Marc Allard
Ces jours-ci, je passe plusieurs heures par jour avec mes filles qui jouent dehors, font des exercices scolaires, du bricolage et regardent <em>C’est pas sorcier</em>.
Ces jours-ci, je passe plusieurs heures par jour avec mes filles qui jouent dehors, font des exercices scolaires, du bricolage et regardent <em>C’est pas sorcier</em>.

Les bons côtés du chaos

CHRONIQUE / Je suis maintenant père au foyer et télétravailleur. Depuis que le Québec est en quasi quarantaine, je divise mes journées entre ces deux rôles qui bardassent mes habitudes.

Ce n’est pas évident. Ma blonde et moi, on s’est patenté une alternance travail-famille difficile à suivre — même pour nous. On se tape dans la mite quand on échange les quarts de travail.

Les jours de semaine, je passe plusieurs heures par jour avec mes filles qui jouent dehors, font des exercices scolaires, du bricolage et regardent C’est pas sorcier. Le reste du temps, je fais des entrevues et j’écris tout seul dans un bureau. Pour moi qui travaille dans le bourdonnement de la salle de rédaction du Soleil depuis 15 ans, ce silence est assez perturbant.

Mais vous savez quoi? Il y a aussi de bons côtés à ce chaos.

Rassurez-vous, je ne porte pas de lunettes roses. Oui, comme beaucoup de monde, la pandémie m’angoisse. Je redoute que mes proches en souffrent et qu’on compte les morts par milliers au Québec, sans parler de la récession qui nous guette. Et je déteste l’isolement social auquel la COVID-19 nous astreint.

Mais dans toute cette perturbation, j’essaie de voir un peu de lumière pour ne pas déprimer. Et pour ça, je pense beaucoup aux avantages de la «discontinuité».

La COVID-19 est un moment historique de discontinuité. Notre quotidien n’a jamais été aussi secoué par une pandémie mondiale. Soudainement, les signaux qui déclenchent nos habitudes à la maison et au travail disparaissent ou s’entremêlent.

C’est déstabilisant. Mais c’est aussi une occasion de changer des habitudes que le feu roulant du quotidien nous décourage de rebrasser.

Il y a eu beaucoup de recherches sur ce que des chercheurs appellent la «discontinuité des habitudes». Une grève dans les transports en commun, un déménagement, une séparation, un changement de travail : tous ces bouleversements nous forcent à modifier notre routine et à expérimenter de nouvelles avenues.

Et souvent, constatent les chercheurs, ces changements nous incitent à réaligner nos habitudes avec nos valeurs.

La psychologue américaine Wendy Wood, qui se spécialise dans la recherche sur les habitudes, consacre un chapitre entier à la discontinuité dans son plus récent livre (2019) Good Habits, Bad Habits.

Elle écrit : «Notre vie comporte déjà de très nombreuses habitudes. Certaines dont nous sommes conscients, d’autres non; certaines qui ont atteint leur fin de vie utile, mais qui continuent de fonctionner, souvent invisibles et hors de l’esprit. Les grands événements de nos vies sont l’occasion de désencombrer nos habitudes [...]».

Je vous parlais récemment du «biais de communication de proximité». Du fait que les gens proches — couples, parents et enfants, vieux amis — perdent leur curiosité l’un envers l’autre, parce qu’ils se disent : «Je sais ce que tu vas dire».

C’est le temps où jamais d’engager les hostilités contre ce biais. Tout d’un coup, avec la pandémie, on se retrouve beaucoup à la maison, en couple et en famille. Alors, c’est le temps de s’écouter pour vrai, d’avoir ces longues discussions que la «vie normale» a tendance à asphyxier.

C’est aussi le temps d’essayer de nouvelles activités avec notre chum, notre blonde, nos enfants. Chaque année, ou presque, chez nous, on se désole de ne pas avoir pris le temps de faire nos semis pour le jardin communautaire. En fin de semaine, on va plancher là-dessus en famille. Avec leurs petits doigts, nos filles vont planter des graines de laitue, de concombre, de radis, de basilic et cie.

On devrait avoir le temps de les regarder pousser...