Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
L’idée de camoufler un tampon souillé dans un gant de plastique à la couleur ultra voyante plutôt que de l’enrober de papier hygiénique ou de le mettre dans l’emballage du tampon ou de la serviette sanitaire neuve me semble un peu saugrenue et contre-productive.
L’idée de camoufler un tampon souillé dans un gant de plastique à la couleur ultra voyante plutôt que de l’enrober de papier hygiénique ou de le mettre dans l’emballage du tampon ou de la serviette sanitaire neuve me semble un peu saugrenue et contre-productive.

Ni gants blancs ni gant de velours

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Quand on ne vaut pas une risée, on ne vaut pas grand-chose. Parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en.