Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Marie-Ève Martel
Quand on imagine l’après-pandémie, la première chose à laquelle on pense, c’est de pouvoir revoir nos proches, les serrer dans nos bras. Se recevoir mutuellement à souper. Papoter dans un cinq à sept assez (mais pas trop !) arrosé.
Quand on imagine l’après-pandémie, la première chose à laquelle on pense, c’est de pouvoir revoir nos proches, les serrer dans nos bras. Se recevoir mutuellement à souper. Papoter dans un cinq à sept assez (mais pas trop !) arrosé.

Le retour à l’anormal

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Ça s’est amené insidieusement. Tout doucement, et tout à coup, on a été happés de plein fouet. Voilà un an que le grand confinement fait partie de nos vies, à degrés divers. Mais voici un an que notre quotidien a été chamboulé.