cette année, on essaie de créer un sentiment d’appartenance pour chacune des régions. Ça éveille la curiosité», me confiait plus tôt cette semaine Jean-François Blais, déjà en répétition pour les chants de bataille.

Principal ajout à cette huitième édition : l’arrivée de Cœur de pirate parmi les coachs, aux côtés de Marc Dupré, Garou et Pierre Lapointe. «On a l’impression de vivre un autre show», explique le réalisateur, qui n’a que de bons mots pour sa nouvelle coach. «J’ai approché Béatrice l’été dernier. L’intérêt était là. Je lui ai demandé si elle avait envie d’avoir du fun, de rire. Elle avait envie de montrer cette partie-là de sa personnalité.»

Pourtant, la participation de Cœur de pirate comme juge à l’émission Nouvelle star sur M6 en France à l’automne 2017 n’avait pas été des plus heureuses; les nombreux commentaires du public sur son émotivité l’avaient blessée. Jean-François Blais assure que cette nouvelle expérience à La voix se passe tout à fait dans le plaisir, et souligne les qualités de coaching de sa recrue auprès des candidats. «Béatrice est clairement à la recherche de personnalité et de caractère chez ses candidats», dit-il. Plus que de voix? C’est ce qu’on verra.

Parce que le réalisateur admet être plus surpris qu’à l’habitude des choix des coachs et que plusieurs candidats, qu’on croirait choisis d’emblée pour leur voix exceptionnelle, devront passer leur tour. «On est dans un casting totalement différent. Par exemple, Garou recherche le potentiel chez les candidats. Quand c’est trop abouti, il a l’impression de ne pouvoir rien apporter. Il veut des défis.» Autre changement pour déstabiliser le quatuor : on a changé l’ordre des fauteuils, y compris celui de Marc Dupré, depuis toujours au bout de la rangée.

Bonne nouvelle : les coachs conservent le privilège de bloquer un de leurs rivaux. «C’est beaucoup plus assumé cette année, même s’ils ne sont pas obligés de le faire. Certains ont utilisé leur privilège.» Quant aux duels, ils prendront une autre tournure avec l’ajout d’un élément majeur, qui sera dévoilé plus tard. «Ça a amené une tout autre dynamique aux duels et ça donne de bons revirements», dévoile Jean-François Blais.

LE CAS ÉRIC LAPOINTE 

Le réalisateur et producteur associé se surprend d’avoir été aussi calme quand il a appris, à quelques jours du début des enregistrements, qu’Éric Lapointe devait se retirer de l’aventure, accusé de violence conjugale. Et pourtant, la production a dû procéder rapidement à d’importants ajustements, à commencer par le retour de Pierre Lapointe comme coach. L’artiste Marie-Josée Roy, qui avait créé quatre gravures sur métal avec les visages des coachs, a eu à peine 48 heures pour en produire une nouvelle. Si l’annonce était arrivée quelques jours plus tard, la production aurait été sérieusement dans le trouble.

Anouk Meunier a accouché cet automne d’un garçon et ne sera pas présente à La voix extra, qui n’a tout simplement plus d’animatrice, ni aux directs de La voix, où elle parlait aux candidats avant certaines pauses publicitaires. Le réalisateur a plutôt choisi de remplacer ce segment par un numéro musical supplémentaire, comme il ajoute de deux à trois prestations chaque dimanche aux auditions à l’aveugle. Il promet également plus de rythme dans l’émission, notamment dans les conversations des coachs entre chacun des numéros. Comme on y est habitué, attendez-vous à revoir quelques anciens candidats de La voix, de même que certains qui ont déjà fait carrière en musique.

TVA ayant annoncé le retour de Star Académie à son antenne pour l’hiver 2021, on sait déjà que La voix fera relâche. L’hypothèse d’une alternance entre les deux productions a été évoquée, mais à Deux hommes en or vendredi, Charles Lafortune a plutôt parlé de son «chant du cygne» et dit qu'il n'animerait pas Star Académie. Les spéculations ont déjà commencé, et les noms de Jean-Philippe Dion et Maripier Morin circulent...

Richard Therrien

Le top 10 du mercredi 5 février 2020

BLOGUE / Malgré une baisse dans les sondages depuis la première émission, «Animania» apparaît toujours au top 10 des émissions les plus regardées le mercredi soir avec ses 636 000 adeptes à TVA. Rien pour effrayer «Les enfants de la télé», première dans la case de 20h avec 853 000 habitués sur ICI Télé.

Léo, dont la première saison prend fin la semaine prochaine, a été suivie par 719 000 et 692 000 à 21h et 21h30 à TVA, contre 558 000 pour Cerebrum sur ICI Télé.

À 19h30, L'épicerie d'ICI Télé (656 000) l'emporte de peu sur Autiste, bientôt majeur à TVA (565 000).

1- District 31 (ICI Télé): 1 390 000

2- Les enfants de la télé (ICI Télé): 853 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 734 000

4- Le tricheur (TVA): 728 000

5- Léo 21h (TVA): 719 000

6- Léo 21h30 (TVA): 692 000

7- L'épicerie (ICI Télé): 656 000

8- Animania (TVA): 636 000

9- Autiste, bientôt majeur (TVA): 565 000

10- Cerebrum (ICI Télé): 558 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Le mystère «Bernard Derome de 1970» éclairci

BLOGUE / Vous vous l'êtes peut-être demandé en voyant cette pub de Loto-Québec: mais qui est donc ce «Bernard Derome de 1970» qui présente un faux bulletin de nouvelles? La société d'État, qui célèbre son 50e anniversaire, a mis fin au mystère en publiant une vidéo sur les réseaux sociaux.

Ainsi, c'est le comédien Samuel Décary, 24 ans, qui personnifie ce Bernard Derome de 1970, choisi pour sa carrure et la forme de son visage, semblables à celle du chef d'antenne, et conseillé par Pierre Verville. Mais la voix que vous entendez est bel et bien celle de Bernard Derome, enregistrée en studio à la façon du doublage.

Le réalisateur de la pub, Julien Hurteau, qu'on voit aussi comme acteur dans 5e rang, qualifie ce projet de «méga risque» et explique avoir eu recours à une nouvelle technologie appelée «hypertrucage». On n'y a vu que du feu.

«La gestuelle est là, le ton est là également. [...] Je me suis reconnu tout de suite», commente le vrai Bernard Derome de 2020 dans la vidéo. L'ancien chef d'antenne du Téléjournal de Radio-Canada admet avoir été remué de se voir ainsi retourner à l'âge de 26 ans.

Beau coup de pub de Loto-Québec.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«Nos élus»: pour briser le cynisme

CHRONIQUE / L’image de nos politiciens a beaucoup pâli depuis quelques décennies. On ne souligne que leur manque de charisme, leurs promesses bafouées, leur langue de bois. Et si une caméra nous les montrait en dehors des points de presse, des sessions parlementaires et des cérémonies officielles? Nos élus, une minisérie documentaire prévue pour l’automne à Télé-Québec, se donne comme mandat de nous faire sortir du cynisme.

Martine Forand en connaît un chapitre sur le sujet en tant que conjointe de Bernard Drainville. Au nom de ce que les années de politique de l’ancien ministre péquiste lui ont apporté de soucis et de désagréments, mais aussi de moments réjouissants, elle a voulu traduire à l’écran un portrait plus fidèle du travail méconnu et trop souvent sous-estimé de nos élus. «C’est mon projet. Je le fais pour faire comprendre aux gens c’est quoi, parce que ça a été dur pour les enfants, pour la famille», me confie-t-elle. C’est sa maison de production, Taïga média, basée à Québec, qui est derrière les quatre épisodes de cette série, diffusée le jeudi à 20h dès la mi-novembre à Télé-Québec.

Déjà, elle s’était prêtée au documentaire La politique n’est pas un jeu d’enfants, qui explorait les répercussions de la vie politique active sur les enfants des élus, souvent la cible d’intimidation. Cette fois, c’est une image plus positive qu’elle souhaite véhiculer, tout en ne rayant pas les jours difficiles, parce qu’il y en a. «Ce n’est pas un document corporatif, loin de là. C’est complètement apolitique, c’est une série sur l’humain.»

Alors qu’Esther Bégin l’a fait à travers des entrevues dans Fièvre politique, De garde 24/7 sert d’inspiration à Nos élus, tant dans la forme que dans le ton. Le réalisateur Louis Asselin, qui est derrière Nos élus, a d’ailleurs réalisé des épisodes de la série médicale. Comme n’importe quel docu-réalité, la série reposera sur la force de ses «personnages». Avec son équipe, Martine Forand a pris soin de choisir des députés de chacune des formations politiques, que la caméra suivra de plus près. «Tout est fait dans la neutralité la plus complète. On va les humaniser», dit-elle. On laisse les élus concernés choisir de recevoir ou non les caméras dans leur intimité quotidienne, jusqu’à leur domicile. «On respecte ça, il n’y a aucune obligation de leur part. À leur place, je n’aurais pas voulu qu’on m’impose ça.»

Le tournage s’est mis en branle mardi, en même temps que la nouvelle session parlementaire. Et déjà, l’équipe a eu droit à de belles surprises. «Une nouvelle élue prenait place à l’Assemblée nationale [Joëlle Boutin de la CAQ] et on s’est fait annoncer une grossesse parmi les élues», relate la productrice. On tournera jusqu’à la fin de la session en juin.

Martine Forand a fait mentir son conjoint, qui ne croyait jamais qu’elle réussirait à convaincre les quatre partis de se prêter à l’aventure. «Ça ne s’est jamais fait, ça a été de longues négociations, mais ils ont compris que je le faisais pour les bonnes raisons.» Bien qu’il soit en couple avec la productrice, notons que Bernard Drainville n’est impliqué d’aucune façon dans la série. «On ne s’en parle même pas, c’est presque un sujet tabou entre nous! Ça fait rire les enfants, parce que c’est moi qui vais travailler à l’Assemblée nationale le matin.»

Avant de fonder Taïga média, Martine Forand œuvrait jusqu’au printemps dernier avec Pierre-Yves Lord chez Saturne 5, une boîte de Québec qui produisait notamment les séries Les flots, De par chez nous et Danse ta vie. Aux premières loges de la politique durant plusieurs années, elle considère que les politiciens sont jugés trop sévèrement, tant par la population que par les médias. «Il y a quand même plus de 90 % des projets de loi qui sont adoptés à l’unanimité, et on n’entend jamais parler. Les politiciens travaillent ensemble sur plusieurs dossiers.» Avec un tel sujet, on peut se demander : pourquoi seulement quatre épisodes, alors que De garde 24/7 en compte 10? Sans nul doute, il y aurait du matériel pour plusieurs saisons.

Richard Therrien

Le top 10 du mardi 4 février 2020

BLOGUE / «Épidémie» et son coronavirus gardent le cap: la série de TVA conserve la deuxième position du top 10 avec 960 000 fidèles, derrière «District 31», suivie par 1 569 000 à ICI Télé. À 21h, «5e rang» rallie 683 000 adeptes sur ICI Télé, et «La semaine des 4 Julie», 172 000 sur V.

À 19h30, La facture maintient sa domination avec ses 697 000 habitués sur ICI Télé contre L'Académie de TVA, choisie par 360 000.

À 20h, L'heure bleue reste première à TVA avec 891 000 contre Toute la vie, pas très loin derrière sur ICI Télé avec 722 000.

À RDS, le match du Canadien contre les Devils a retenu 611 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 569 000

2- Épidémie (TVA): 960 000

3- L'heure bleue (TVA): 891 000

4- Le tricheur (TVA): 866 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 840 000

6- Toute la vie (ICI Télé): 722 000

7- La facture (ICI Télé): 697 000

8- 5e rang (ICI Télé): 683 000

9- Le hockey des Canadiens (RDS): 611 000

10- La voix extra (TVA): 604 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«L’œil du cyclone»: mère débordée mais pas «à boutte»

CHRONIQUE / La charge mentale, la gestion du foyer, appelez ça comme vous voulez, est une expression bien de notre temps. Et ce sera la toile de fond de L’œil du cyclone, une nouvelle comédie à sketchs disponible sur l’Extra d’ICI Tou.tv, dans la section Véro.tv, en octobre prochain. Une autre série que portera sur ses épaules Julie Le Breton, qu’on voit cet hiver dans «Les pays d’en haut» et dans «Épidémie». Et un retour au jeu pour Véronique Cloutier, sur sa propre plateforme de diffusion.

Quand on parle de sketchs, on pense à la série Les Parent, où les saynètes n’étaient pas forcément reliées. C’est dans cet esprit qu’évoluera Isabelle Gagnon (Julie Le Breton), mère monoparentale de trois enfants, divorcée, qui dirige à domicile sa propre entreprise d’organisation de mariage. Précisons tout de suite qu’il ne s’agit ni d’une mère indigne ni d’une «mère à boutte», dépassée par les événements et qui a perdu le contrôle sur ses enfants. «Ça, on l’a déjà vu», explique Louis Morissette, un des producteurs chez KOTV. Reste qu’elle devra parfois tourner les coins ronds et lâcher prise, une fois dans «l’œil du cyclone» de la vie quotidienne.

Véronique Cloutier tiendra le rôle d’Éliane, très présente pour sa sœur Isabelle, même s’il s’agit d’un rôle de soutien. Une courtière immobilière, qui représente la liberté, qui entretient une relation à distance. Pour Véro, il s’agit d’un premier rôle dramatique depuis le film Les dangereux et la série de Fabienne Larouche, Music Hall. Elle dit depuis des années qu’elle aimerait jouer dans une comédie romantique ou une comédie tout court, et le rôle était parfait pour elle. Traitement de faveur du mari producteur? «Quel producteur en ville ne voudrait pas avoir Véro dans sa série?» demande Louis Morissette.

La mère d’Isabelle et d’Éliane, Suzanne, sera jouée par Danielle Proulx. Isabelle a trois enfants : Jade, 17 ans, et des jumeaux, Ema et Ludo, 9 ans. Malgré son jeune âge, l’aînée semble réussir en amour davantage que sa mère. Jade est jouée par Emi Chicoine, excellente dans la deuxième saison de Plan B et actuellement dans L’effet secondaire. C’est aussi la fille du réalisateur Alain Chicoine, qui coréalise avec Julie Hogue. Une première pour celle-ci, qui était jusqu’ici assistante à la réalisation. Quant aux jumeaux, ils ne pourraient pas être plus mal assortis; le garçon (Joey Bélanger) est dangereusement anxieux, alors que sa sœur (Lilou Roy-Lanouette) est dégourdie et volontaire. Nul doute qu’Ema voudra profiter des failles de son petit frère.

Preuve que c’est possible, Isabelle a réussi son divorce à défaut d’avoir réussi son mariage. Elle n’entretient aucune animosité pour son ex, Jean-François (Patrick Hivon), et sa nouvelle blonde Mylène (Catherine Souffront). Même si le script-éditeur est Jean-François Léger (Mes petits malheurs, Les Parent), l’équipe d’auteurs est surtout composée de femmes, une condition évidente pour le producteur de bien décrire la vie de mère de 42 ans. Les 13 épisodes d’une demi-heure seront tournés dès le mois prochain, et éventuellement diffusés sur ICI Télé après leur disponibilité sur Véro.tv.

Richard Therrien

Le top 10 du lundi 3 février 2020

BLOGUE / Légère remontée de «Fugueuse», vue lundi à 21h par 1 155 000 fidèles à TVA. Des chiffres tout à fait comparables à ceux d'il y a deux ans.

À la même heure sur ICI Télé, Les pays d'en haut a été vue par 674 000 téléspectateurs, apparaissant tout juste à 10e position du top 10. Sur V, La semaine des 4 Julie a rallié 218 000 irréductibles.

À 19h30, Lâcher prise reste première avec 884 000 fidèles sur ICI Télé devant En tout cas, qui en retient 724 000 à TVA.

À 20h, belle progression pour Une autre histoire à ICI Télé (759 000), mais L'Échappée reste dominant à TVA (1 037 000).

1- District 31 (ICI Télé): 1 524 000

2- Fugueuse (TVA): 1 155 000

3- L'Échappée (TVA): 1 037 000

4- Le tricheur (TVA): 921 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 892 000

6- Lâcher prise (ICI Télé): 884 000

7- Une autre histoire (ICI Télé): 759 000

8- En tout cas (TVA): 724 000

9- Refuge animal (TVA): 712 000

10- Les pays d'en haut (ICI Télé): 674 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.