Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marc Allard
Le Soleil
Marc Allard
Difficile de ne pas toucher au téléphone quand il est près de soi, même quand on est censé étudier.
Difficile de ne pas toucher au téléphone quand il est près de soi, même quand on est censé étudier.

Loin des yeux, loin du cell

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Un ado étudie pour ses examens. Il relit ses notes, tente de mémoriser les dates, les noms, les formules, les concepts. Mais aux deux minutes — ding ! —, une notification retentit sur son téléphone.

Au début, il se contente de jeter un œil sur son écran. Mais bien vite, il ne peut pas résister. Il échange quelques textos avec sa nouvelle flamme. Il va lire les commentaires sous sa publication sur Facebook, vérifie qui a aimé sa photo sur Instagram ou qui a partagé sa vidéo sur TikTok. 

Et le jour de l’examen, il se plante. «Je comprends pas, j’ai passé full de temps à étudier!» se lamente-t-il. 

«Le problème, c’est ton téléphone», expliquent ses parents. Quand tu es interrompu dans une tâche, tu as besoin de 50 % plus de temps et tu fais 50 % plus d’erreurs. Ton cerveau est câblé pour se concentrer sur une tâche à la fois. Le multitâche est un mythe!

«OK, promet l’ado, je vais arrêter de regarder mon téléphone quand j’étudie.»

Mais bien sûr, il n’y arrive pas. Son téléphone est irrésistible. Les notifications continuent à charcuter son temps d’étude. Et l’ado continue à réussir moins bien que ce qu’il devrait.

Que devraient faire ses parents? 

A) Le sermonner sur l’importance d’obtenir de bonnes notes pour son avenir.

B) Le menacer de confisquer son cellulaire jusqu’à ce que ses résultats scolaires remontent.

C) Lui suggérer de placer son téléphone à l’autre bout de la maison pendant qu’il étudie. 

Le réflexe, pour beaucoup de gens, est de choisir l’option A. Quand les choses ne vont pas à notre goût, on essaie de jouer sur la motivation, on est prompts sur le sermon. Et si ça ne fonctionne pas, on saute à l’option B, on sévit, on punit.

Mais il y existe une autre option, moins moralisatrice et moins coercitive, que les scientifiques du comportement appellent la «modification situationnelle». 

En gros, cette tactique consiste à modifier notre environnement pour que ce soit plus facile de résister aux tentations. C’est ce que vous faites quand vous confiez vos clés de voiture à votre hôte pour éviter de conduire saoul. Quand vous demandez au serveur de ne pas vous présenter le menu des desserts. Ou quand vous programmez des virements automatiques dans votre compte épargne. 

Alors, pourquoi ne pas utiliser cette stratégie avec le téléphone? 

Ancienne prof de maths devenue professeure de psychologie à l’Université de Pennsylvanie, Angela Duckworth étudie le contrôle de soi et le développement du caractère. Elle a aussi fondé le Character Lab, un organisme à but non lucratif destiné à faire progresser les connaissances scientifiques qui aident les enfants à s’épanouir.

Dans un billet récent sur le site de Character Lab, elle partageait une expérience menée auprès de milliers d’élèves du secondaire sur le temps d’étude et le cellulaire. Les résultats étaient convaincants : plus les élèves gardaient leur téléphone loin d’eux lorsqu’ils étudiaient, plus leurs notes étaient élevées.

Les étudiants qui posaient leur téléphone à côté d’eux, le son ouvert et l’écran vers le haut, obtenaient les notes les plus basses. Ceux qui plaçaient leur cellulaire près d’eux, mais pas dans leur champ de vision, réussissaient un peu mieux. Ceux qui avaient carrément déposé leur téléphone dans une autre pièce atteignaient les meilleurs résultats. 

L’expérience établissait une corrélation et non un lien de causalité. Mais elle suggère que l’astuce a fonctionné. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il est plus facile de résister à une tentation quand elle n’est pas devant vous. 

On dit «Loin des yeux, loin du cœur» quand l’éloignement de deux personnes affaiblit l’affection qu’elles se portent mutuellement. Avec le téléphone, on peut dire que l’éloignement affaiblit la tentation. 

Loin des yeux, loin du cell. Et de meilleures notes en prime. 

Les likes peuvent bien attendre...