Marc Allard
Le Soleil
Marc Allard
Trop de priorités? Choisissez en six par jour, écrivez-le sur une feuille de papier, et ne passez pas à la prochaine tâche tant que vous n’avez pas terminé la précédente.
Trop de priorités? Choisissez en six par jour, écrivez-le sur une feuille de papier, et ne passez pas à la prochaine tâche tant que vous n’avez pas terminé la précédente.

Les priorités prioritaires

CHRONIQUE / La première fois, vous avez eu de grandes ambitions. Tant qu’à être confiné, vous vous êtes dit : je vais clencher ma liste à cocher. 

Pas de soupers de famille, de bière avec les amis, de soirées au cinéma, z’allez voir : je vais sabler mon comptoir, désencombrer ma garde-robe, rempoter mes grosses fougères, faire imprimer mes photos à la pharmacie, libérer de la mémoire sur mon ordinateur, apprendre Comme des enfants au piano, lire La Peste, faire le ménage de mes épices, cuisiner toutes les soupes du recueil de soupes de Josée di Stasio. 

Trois mois ont passé, le déconfinement est arrivé, et vous avez jeté un coup d’oeil à votre liste — merde, j’ai encore rien coché. 

Maintenant qu’on reconfine partiellement 28 jours, vous reprenez la liste et vous vous dites : là, niaise pas, c’est ta chance. Mais vous avez peur de passer à côté comme au printemps. Comment éviter que ça se reproduise? 

J’ai peut-être une solution pour vous  : priorisez vos priorités. 

***

Je vous ai déjà parlé de James Clear, auteur d’un guide pratique et très bien documenté sur les habitudes intitulé Un rien peut tout changer! : micro-actions, méga-impact... : de minuscules changements vont transformer votre vie. Sur son blogue, M. Clear raconte une histoire intrigante sur les priorités. 

C’est l’histoire de Charles M. Schwab. En 1918, M. Schwab était un des hommes les plus riches au monde. Il possédait le plus grand constructeur naval était le deuxième producteur d’acier aux États-Unis. Mais il ne trouvait pas son entreprise assez efficace et voulait trouver un moyen de la rendre plus compétitive. 

Alors, un jour, il a fait venir dans son bureau un consultant en productivité très respecté du nom de Ivy Lee.  «Montre-moi un moyen d’accomplir plus de choses», a dit M. Schwab au consultant.

«Donnez-moi 15 minutes avec chacun de vos dirigeants», a répondu M. Lee.

«Combien ça va me coûter?», a demandé M. Schwab. 

«Rien, a dit M. Lee. À moins que ça marche. Au bout de trois mois, vous pouvez m’envoyer un chèque au montant de ce que vous estimez que ça vaut pour vous.»

En 15 minutes avec chaque cadre, Ivy Lee a expliqué sa méthode. 1) À la fin de chaque journée de travail, notez les six choses les plus importantes que vous devez accomplir demain. N’écrivez pas plus de six tâches. 2) Classez ces six éléments par ordre de priorité selon leur importance réelle. 3) Quand vous arrivez au bureau le lendemain, concentrez-vous uniquement sur la première tâche. Travaillez jusqu’à ce que la première tâche soit terminée avant de passer à la deuxième tâche. Abordez le reste de votre liste de la même manière. 4) À la fin de la journée, déplacez tous les éléments inachevés vers une nouvelle liste de six tâches pour le jour suivant. 5) Répétez ce processus chaque jour ouvrable.

Aussi bête que ça? L’équipe de direction de la compagnie avait du mal à croire que ça pourrait fonctionner. Mais après trois mois, Charles M. Schwab était si content des progrès de son entreprise qu’il a appelé M. Lee dans son bureau et lui a signé un chèque de 25 000 $ — ce qui vaut à peu près 400 000 $ aujourd’hui.

James Clear, qui a écrit un chapitre au complet dans son livre sur l’importance de la simplicité, croit que la stratégie a fonctionné justement parce qu’elle est très simple à appliquer et à reprendre si on en perd l’habitude. 

Oui, note-t-il, il y a toujours des imprévus qui surviennent. Mais si on fait l’effort de choisir les tâches les plus importantes pour nous, les imprévus risquent moins de nous faire perdre le cap. «En gros, si vous ne vous engagez à rien, vous serez distrait par tout», écrit James Clear.

Il y a aussi un avantage à fixer la liste la veille. Vous pouvez vous mettre au travail sur la tâche la plus importante dès que la journée commence. Et vous évitez la dispersion du multitâche à votre cerveau, qui est câblé pour se concentrer sur une tâche à la fois.  

Simple et low-tech, la méthode d’Ivy Lee fonctionne aussi pour vos projets à la maison. Si c’est plus urgent de rempoter les fougères, vous le faites jusqu’au bout avant de sabler le comptoir. Si c’est plus important pour vous d’apprendre Comme des enfants au piano, vous lirez La Peste quand vous aurez pratiqué la chanson.  

Dans 28 jours, vous n’aurez peut-être pas coché tous les items sur votre liste. Mais au moins, votre comptoir sera resplendissant et vos fougères se porteront mieux.