RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mardi 16 avril 2019

BLOGUE / Malgré un faible auditoire de 292 000 téléspectateurs mardi soir, «Bonsoir bonsoir!» se classe tout juste à la 10e position du palmarès des émissions les plus regardées. Le talk-show est premier dans sa case horaire sur ICI Radio-Canada Télé, devant «L'arme fatale», suivie par 275 000 adeptes. Les chiffres devraient être plus élevés ce soir alors que Jean-Philippe Wauthier recevra des vedettes de «District 31» à la veille de la finale.

D'ailleurs, le top 10 est une nouvelle fois largement dominé par la quotidienne de Luc Dionne avec 1 388 000, suivie du Tricheur, vu par 852 000 fidèles à TVA. À Télé-Québec, Passe-Partout trouve la faveur de 214 000 petits et grands à 18h.

1- District 31 (ICI Télé): 1 388 000

2- Le tricheur (TVA): 852 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 826 000

4- La facture (ICI Télé): 630 000

5- District 31: le documentaire (ICI Télé): 393 000

6- TVA Nouvelles 22h (TVA): 390 000

7- Le téléjournal 18h30 (ICI Télé): 338 000

8- World of Dance: la compétition (TVA): 326 000

9- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 320 000

10- Bonsoir bonsoir! (ICI Télé): 292 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com

Télé et radio

«Le dernier soir»: la vérité, 44 ans plus tard?

CHRONIQUE / Qu’est-il arrivé pour que Diane Déry et Mario Corbeil, tous deux âgés de 13 et 15 ans, soient tués lâchement alors qu’ils se baladaient en motocyclette à Longueuil? Ce faits divers remontant à 1975 fera l’objet d’une série documentaire, «Le dernier soir», une grande enquête signée Monic Néron, dont les six épisodes d’une heure seront disponibles sur l’Extra ICI Tou.tv au début du mois de juillet.

Monic Néron, qui couvrait les affaires judiciaires à l’émission de Paul Arcand au 98,5 à Montréal jusqu’à tout récemment — elle est actuellement en congé de maternité —, ne connaissait pas l’histoire de ce double meurtre. Ce soir du 20 mai 1975 à Longueuil, les deux voisins de 13 et 15 ans roulaient en motocyclette sur un sentier très souvent emprunté par les jeunes des environs. Ce sera le dernier soir où leurs parents les ont vus. Les deux jeunes ont été retrouvés le lendemain matin, criblés de balles qui provenaient d’une arme de chasse.

Comme c’est souvent le cas dans ce genre de séries, on prétend que l’enquête policière a été bâclée et que les autorités n’ont pas tout mis en œuvre pour désigner le ou les coupables. C’est là que l’équipe d’enquête intervient, 44 ans plus tard, pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Il y a deux ans, Monic Néron rencontrait le producteur de Deuxième chance pour parler de son projet. L’émission de Patrick Lagacé et Marina Orsini, dont elle était une fidèle, est reconnue pour son équipe de recherchistes du tonnerre, un atout essentiel pour une enquête comme celle-ci. L’équipe du Dernier soir a donc obtenu la collaboration des parents des deux victimes, une opération délicate, vous vous en doutez bien. Elle ne prétend pas faire le travail de la police, mais espère pouvoir faire rouvrir l’enquête. À coup sûr, la série apportera des éléments nouveaux qui pourraient changer le cours des choses. «Ce que la police en fera, ça ne nous appartient pas», précise le producteur Guillaume Lespérance chez A Média. Productrice au contenu et scénariste de Deuxième chance, Manuelle Légaré souligne qu’on n’a pas voulu créer de faux espoirs chez la famille ni leur promettre quoi que ce soit. «On n’est pas là pour mettre des menottes à personne. Mais on leur a dit qu’ils auraient plus d’infos que ce qu’ils avaient déjà.» 

Vous devinez qu’une telle entreprise ne fera pas l’affaire de tout le monde. Monic Néron raconte que certaines personnes étaient très mécontentes de la voir arriver avec son équipe. «On a l’impression qu’il y a des gens qui aimeraient que cette histoire soit oubliée», affirme Guillaume Lespérance. Dans la bande-annonce, très accrocheuse, on apprend que le nom d’un suspect circulait à l’époque. Allergique aux reconstitutions, Le dernier soir évoquera les faits avec des images d’archives, sans avoir recours à des comédiens.

L’équipe ne s’en cache pas : les séries du genre de Making A Murderer, qui obtiennent tant de succès sur Netflix et qui relancent des enquêtes qu’on croyait enterrées, servent de modèles. On nous promet qu’à la fin de chaque épisode, on voudra voir le prochain. D’ailleurs, Le dernier soir n’est pas le seul docu-réalité du genre au Québec, puisqu’il arrive après que le Club illico eut annoncé l’automne dernier Meurtriers sur mesure, une série documentaire de sept épisodes, portant sur deux hommes emprisonnés durant 10 ans par erreur pour le meurtre d’une jeune fille de 14 ans à Val-d’Or. Cette série doit voir le jour au cours de la prochaine saison.

Avec sa collègue Émilie Perreault, Monic Néron a aussi dans ses cartons un projet de documentaire sur le traitement des agressions sexuelles par le système judiciaire, intitulé La parfaite victime. Le duo avait obtenu les confessions de 10 femmes, à la base de l’affaire Rozon.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 15 avril 2019

BLOGUE / ICI Radio-Canada Télé mène dans les sondages de 19h à 22h, devant TVA, pour la soirée de lundi. Ainsi, «District 31», «Les Morissette et moi», «Les chefs!» et «Bonsoir bonsoir!» sont toutes premières dans leurs cases respectives.

Toujours selon les données préliminaires, le talk-show de Jean-Philippe Wauthier n'apparaît pas dans le top 10 avec ses 364 000 adeptes, mais fait mieux que Combien vaut cette maison?, vue par 283 000, et qui menait la semaine dernière à TVA.

1- District 31 (ICI Télé): 1 434 000

2- Le tricheur (TVA): 915 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 777 000

4- Les Morissette et moi (ICI Télé): 577 000

5- Refuge animal (TVA): 540 000

6- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 511 000

7- Les chefs! (ICI Télé): 501 000

8- Arrive en campagne (TVA): 482 000

9- Le téléjournal 18h30 (ICI Télé): 392 000

10- Chicago Fire: caserne 51 (TVA): 387 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top du dimanche 14 avril 2019

BLOGUE / Le premier direct de «La voix» a été suivi dimanche soir par 1 678 000 fidèles à TVA, ce qui le place loin devant «La vraie nature», deuxième avec 747 000. «Tout le monde en parle» suit avec 715 000 sur ICI Radio-Canada Télé.

En matinée, la ronde finale du Tournoi des maîtres, qui a couronné Tiger Woods, a obtenu une moyenne de 114 000 téléspectateurs de 9h à 14h54, avec une pointe à 279 000 à 14h29, à RDS.

Vendredi, la première de L'effet wow a retenu l'attention de 203 000 curieux sur ICI Radio-Canada Télé, contre 678 000 pour Ça finit bien la semaine à TVA. Le tricheur occupe la tête avec 717 000.

Samedi, La petite vie a été l'émission la plus regardée de la soirée avec ses 553 000 fidèles sur ICI Télé, devant le TVA Nouvelles de 18h, vu par 489 000.

1- La voix (TVA): 1 678 000

2- La vraie nature (TVA): 747 000

3- Tout le monde en parle (ICI Télé): 715 000

4- Vlog (TVA): 693 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 675 000

6- Découverte (ICI Télé): 449 000

7- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 440 000

8- Ici Laflaque (ICI Télé): 364 000

9- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 320 000

10- TVA Nouvelles 22h35 (TVA): 313 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Guylaine Tremblay et Josée Deschênes dans «Winnebago»

BLOGUE / Guylaine Tremblay et Josée Deschênes seront les vedettes de «Winnebago» (titre de travail), une minisérie de six épisodes prévue à l'horaire de Séries+ pour le printemps 2020.

Réalisée par Francis Leclerc et produite chez Casablanca (Série noire, 5e rang), ce Thelma et Louise québécois racontera le destin de deux amis qui décident de tout abandonner pour partir en VR à travers le Québec. La comédienne et scénariste Julie Roussel et Anthony Ferro cosignent le scénario.

La décision de Corus, propriétaire de Séries+, de mettre de côté ses projets de séries québécoises après le succès de Plan B avait choqué l'industrie l'année dernière. Le Bureau de la concurrence ayant refusé la vente de la chaîne à Bell, Corus a dû reprendre les choses en main et relancer la production d'oeuvres originales tant à Séries+ qu'à Historia.

Le tournage de Winnebago commencera en juin.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

TLMEP: éloquente Laurence Nerbonne

CHRONIQUE / Laurence Nerbonne a certainement offert la meilleure entrevue de la soirée, dimanche à «Tout le monde en parle». Je lui décerne mon étoile du match. Pertinente, éloquente, elle montre son côté «dure à cuire» sur son deuxième album très entraînant, intitulé «Feu». La chanteuse s'étonne que le hip-hop soit si peu exploité au Québec et croit que, pour intéresser les jeunes générations, «va falloir offrir plus de diversité, des choses plus ouvertes sur le monde».

«Appelez dans les radios pour dire ce que vous voulez entendre», affirme celle qui remarque que seulement 20 femmes apparaissent dans le top 100 des chansons les plus jouées au Québec. Lorsqu'il a été question de la déclaration controversée de Louis-Jean Cormier sur la parité dans la programmation des festivals dans La Presse, l'entrevue a dévié sur la question des quotas, «un passage obligé», selon Julie Le Breton. Laurence Nerbonne, qui admet s'être «déjà fait pogner les fesses par un technicien», s'est inspiré d'expériences de son entourage pour écrire la percutante #METOO. «J'ai jamais fait d'argent de mes disques de toute ma vie», a déclaré l'artiste, qui porte un regard très lucide sur son industrie.

Martin Petit trouve indéfendable la position de Gad Elmaleh, qui a plagié de nombreux humoristes, dont lui. «Tu rentres dans une banque, tu voles de l'argent, c'est pas un hommage au système monétaire», a-t-il blagué, parlant de «la pire affaire qu'un humoriste peut faire». À la suite des pressions du ComediHa! Fest, son Grand Montréal Comédie Fest a changé de nom pour le Grand Montréal Comique. À sa deuxième édition, le festival proposera la Coupe du monde du stand-up, à laquelle ne participe qu'un seul pays. «Vous avez pas de règlements?» s'est étonné un Guy A. hilare. Son nouveau spectacle s'intitule «Martin Petit à 107 000 km/h», faisant référence à la vitesse à laquelle la Terre tourne, «une information relaxante» qui nous fait relativiser selon lui. Petit a lu la carte de Dany en feignant le haut-le-coeur: «Si jamais le Grand Montréal Comique se cherche un directeur général, y a un certain Gilbert Rozon qui le ferait bénévolement.»

Entrevue décousue avec Valentine Thomas, qui a abandonné le droit, un travail à Londres et même son conjoint pour partir vivre sa passion pour la pêche en apnée, avec ses deux chiens saucisses. L'influenceuse sur Instagram, qui a une préférence pour les Bahamas et qui n'a pas peur d'affronter les requins, a réussi à rester sous l'eau sans respirer jusqu'à 5 minutes 45 secondes. L'état des océans «est très moche», affirme celle qui voit régulièrement des ballons, des sacs de plastique, des gobelets en styromousse, et même un frigo et des pneus en pleine mer.

«À choisir, j'aime mieux un auteur mort, Racine, Corneille, parce que je décide de tout», affirme Serge Denoncourt, qui vit pourtant une relation professionnelle ouverte mais étroite avec le dramaturge Michel Marc Bouchard, pour une huitième production. Dans La nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé, au TNM, Julie Le Breton jouera une thanatologue connue mondialement, qui revient dans sa ville natale pour embaumer sa mère. «Tu t'es calmé avec les années», a lancé la comédienne au metteur en scène, admettant que la création d'une pièce de théâtre comporte ses moments de tension. «Il n'est pas du tout dans la mesquinerie, dans la méchanceté.»

Denoncourt croit totalement son ami Wade Robson, qui a témoigné des abus sexuels dont il a été victime de la part de Michael Jackson dans un documentaire, et qui a reçu des menaces de mort depuis. Doit-on bannir l'oeuvre de Jackson? Annuler le spectacle du Cirque du Soleil? «Présentement, il m'écoeure, j'ai pas envie», répond Denoncourt, qui admet redécouvrir Claude Jutra, malgré tout. «J'ai vu «Mon oncle Antoine» récemment et j'ai trouvé ça bon.» Il se porte à la défense des Petits Chanteurs du Mont-Royal, à qui la Commission scolaire de Montréal ne permettra plus de fréquenter le Collège Notre-Dame. «Comme toujours, c'est pas les petits garçons riches qui vont en souffrir, c'est les petits garçons pauvres», dénonce-t-il.

L'entrevue avec les chauffeurs de taxi traduisait bien la détresse humaine vécue dans ce domaine avec le projet de loi 17 du gouvernement de la CAQ. Max-Louis Rosalbert, patriarche des chauffeurs de taxi haïtiens, et Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec, considèrent largement insuffisante la compensation globale de 500 millions de dollars et parlent d'«expropriation». M. Homsy craint qu'Uber baisse ses prix et finisse par étrangler les chauffeurs de taxi. Serge Denoncourt remarque par ailleurs que l'industrie du taxi a beaucoup amélioré son service à la clientèle depuis l'arrivée d'Uber, dont il n'utilise pas les services. «Est-ce qu'on mérite d'être effacés si on s'est améliorés?» demande Abdallah Homsy. «Nous avons une cause juste», déclare Max-Louis Rosalbert, espérant sensibiliser la population, malgré les manifestations qui ont ralenti la circulation en ville.

L'Impact de Montréal, qui remportait son match d'ouverture à domicile samedi, a fait l'objet du dernier segment de l'émission. Le président de l'équipe, Kevin Gilmore, considère que l'Impact doit se comporter comme un club de ligue majeure dans un grand marché, et demande aux joueurs de se montrer davantage au public, comme c'était le cas du milieu défensif Samuel Piette, sur le plateau. L'entraîneur-chef Rémi Garde, qui ne manque pas de vocabulaire, est resté très concis au sujet de son avenir avec l'équipe, dont il discutera prochainement avec la direction. Kevin Gilmore n'a pas voulu se prononcer sur le conflit opposant Bell à TVA Sports, télédiffuseur officiel des matchs de l'équipe. «Ce qu'on voit présentement, c'est commun aux États-Unis», a-t-il tout de même dit.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 11 avril 2019

BLOGUE / La série américaine «Le bon docteur», qui met en vedette Freddie Highmore, apparaît au quatrième rang des émissions les plus regardées jeudi soir avec 649 000 téléspectateurs à TVA, suivie par «L'amour est dans le pré» et ses 563 000 adeptes, le plus fort auditoire de V ce printemps. «District 31» obtient 1 438 000, ce qui augure bien pour les quatre derniers épisodes de la série, la semaine prochaine.

Battue par une reprise du spectacle de Philippe Bond, vue par 403 000 téléspectateurs à TVA, Bonsoir bonsoir! n'apparaît pas au top 10, suivi par 328 000 irréductibles. Avec ses 589 000 fidèles, Infoman est la deuxième émission d'ICI Radio-Canada Télé la plus regardée.

1- District 31 (ICI Télé): 1 438 000

2- TVA Nouvelles 18h (TVA): 680 000

3- Le tricheur (TVA): 658 000

4- Le bon docteur (TVA): 649 000

5- Infoman (ICI Télé): 589 000

6- L'amour est dans le pré (V): 563 000

7- 1res fois (ICI Télé): 544 000

8- Philippe Bond II (TVA): 403 000

9- TVA Nouvelles 22h (TVA): 371 000

10- Le téléjournal 18h30 (ICI Télé): 357 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

Sylvie Bernier: à la mémoire de Raphaël

CHRONIQUE / Sylvie Bernier avait tourné le dos à la piscine et aux activités aquatiques depuis le 24 juillet 2002. Ce jour-là, elle a vu son neveu de cinq ans, Raphaël, se noyer sous ses yeux dans la rivière Nouvelle, sans pouvoir rien y faire. Une cicatrice qu’elle porte au cœur, et un fond de culpabilité récurrent.

Dans le documentaire Sylvie Bernier : le jour où je n’ai pas pu plonger, diffusé dans Doc humanité, samedi à 22h30 sur ICI Radio-Canada Télé, la championne olympique a voulu raconter cette tragédie, tout reprendre du début, pour prévenir d’autres noyades, mais surtout pour honorer la mémoire de Raphaël. On peut dire sans exagérer qu’un tel documentaire peut certainement sauver des vies.

Ce jour de juillet, pour conclure deux semaines de vacances en Gaspésie, Sylvie et des membres de sa famille ont décidé de descendre en canot la rivière Nouvelle, une activité initiée en partie par l’ex-plongeuse, alors présidente d’honneur d’un souper-bénéfice pour la ZEC locale. L’excursion, en apparence sans danger, tourne au cauchemar. Dans un virage à 90 degrés, l’un des canots se heurte à un embâcle de bois et chavire, coule au fond, emportant l’un des enfants, Raphaël, qui porte pourtant sa veste de sécurité.

Voir les parents refaire le fil des événements, raconter avoir vu la petite main de leur fils au fond de l’eau, est évidemment poignant. Et entendre Sylvie, qui a voulu plonger pour sauver son neveu, mais devoir y renoncer, l’est tout autant. «Est-ce que j’aurais pu plonger pour sauver Raphaël?» se demande-t-elle. Durant des mois, elle se terre, complètement défaite, remise son kayak de mer, renonce à la pêche, boudant les plaisirs de l’eau et laissant son conjoint Gilles prendre le relais auprès des enfants.

L’histoire de Raphaël a aussi laissé des traces à Nouvelle. Finies les randonnées en canot sur la rivière. Le sujet est presque tabou tant la plaie n’est pas tout à fait refermée. Le rapport du coroner en chef du Québec avait identifié plusieurs lacunes dans cette expédition funeste. «Si le guide avait bien encadré le groupe, ça ne serait pas arrivé», se rappelle Pierre Gaudreault, directeur général d’Aventure Écotourisme Québec, qui avait alors été interrogé. Le documentaire évoque, qu’encore aujourd’hui, un tel drame pourrait survenir.

Par exemple, les entreprises de descentes en rapides ne sont pas régies par des lois strictes; chacune a ses propres lois. Je me souviens d’ailleurs d’un guide de rafting qui s’amusait à faire chavirer notre radeau pneumatique, aussi souvent qu’il le pouvait, sur la Rivière-Rouge dans les Laurentides. J’ai cru que j’y passerais. «Avant ça, un guide, ça avait les épaules larges, ça avait l’accent du coin, pis [ça disait] : “Moi, j’la connais la rivière, j’la pêche!”» raconte le guide d’aventure Jean-François Dubé.

Moment très émouvant quand Sylvie Bernier, qui agit aussi comme narratrice de ce documentaire, décide de prendre le taureau par les cornes et de refaire la périlleuse expédition, pour exorciser le drame, accompagnée cette fois du rassurant Jean-François Dubé. «Raconter cette histoire m’a donné un nouveau souffle», explique Sylvie, qui reprend sous nos yeux le plongeon qui lui a valu l’or à Los Angeles en 1984. Une façon de se réconcilier avec l’eau, qui lui a arraché Raphaël. C’est aussi pour lui qu’elle se consacre au programme «Nager pour survivre», qui initie les enfants aux plaisirs aquatiques, sachant qu’un sur deux, au Québec, pourrait se noyer s’il tombait en eaux profondes.

Réalisé par Lisette Marcotte, Le jour où je n’ai pas pu plonger arrache parfois les larmes. En plus d’attirer la sympathie et la compassion, il invite à la prudence, même dans les situations qui nous apparaissent les plus sécuritaires. Regardez-le, y consacrer une heure vaut réellement l’investissement.

RICHARD THERRIEN

V met fin à «La guerre des clans»

BLOGUE / «La guerre des clans», que V avait réanimée avec Jean-François Breau, n'aura survécu qu'une seule saison dans sa nouvelle version. J'ai appris que le célèbre jeu ne sera pas de retour à l'automne.

La raison? La guerre des clans intéressait peu les 18-49 ans, la cible de V. «Il s'agit d'une de nos émissions avec la moyenne d'âge la plus élevée, largement même en comparaison avec nos autres émissions», m'explique Michaël Majeau, directeur communications et relations publiques chez Groupe V Média. Même revampé, le jeu n'avait pas plus succès sur la plateforme noovo.ca, sur laquelle mise beaucoup V. «Finalement, nous avons dû considérer les coûts de format importants et en constante augmentation pour cette émission, qui nous ont également amené à faire ce choix.»

La décision de remplacer Jean-François Baril par Jean-François Breau avait fait grand bruit l'année dernière, soulevant la colère des fans de l'émission. Le diffuseur se dit satisfait de sa performance à l'animation, mais force est de constater que ce n'était pas suffisant. Cet hiver, l'émission attirait en moyenne 175 000 fidèles à 17h30, comparativement à 334 000 pour Silence, on joue! sur ICI Radio-Canada Télé.

La guerre des clans n'est pas la seule émission de V à passer à la trappe, puisque Moment décisif, Je suis chef, Bootcamp: le parcours extrême et Vendeurs de rêve subissent le même sort. Le diffuseur a toutefois annoncé le retour de L'amour est dans le pré pour une huitième saison.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mercredi 10 avril 2019

BLOGUE / Prédiction facile: «District 31» ne quittera pas la première position jusqu'à la finale de jeudi prochain. Mercredi, la quotidienne de Luc Dionne a retenu 1 292 000 accros.

L'épicerie fait toujours bonne figure, en quatrième position, devant La poule aux oeufs d'or et Dans l'oeil du dragon. Bonsoir bonsoir!, qui attire 339 000 curieux, n'apparaît pas au top 10.

1- District 31 (ICI Télé): 1 292 000

2- Le tricheur (TVA): 812 000

3- TVA Nouvelles 18h (TVA): 744 000

4- L'épicerie (ICI Télé): 686 000

5- La poule aux oeufs d'or (TVA): 671 000

6- Dans l'oeil du dragon (ICI Télé): 591 000

7- La recrue (TVA): 471 000

8- TVA Nouvelles 22h (TVA): 365 000

9- La voix extra (TVA): 359 000

10- Le téléjournal 18h30 (ICI Télé): 344 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.