Les propos de Denise Bombardier à l'émission Tout le monde en parle ont créé une vague de frustration chez les francophones hors Québec.

Restez chez vous, Mme Bombardier

CHRONIQUE / «Puis… ? Qu’as-tu pensé du passage de Denise Bombardier à Tout le monde en parle (TLMEP), hier soir ? », me demande un collègue lundi matin.

Ce que j’en ai pensé ? J’en ai pensé la même chose que la dernière fois qu’elle a été invitée à TLMEP et qu’elle a dit que toutes les communautés francophones hors Québec ont à peu près disparu. Elle parle à travers son chapeau et c’est du n’importe quoi. Denise Bombardier ne m’a pas choqué. Elle ne m’a pas amusé. Elle m’a laissé complètement indifférent. Comme la dernière fois.

En fait, il n’y a qu’une seule différence entre ses deux apparitions à TLMEP. La première fois, en octobre 2018, elle a provoqué pour vendre son autobiographie. Et cette fois-ci, elle a provoqué pour « vendre » le documentaire Denise au pays des francos. Provoquer et faire parler d’elle, c’était sa mission. Comme disait ma grand-mère : « parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en !».

Et aujourd’hui, bien… tout le monde en parle. Mission accomplie, Madame.

Je reviens à ce documentaire Denise au pays des francos. Après sa déclaration-choc à TLMEP, à l’automne 2018, Mme Bombardier a été conviée par la firme Manito Média à un voyage à travers la francophonie hors Québec. Une invitation qu’elle a acceptée.

Sauf que son petit voyage estival « au pays des Francos » s’est résumé à de très brèves rencontres dans des cuisines et des cafés du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario et du Manitoba. Point. Et elle en est revenue en disant que son opinion sur la présence du français hors Québec n’a pas vraiment changé.

Évidemment qu’elle n’a pas changé d’opinion. On ne peut pas saisir la réalité de ces communautés en quelques minutes ou en quelques heures tout en étant constamment devant l’œil d’une caméra. Il faut s’y imprégner. Il faut s’y attarder. Il faut la vivre, cette réalité.

À LIRE AUSSI:

Tout le monde en parle...

Si je peux affirmer aujourd’hui que les Acadiens de la Nouvelle-Écosse (oui, de la Nouvelle-Écosse, Mme Bombardier) forment une communauté vibrante et dynamique, c’est parce que j’ai séjourné trois semaines dans leur magnifique coin de pays. Trois semaines à rencontrer les Acadiens du coin, à casser la croûte avec eux, à rire avec eux, à discuter. À apprendre, par exemple, qu’ils ont leur propre conseil scolaire francophone, leur réseau de caisses populaires, leur hebdomadaire Le Courrier de la Nouvelle-Écosse qui a été fondé il y a 82 ans, leur université (!) et leurs entreprises dirigées par des francophones qui embauchent majoritairement des francophones.

Si je peux affirmer aujourd’hui que les Fransaskois sont de fiers francophones, c’est parce que j’ai passé une semaine avec eux, il y a trois ans. Et c’est la même chose pour les Franco-Ontariens du Nord, du Sud et de partout ailleurs en province que j’ai eu la chance de visiter à maintes reprises. Allez dire à ces gens qu’ils sont en voie de disparition et vous serez à tout jamais la risée de leur communauté.

Mme Bombardier a rajouté une couche à ses propos insignifiants, dimanche, en disant que les Franco-Ontariens parlent une langue inintelligible pour les Québécois. 

Misère… Quand je disais que c’est du n’importe quoi pour simplement provoquer, en voici l’exemple parfait. Mais c’est vrai que je ne comprends rien lorsque j’entends Véronic DiCaire en entrevue. Même chose pour Katherine Levac, je ne comprends absolument rien de ce qu’elle dit sur scène. Roy Dupuis ? Du chinois. Denise Robert ? Inintelligible. Jean-Marc Dalpé et Daniel Poliquin ? Illisible.

(Soupir…) Faites-nous une faveur, Mme Bombardier et, la prochaine fois, restez donc chez vous. Et sachez que je ne regarderai pas votre documentaire bidon. Des gens qui viennent nous visiter dans l’unique but de nous ridiculiser, de nous insulter, de nous provoquer et de nous dénigrer sans même nous connaître, nous en avons soupé.

Restez chez vous, Madame, et tout le monde s’en portera mieux.