Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
François Bourque
Le Soleil
François Bourque

Le grand déblocage du projet de tramway

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le bras de fer des derniers mois aura permis d’aboutir à un meilleur projet de tramway et de desserte des banlieues de Québec.

Je dis meilleur, pas tant parce que le tramway ira à d’Estimauville plutôt qu’à Charlesbourg et qu’on y greffera de nouvelles lignes d’autobus.

Meilleur parce que cette nouvelle mouture, pas si différente de la précédente, aura cette fois la pleine adhésion du gouvernement Legault. Cela fait que le projet a maintenant des chances d’aboutir, malgré les imperfections qu’on pourra encore lui trouver.

Le grand «déblocage» s’est produit jeudi après-midi lors de la rencontre entre le maire Régis Labeaume, le ministre des Transports François Bonnardel et la ministre de la Capitale, Geneviève Guilbault.

Dans les heures précédentes, Radio-Canada avait révélé que la Ville de Québec était disposée à abandonner la ligne Charlesbourg au profit d’une ligne vers d’Estimauville.

C’était la première fois que la ville y consentait (à d'Estimauville) autrement que dans la perspective d’une deuxième phase du projet.

Le gouvernement en avait pris acte au moment de la rencontre. Ce fut le game changer, pour reprendre l’expression de sport.

Le gouvernement arrivait pour sa part avec une proposition de terminus de tramway à Sainte-Foy plutôt qu’à Le Gendre. Bien disposé par l’ouverture et l’attitude conciliante du maire, il a pris le temps d’écouter et a mis à son tour de l’eau dans son vin.

Les ministres Bonnardel et Guilbault se sont ainsi laissés convaincre que le meilleur site pour le «garage» du tramway était à Le Gendre et pas ailleurs. Le maire a-t-il mieux plaidé sa cause ou le gouvernement y fut-il plus réceptif? Je ne saurais dire. Probablement un peu des deux.

Ce qu’on sait, c’est que le litige avec l’administration Labeaume commençait à peser au gouvernement qui avait hâte de pouvoir passer à autre chose.

Une nouvelle rencontre est prévue ces prochains jours, cette fois entre M. Labeaume et le premier ministre Legault pour sceller l’entente de principe et la bonne humeur retrouvée.

Ce déblocage ne va pas gommer d’un trait tous les doutes et oppositions qui persistent dans la population face au projet.

Mais si les pouvoirs publics se mettent à tirer tous dans le même sens et que la ministre de la Capitale arrive à prononcer le mot «tramway» sans que ça lui brûle les lèvres, il deviendra plus facile de faire valoir ce que Québec va gagner de ce projet.

Le virage du tramway vers d’Estimauville aura permis de débloquer les choses. C’est un aboutissement tout à fait raisonnable.

Dans les faits, les deux trajets (d’Estimauville et 41 ème Rue à Limoilou) se valent : même longueur à un demi kilomètre près; un achalandage comparable à court terme; des défis d’implantation similaires dans le bâti de Limoilou et au final, des coûts similaires.

Outre le virage d’Estimauville, il a été convenu de peaufiner la desserte des quartiers périphériques, notamment ceux du nord. On pense à de nouvelles lignes d’autobus et voies réservées qui pourraient aller plus loin que ce qui avait été envisagé à ce jour.

La Ville et le gouvernement ont aussi convenu de travailler ensemble à faire naître au bout du tramway, dans le secteur Chaudière, un quartier «d’innovation» attrayant pour de jeunes familles.

On pense à une nouvelle école et à des entreprises techno. La ville avait déjà pour ce secteur un projet de quartier à usages multiples pouvant accueillir 4200 logements.

Le gouvernement va pousser pour qu’on y retrouve à la fois des résidences unifamiliales détachées et des habitations de plus forte densité et qu’on y conserve un maximum de verdure.

Ce qu’on voudra éviter, c’est une concentration de tours de grande hauteur qui auraient attiré surtout des personnes âgées dont les besoins de déplacement en tramway sont moindres.

Ainsi ciblé sur les jeunes familles, ce quartier prendra le relais des terres des Soeurs de la Charité que Québec voulait développer, mais dont la vocation agricole est maintenant consacrée.

Il est rare qu’une ville ait ainsi l’occasion de partir d’une page (presque) blanche pour dessiner un nouveau quartier autour d’un lien fort de transport en commun. J’ai beau chercher, je ne vois pas d’autres exemples à Québec.

Certains y verront de l’étalement urbain. Il est vrai que ce quartier impliquera de nouvelles infrastructures et services publics.

Mais puisque cela arrive de toute façon dans les lointaines périphéries toutes à l’auto, aussi bien que ça se passe aussi près d’un bon transport en commun. Cela fera des voitures en moins sur les autoroutes à l’heure de pointe.

Il est acquis que le budget ira au-delà des 3,3 milliards $ évoqués jusqu’ici. On parle maintenant de 4 milliards $, un peu plus, un peu moins, ça reste à voir.

La hausse est significative mais dans les faits, la facture avait déjà atteint 3,5 milliards $ sans qu’on le crie sur les toits. La dernière hausse était attribuable à un coût plus élevé que prévu pour déplacer des infrastructures souterraines sous les voies du tramway.

Le premier ministre Legault avait entrouvert la porte à une hausse de budget pour la première fois le mois dernier.

On peut penser que lorsque le gouvernement s’est mis à vouloir redessiner lui-même le projet de Québec, il aura constaté à son tour qu’il était impossible d’ajouter du service dans les banlieues sans augmenter le budget.

Il aura donc fallu un long et houleux détour pour arriver à un projet pas très différent de ce que la ville avait mis sur la table au départ.

On peut le déplorer, mais ce détour n’aura pas été inutile comme je le disais d’entrée de jeu.

Tant l’administration Labeaume que le gouvernement Legault peuvent en sortir la tête haute et avec le sentiment d’avoir fait des gains importants. Tant sur la facture du projet qu’au plan politique.

Les victoires de la ville

1. La ville de Québec a réussi à «sauver» son projet sans le dénaturer. C’est en soi une grande «victoire», vu l’état des relations avec le gouvernement et les doutes de nombreux députés et ministres.

Le maire aura finalement pu convaincre qu’il fallait aller jusqu’à Le Gendre et qu’il sera possible d’y générer de l’achalandage.

La ville de Québec obtient aussi une augmentation de budget qui permettra d’améliorer les infrastructures d’autobus vers les banlieues éloignées. Cela pourra se faire à même l’enveloppe du projet tramway, plutôt que de celle du RTC. Sauf pour les opérations, qui seront à la charge de la société de transport.

Voilà qui donne raison ici encore à la Ville qui disait ne pouvoir faire plus sans augmenter le budget.

Le remodelage du trajet vers d’Estimauville ne devrait pas avoir un impact trop lourd sur les échéanciers. C’est aussi une «victoire» pour la ville. Le scénario de l’abandon du terminus Le Gendre aurait eu des conséquences plus lourdes.

Il faudra bien sûr retourner sur les planches à dessin pour refaire, avec la même «rigueur» qu’à Charlesbourg, un nouveau tracé vers d’Estimauville par le Chemin de la Canardière.

Il faudra choisir l’emplacement de nouvelles stations, préciser le nombre d’arbres à couper, les parcelles de terrain à exproprier, etc. Il faudra voir aussi si cela implique un retour devant le BAPE.

La bonne nouvelle, c’est que le bureau de projet pourra continuer à avancer et à lancer éventuellement ses appels d’offres. Quitte à procéder par addendum si la portion St-Roch/D’Estimauville n’est pas prête en même temps que l’autre.

Les victoires du gouvernement

2. Le gouvernement Legault gagne aussi sur plusieurs fronts, le plus important étant celui de la crédibilité.

Des citoyens (et des élus) s’étaient mis à douter de la volonté réelle du gouvernement de réaliser ce projet. Ils soupçonnaient la CAQ de vouloir le faire dérailler ou de le reléguer sur une voie de garage en attendant le méchant troisième lien.

Beaucoup, et pas les moindres, disaient craindre que le gouvernement dessine un projet sur un coin de table et au mépris de la «science» pour servir des intérêts bassement partisans.

Il n’en est rien. Au contraire.

Le nouveau trajet de tramway vers d’Estimauville est aussi valable que le trajet initial. Limoilou sera simplement desservi dans l’axe Est-Ouest plutôt que Nord-Sud.

Le tracé initial promettait un fort achalandage entre Saint-Roch et la 41e rue. On retrouve en effet dans ce corridor des générateurs de déplacements importants : hôpital Saint-François D’Assise, proximité de l’amphithéâtre et Expo-Cité, etc.

C’est d’ailleurs un des angles morts du nouveau projet.

La plus grosse salle de spectacles à Québec ne sera pas desservie directement par le mode de transport le plus performant de la ville. Ça reste une déception. C’était vrai du tracé initial, mais ce l’est davantage encore du nouveau.

Cela dit, la destination D’Estimauville a aussi un fort potentiel d’achalandage. Probablement meilleur, à terme, que le tracé précédent. La ligne va rejoindre le plus gros employeur à Québec, le futur méga-hôpital de l’Enfant-Jésus.

Sans parler des deux édifices administratifs fédéraux sur d’Estimauville, du futur siège de la CNESST et des entreprises qui s’installeront dans le quartier d’innovation du Littoral Est, près de Henri-Bourassa.

La destination est donc tout aussi «scientifique» que pouvait l’être la ligne vers Charlesbourg.

Au plan conceptuel, on retrouvera une «zone d’innovation» aux deux extrémités du tramway. Cela rejoint la vision de «Projet Saint-Laurent- Cap sur un Québec gagnant», ce qui plaira à son auteur, un certain François Legault.

En acceptant de hausser le budget du projet tramway, le gouvernement rétablit «l’équilibre» avec Montréal.

Il met aussi du «lousse» dans l’attitude dogmatique qu’il avait eu jusqu’ici de respecter à tout prix sa promesse électorale de contrôler les dépenses.

La rigidité envers Québec devenait intenable. Le gouvernement y gagne à se montrer ainsi plus pragmatique.

Au plan politique, le virage vers d’Estimauville est assez significatif pour que le gouvernement puisse justifier sa bataille des derniers mois.

Il aura la satisfaction d’avoir mis le projet (et le maire Labeaume) à sa main, ce qui fera sans doute plaisir à des partisans (et députés) de la CAQ.

Le message poussé depuis quelques jours par le gouvernement fut de saluer l’ouverture et l’attitude du maire Labeaume qui a enfin accepté de mettre de l’eau dans son vin.

C’est un peu vrai, mais on aura compris qu’un tel message vise moins à complimenter le maire Labeaume qu’à attirer l’attention sur son recul. Et sur la «victoire» du gouvernement.

On finira par oublier le bras de fer et les sautes d’humeur. Ce qui compte c’est le résultat. L’offre de transport en commun sera assurément meilleure que jamais pour Québec. Tant la Ville que le gouvernement pourront s’en féliciter.

Au cours des prochaines semaines, Ville et gouvernement vont préciser les corridors des nouveaux services d’autobus vers la périphérie : Charlesbourg, St-Émile, Val Bélair, etc.

La logique voudrait qu’on ramène les corridors déjà identifiés par le RTC et par le Bureau de projet du tramway. On parle ici aux grands axes nord-sud : Duplessis, Henri IV, de l’Ormière, Robert-Bourassa, Pierre-Bertrand, Laurentienne, Henri-Bourassa.

On y retrouvera une combinaison de voies réservées, de voies sur les accotements d’autoroutes et de voies dédiées (ex : celle de Robert-Bourassa).

L’objectif est d’offrir un lien rapide vers les pôles d’échange du tramway et les grands secteurs de destination pour les études, les services, les emplois et le divertissement, Concrètement, ça veut dire le centre-ville de Québec, l’Université Laval et le coeur de Sainte-Foy.

Le gouvernement va présenter sous peu son plan pour les banlieues. Il laisse couler depuis un moment déjà que ce plan va surprendre.

La dernière fois que le gouvernent de la CAQ a dit ça à Québec, il a déposé un projet de tunnel avec Lévis de centre-ville à centre-ville, plutôt que dans l’Est comme il avait toujours été envisagé jusque là.

Nous avions en effet été surpris.