Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
Le 4 décembre dernier, le député libéral Gregory Kelley a proposé d’instaurer «un droit à la gratuité» pour des cours de français, et ce, pour toute personne résidant au Québec.
Le 4 décembre dernier, le député libéral Gregory Kelley a proposé d’instaurer «un droit à la gratuité» pour des cours de français, et ce, pour toute personne résidant au Québec.

Le français, un droit pour tous

CHRONIQUE / C’est le projet de loi que personne n’avait vu venir sur la Colline parlementaire à Québec cet automne : le 4 décembre, le député libéral Gregory Kelley a proposé d’instaurer «un droit» à la gratuité pour des cours de français, et ce, pour toute personne résidant au Québec. C’est tactiquement sensé pour les libéraux. C’est surtout plein de bon sens pour les éventuelles personnes qui en bénéficieraient. Et pour le Québec dans son ensemble.

Explications : les libéraux ont cruellement besoin de renouer avec la majorité francophone. Et ils doivent offrir des gages à cet effet. Car ce n’est pas en se contentant de répéter constamment, sous le mode de la contrition, qu’ils doivent se «rebrancher» et «écouter» qu’ils y parviendront. C’est en y allant de propositions concrètes. Les incantations ont des limites.

La proposition de Gregory Kelley ne suffira pas, bien sûr, à réduire le désamour qui existe entre les électeurs dans leur ensemble et le Parti libéral du Québec (PLQ). D’abord, parce qu’elle n’a pas fait un bruit à ce point fort que bien des gens en ont entendu parler. Aussi, parce que la relative indifférence dont a fait preuve le gouvernement de Philippe Couillard à l’égard des inquiétudes des Québécois francophones (qu’elles aient toutes été fondées ou pas) a laissé des traces profondes. Enfin, parce qu’on ne change pas l’air du temps comme ça. Il faut des années. 

Aussi, parce que le terrain du «nationalisme» est occupé. Il n’est pas libre. La Coalition avenir Québec a sauté dessus à pieds joints.

Mais des mesures comme celle proposée par M. Kelley vont dans le bon sens.

La candidate à la direction du PLQ Dominique Anglade ne peut que s’en réjouir, car le député de la circonscription de Jacques-Cartier est dans son camp pour cette course.

Sauf rarissimes exceptions, un projet de loi émanant d’un parti d’opposition n’est jamais adopté. Il peut par contre inspirer un gouvernement. Il indique à tout le moins où veut loger le parti qui le porte.

La Charte

Même s’il concerne tous ceux qui pourraient vouloir s’en prévaloir, ce droit à des cours de français gratuits, qui est au cœur du projet de loi de Gregory Kelley, vise particulièrement les Québécois d’expression anglaise.

«Malgré les améliorations importantes au chapitre de l’immersion française à l’école, des générations de Québécois d’expression anglaise n’ont pas eu la chance d’apprendre un niveau de français suffisamment avancé pour leur permettre d’envisager avec confiance l’intégration sur le marché du travail en français», a noté le député de Jacques-Cartier.

Son projet de loi a l’ambition d’inscrire cet éventuel droit à des cours de français dans la Charte de la langue française.

Au passage, sa proposition témoigne du problème à s’exprimer en français existant encore chez de nombreux Québécois d’expression anglaise.

Bon accueil

Le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Simon Jolin-Barrette, s’est montré disposé à inclure un tel droit dans le bouquet de mesures qu’il présentera l’an prochain pour renforcer le statut et l’usage du français au Québec. Le premier ministre François Legault aussi.

Il faut dire que le député caquiste de Sainte-Rose, Christopher Skeete, responsable des relations avec les Québécois d’expression anglaise au gouvernement, a récemment lui-même fait état du problème décrit par M. Kelley, ainsi que du désir de plusieurs membres de la communauté anglophone d’avoir droit à des cours de français.

Le plus positif dans cette avancée à venir sera sans doute qu’elle aura pris appui sur une demande provenant de Québécois d’expression anglaise.

C’est leur demande qui a incité les libéraux à présenter cette proposition et qui incite les caquistes à y réfléchir sérieusement.

On ne le répétera jamais trop : que ce soit dans l’ensemble canadien ou pas, l’avenir du Québec passe par la langue française. Si un jour lointain, même très lointain, la langue française ne devait devenir qu’un élément folklorique, ce territoire ne serait plus le Québec. Il serait autre chose. Voilà pourquoi le devoir fondamental de tout gouvernement québécois est d’assurer non seulement la pérennité du français au Québec, mais son épanouissement constant. Dit ainsi, c’est une grande généralité. Mais il existe des vérités même dans des lieux communs.