Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
En janvier 2018, le premier ministre canadien Justin Trudeau disait «oui» à un train à grande fréquence dans le corridor Québec-Windsor. Depuis, toujours par le moindre lancement d’un TGF (projet piloté par VIA Rail) à l’horizon.
En janvier 2018, le premier ministre canadien Justin Trudeau disait «oui» à un train à grande fréquence dans le corridor Québec-Windsor. Depuis, toujours par le moindre lancement d’un TGF (projet piloté par VIA Rail) à l’horizon.

Monorail, Express du Nord et tortillard

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Philippe Couillard avait demandé aux Québécois en 2017 de l’aider à imaginer «une liaison moderne, durable et futuriste entre notre capitale nationale et notre métropole». Dit comme ça, ce n’était pas si fou. Il était logique et pertinent de penser à une liaison rapide entre Québec et Montréal qui serait «électrique et écologique».

Précisant sa pensée, l’ex-premier ministre avait ensuite évoqué un «monorail». Patatrac! C’était déjà le début de la fin. L’accueil avait été si terrible que M. Couillard avait rapidement cessé d’en parler. Plusieurs se souviennent de cet épisode.

Ce que l’on sait moins, c’est que jusqu’à ce moment-là et depuis quelque temps déjà, le Parti québécois rêvait à un monorail (et même à plusieurs). Le parti alors dirigé par Jean-François Lisée voulait, s’il prenait le pouvoir, réaliser «un banc d’essai pour le projet de monorail électrique qui pourrait relier Montréal, Québec et les autres grands centres urbains du Québec».

Après les moqueries encaissées par M. Couillard, le PQ n’a plus ramené son idée de l’avant.

Oui, dans l’espace public, on avait beaucoup raillé l’idée de Philippe Couillard d’un monorail entre Québec et Montréal. Elle paraissait sortie du chapeau d’un gouvernement cherchant désespérément à faire rêver à un an des élections. Et c’était bel et bien cela.

Mais il y a beaucoup plus risible que cette tocade datant de 2017. Le projet de Train à grande fréquence (TGF) dans le corridor Québec-Windsor bat des records à ce chapitre. Il n’en finit plus de ne pas voir le jour. Toujours évoqué, jamais créé.

Seconde classe

Voilà bientôt une trentaine d’années que VIA Rail martèle que l’actuel tronçon de circulation entre Québec et Montréal, celui de la Rive-Sud, est saturé; que l’on ne pourra rêver à plus de rapidité et de flexibilité dans les horaires que le jour où les trains transportant des passagers seront transférés sur la Rive-Nord. La priorité sur la Rive-Sud va aux marchandises.

En 2002, le ministre fédéral des Transports d’alors, David Collenette, avait demandé au transporteur de préparer une étude sur les coûts qu’entraînerait une amélioration du service dans le corridor Windsor-Québec. On parlait alors d’un projet de 3 milliards $. Un chiffre aujourd’hui à des années-lumière de la réalité, si on prend à témoin le coût du projet de tramway à Québec.

Que disait-on déjà à l’époque? Que ce TGF pourrait diminuer les déplacements en voiture et en avion, qu’il contribuerait ainsi à réduire les gaz à effet de serre. La ratification du Protocole de Kyoto fournissait un nouvel argument sur lequel n’avaient pu s’appuyer les projets présentés durant les 10 années précédentes.

L’environnement… Un paquet d’années plus tard, en janvier 2018, après le rocambolesque épisode du monorail, le premier ministre Justin Trudeau disait «oui» à un train à grande fréquence dans le corridor Québec-Windsor. «On sait que c’est bon pour la société, pour l’environnement et pour la croissance économique», avait déclaré M. Trudeau au Soleil

Depuis tout ce temps, toujours pas le moindre lancement d’un TGF à l’horizon. Le récent budget fédéral ne tue certes pas le projet. Il le maintient sur respirateur officiel. Il attribue 4,4 millions $ pour la poursuite d’analyses et 491 millions $ sur six ans «pour des investissements en matière d’infrastructure qui soutiendraient la réussite globale du projet de train à grande fréquence».

C’est beaucoup, mais on ne voit toujours poindre aucune annonce d’un quelconque lancement de projet dans ce très long tunnel noir — un projet qui s’élèverait sans doute à quelque 10 milliards $. 

On travaille un peu dessus au cas où… C’est mieux que rien, mais ça pourrait bien être de l’argent jeté en tout ou en partie par la fenêtre.

On n’en a pas fini avec la seconde classe ferroviaire.

Un tortillard politique

Dans l’opposition, la Coalition avenir Québec avait flairé le profit qu’elle pouvait tirer du «monorail de Couillard». Elle l’a exploité à fond, allant jusqu’à faire publier une lettre problématique dans des médias.

Le texte exhortait M. Couillard à déclarer que le scénario d’un monorail ne faisait «officiellement plus partie des priorités» et à appuyer l’implantation du Train à grande fréquence entre Québec et Montréal. Jusque-là, pas de problème.

La lettre envoyée par la CAQ était signée par le maire de Trois-Rivières, par celui de Drummondville, par la présidente générale de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières et par le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond. Et également par le député caquiste Benoît Charette, aujourd’hui ministre de l’Environnement.

Or, certains des signataires ignoraient que la lettre était portée par la Coalition avenir Québec et encore moins qu’un député caquiste la signerait. S’ils l’avaient su, ils ne l’auraient pas signée. Ils estimaient avoir été utilisés par la CAQ à des fins politiques. Cela ressemblait bien à ça.

Dans cette lettre initiée par la CAQ, on pouvait lire ceci : «Nous espérons que le gouvernement du Québec exprimera avec force et sans ambiguïté son appui au TGF.»

Cela nous rappelle qu’on n’a pas beaucoup entendu la CAQ promouvoir ce projet depuis qu’elle est au pouvoir. Ne le jugeait-elle pas pourtant essentiel?

Ne le serait-il pas dans une perspective de lutte contre les changements climatiques? C’est ce qu’on disait déjà il y a plus de 20 ans.

Depuis plus d’une génération, ce projet est un triste tortillard politique. Son évocation par des partis ou des gouvernements a surtout servi à faire plaisir à des groupes précis de la population.