Le métro est le nec plus ultra du transport collectif. Ce type de véhicule roule complètement à l’abri de la circulation dans des tunnels, sur des voies ferrées de surface ou parfois sur des voies aériennes.

Le lexique (confus) du transport collectif

CHRONIQUE / Il est un peu tard pour y penser direz-vous, mais je vois à vos courriels et questions qu’une confusion persiste. Qu’est qu’un transport structurant?

Ce fut le principal engagement d’Équipe Labeaume cet automne et ce sera le grand sujet de la prochaine année à Québec (avec les élections provinciales et la légalisation du pot).

J’ai l’impression que nous ne comprenons pas tous la même chose lorsqu’on parle de «transport structurant».

J’écris sur cet enjeu depuis des années et je ne suis plus certain de bien le savoir moi-même, tant les définitions fluctuent selon les sources. 

C’est, je dirais, le problème de tout le lexique du transport collectif. Des frontières poreuses entre des mots et des concepts qui se superposent, se chevauchent, se dédoublent.

Je m’y risque quand même. 

› Transport structurant : une ligne ou un réseau (bus, train, tramway, métro, monorail, etc.) qui offre un niveau de service suffisant pour donner le goût de s’installer à proximité afin d’en profiter. 

C’est un peu général, mais vous comprenez l’idée. Le mot clé de cette définition est «service suffisant». 

Il faut une fréquence, une fiabilité et une efficacité élevées. Assez pour influencer la décision de s’installer dans un quartier plutôt que dans un autre et de prendre le transport collectif plutôt que sa voiture. C’est ce qu’on appelle l’effet structurant. Un effet de densification le long de la ligne de transport collectif, particulièrement à proximité des stations.

Il importe peu ici que le véhicule soit un autobus, un articulé, un tramway, un train léger ou un métro. 

Ce qui importe, c’est de mettre ce véhicule à l’abri du trafic en le faisant rouler dans une voie dédiée et en lui donnant priorité aux intersections.

Plus cette voie sera «étanche», plus le service pourra être rapide et fiable. Et plus il aura de chance d’avoir un effet «structurant».

La recherche scientifique démontre cependant que cet effet structurant n’est pas automatique et dépend d’autres facteurs (état de l’économie locale, marché immobilier, attraits du quartier, etc.).

› SRB (Service Rapide par Bus) : L’acronyme décrit bien ce dont on parle. En anglais, on dira BRT (Bus Rapid Transit). C’est un service d’autobus performant à fréquence élevée et avec un nombre de stations limité. 

Pour le reste, il n’y a pas de critères précis, ce qui rend le concept de SRB tout relatif.

Selon les villes ou les secteurs, un SRB peut rouler sur une voie réservée, en site propre et exclusif ou en site «banal» (voir autre définition) ce qui limite alors son efficacité. Le niveau de priorité accordé aux SRB varie aussi selon les villes et les intersections, d’où une efficacité aléatoire. 

Le projet de SRB Québec visait une circulation en site propre avec une forte priorité aux feux, ce qui faisait espérer un service efficace. 

J’ai vu que des spécialistes en transport donnent parfois le Métrobus de Québec comme exemple d’un SRB. Je ne dis pas ça pour le plaisir de vous mêler, mais pour illustrer l’ambiguïté du vocabulaire.

› BHNS (Bus à haut niveau de service) : mot principalement utilisé en France pour décrire le concept nord-américain de Bus Rapid Transit (BRT). Pour bien des spécialistes en transport, BHNS, SRB et Busway sont la même chose.

Le mot SRB étant brûlé à Québec, l’administration Labeaume pourrait utiliser le nom de BHNS pour son projet de transport structurant. L’acronyme n’est cependant pas très convivial ni sexy. On pourra sans doute trouver mieux.

› Métro : nec plus ultra du transport collectif. Véhicules roulant complètement à l’abri de la circulation dans des tunnels, voies ferrées de surface ou parfois des voies aériennes. Inutile d’insister et de tourner le fer dans la plaie.

› Tramway : système de transport urbain sur rail avec véhicules de forte capacité mus à l’électricité. L’alimentation électrique peut être aérienne ou venir du sol (ex : Bordeaux).

Comme un SRB, un tramway peut circuler en site propre, en voie réservée ou en site «banal». La priorité aux intersections peut varier, ce qui influence sa vitesse et son efficacité. 

› SLR (Système léger sur rail) : système de transport sur rails comme le mot le dit. S’apparente à un train de banlieue ou à un métro de surface. Fonctionne en site propre et est théoriquement plus rapide qu’un tramway. Peut rouler par moments en souterrain. 

En entrant en milieu urbain, un SLR peut devenir un tramway ou un «tram-train». 

Le O-Train d’Ottawa, le SkyTrain de Vancouver et le LRT de Calgary sont considérés comme des Systèmes légers sur rail.

› Trolleybus : Autobus propulsé relié à un fil d’alimentation électrique aérien. Peut rouler en voie réservée, en site propre ou site «banal». 

› Autobus électrique : Autobus à batterie. Peut rouler en voie réservée, en site propre ou en site «banal». 

› Voie réservée : voie de circulation réservée à des usages spécifiques (ex : transport en commun, covoiturage, véhicules électriques, etc.). Cet usage peut être réservé en tout temps ou seulement à des heures particulières (ex : Québec). 

› Site propre : voie de circulation exclusive à un usage. Ex : pistes cyclables ou transport collectif. Ce site propre peut être aménagé à même la chaussée ou hors route.

› Site banal : décris une situation de partage de la chaussée entre le transport collectif et le reste de la circulation.

Voilà. Je crains d’avoir davantage ajouté à la confusion que d’avoir réussi à démêler les choses. Je sens aussi que j’aurai droit aux gros yeux des spécialistes qui contesteront ces définitions. Tant pis. J’aurai au moins essayé.