Marc Allard
Le Soleil
Marc Allard
Comme en témoigne la campagne du Hope Soap, les récompenses fonctionnent mieux que les sermons pour adopter une habitude comme le lavage de mains.
Comme en témoigne la campagne du Hope Soap, les récompenses fonctionnent mieux que les sermons pour adopter une habitude comme le lavage de mains.

Le savon de l'espoir

CHRONIQUE / Après sept mois de pandémie et un régime strict de lavage de mains à l’école, je me disais que ce serait réglé. Mais non, mes enfants oublient encore de se laver les mains.

Quand mes filles s’assoient à table pour les repas, maman et papa doivent souvent répéter : «Avez-vous lavé vos mains?» Et, une fois sur trois, elles doivent se rendre à l’évier en bougonnant. 

On a beau leur dire que c’est important de se laver les mains, difficile de leur inculquer l’habitude. 

Mais comment y arriver? Le réflexe, pour les parents, c’est de répéter, répéter, répéter, en se disant que ça va finir par rentrer. Sauf que ça ne marche pas.

Il y a une autre voie. Dans un secteur particulièrement défavorisé du canton de Delft en périphérie de Cape Town, en  Afrique du Sud, des futés ont trouvé une astuce pour inciter les enfants à se laver les mains : le «savon de l’espoir» (Hope Soap). 

Il faut dire que là-bas, il s’agissait d’un enjeu crucial même avant la COVID-19. À cause d’un manque d’hygiène, la typhoïde, la diarrhée, la pneumonie ou le choléra y font beaucoup des ravages, notamment chez les enfants. Le lavage régulier des mains et un moyen efficace et bon marché de diminuer la transmission de ces maladies et de faire chuter la mortalité infantile.

Mais c’est un défi énorme. Dans les pays en développement, il a été estimé dans diverses études que seulement 3 à 35 % des personnes se lavent les mains même dans des moments critiques de santé publique. 

Pour renverser cette tendance, il fallait «penser en dehors de la boîte». Un laboratoire d’innovation sociale et une agence de pub ont eu l’idée de créer une barre de savon transparente avec un jouet à l’intérieur — des figurines, des voitures miniatures ou des Hello Kitty. Si les enfants voulaient le jouet, ils devaient se laver les mains plusieurs fois. 

Un laboratoire d’innovation sociale et une agence de pub ont créé une barre de savon transparente avec un jouet à l’intérieur — des figurines, des voitures miniatures ou des Hello Kitty.

Des organisateurs communautaires s’occupaient de distribuer les savons. L’effet a été instantané. «Les enfants sont plus excités non seulement par le lavage de mains, mais ils sont devenus impatients de prendre un autre bain, dit une des organisatrices dans une vidéo de la campagne Hope Soap. Ils veulent se laver, parce qu’ils veulent le jouet à l’intérieur». 

Selon les responsables de la campagne, les niveaux d’hygiène se sont améliorés de 70 % chez les enfants de la communauté et les infections respiratoires sont en baisse de 75 %.

Une étude pilotée par Justine Burns, de l’Université de Cape Town, montre des résultats plus mitigés, mais conclut aussi qu’il s’agit d’une intervention efficace pour améliorer le lavage des mains chez les enfants. 

Une autre étude a montré que l’arrivée d’un nouveau savon — le Safeguard soap — a permis de réduire significativement les taux de pneumonie, de diarrhée et d’impétigo dans un bidonville de Karachi, au Pakistan. Les utilisateurs trouvaient que le savon moussait facilement et sentait bon. Alors, ils l’ont utilisé plus souvent. 

La leçon ici n’est pas qu’il faut se garrocher dans la confection de savons et y insérer des figurines. C’est que la satisfaction fonctionne mieux que les sermons.

On est plus susceptible d’adopter ou d’inculquer une habitude s’il y a une récompense au bout. Mais la récompense doit être immédiate. 

Lorsque vous êtes récompensé, votre cerveau libère de la dopamine, une substance neurochimique qui fait qu’on se sent bien. La dopamine ancre aussi dans notre mémoire la routine qui a mené à la récompense et nous incite à recommencer. 

Dans le cas du savon-jouet : C’est l’heure du repas/je me lave les mains/je vais bientôt atteindre Hello Kitty.

Le hic, c’est que la dopamine nous laisse environ une minute pour faire cette association. Sinon, il est trop tard. Notre esprit est déjà ailleurs. Alors, si vous dites à l’enfant qu’il aura une surprise à la fin de la semaine s’il se lave les mains avant chaque repas, oubliez ça. 

Vaut mieux y aller avec une récompense immédiate. Un savon que l’enfant a choisi lui-même, dont l’odeur et la couleur lui plaisent. Ou un collant qu’il peut coller dans un cahier chaque fois qu’il pense à se laver les mains par lui-même. Ou de bonnes vieilles félicitations des parents. 

La bonne nouvelle, c’est qu’une fois l’habitude ancrée (il faut environ deux mois de constance, selon une étude), on a moins besoin de la récompense pour continuer. 

Comme adulte, j’imagine que vous n’avez plus besoin d’être récompensé pour lacer vos souliers, accrocher votre manteau sur le crochet, brosser vos dents et, espérons-le, laver vos mains. 

Sinon, vous avez le droit de piquer le savon de vos enfants.