Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Aucune femme ne mérite d’être battue, encore moins battue à mort ou assassinée. Les féminicides sont le fruit d’un volcan qui entre en éruption après avoir été en dormance et dont on a ignoré les premiers soubresauts.
Aucune femme ne mérite d’être battue, encore moins battue à mort ou assassinée. Les féminicides sont le fruit d’un volcan qui entre en éruption après avoir été en dormance et dont on a ignoré les premiers soubresauts.

Les pots cassés

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / L’an dernier, au Canada, deux femmes étaient tuées tous les cinq jours, pour un total de 160. Une statistique qui donne froid dans le dos et qui a été publiée dans le plus récent rapport de l’Observatoire canadien du féminicide pour la justice et la responsabilisation. Neuf fois sur dix, le meurtrier est un homme.