Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Paule Vermot-Desroches
Même avec un résultat négatif, a-t-on encore le droit de tousser en 2021?
Même avec un résultat négatif, a-t-on encore le droit de tousser en 2021?

Le droit de tousser

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / J’ai tout fait comme il faut. J’ai coupé les contacts sociaux, porté le masque, tout misé sur le télétravail, lavé mes mains, passé Noël en bulle familiale, tenu mes distances... Bref, j’ai tout fait. Et je n’ai pas attrapé la COVID. J’ai plutôt attrapé... une bronchite.

Parce qu’il paraît que l’arrivée du coronavirus dans nos vies n’a pas enrayé les autres bibittes présentes dans notre environnement. Ben non! J’avais oublié, mais il y a encore des rhumes, des grippes, des gastros, des laryngites, des nez qui coulent, du monde qui éternue. Même des allergies saisonnières, tiens!

Mais en 2021, c’est interdit de tousser.

En 2021, les tousseux sont les nouveaux lépreux.

Voilà plus de deux semaines que je m’époumone la vie à coup de bronchite qui ne veut pas partir. À la faveur d’un bon vingt degrés bien placé trop tôt en avril, je me confesse, je me suis déboutonné le manteau. Le soir même, je savais déjà que j’allais en payer le prix. Ce petit chat dans la gorge, il avait fait son nid.

Pas de chance à prendre, on va passer un test COVID. Gargarisme et confinement familial à la maison, pas d’école aujourd’hui les filles! Attendons le résultat, même si je sais que mon manteau déboutonné est l’unique responsable de mon malheur. Résultat: négatif, expédié en trois copies carbone à l’école.

Mais je continue de tousser. Ça fait mal, ça m’empêche de dormir.

Monsieur le docteur, aidez-moi!

Mais pas en personne, je tousse...

Oui, mais j’ai un résultat négatif? Peu importe, c’est un symptôme qu’on n’acceptera pas en zone froide.

Je comprends, c’est logique. Aucune chance à prendre. Ce sera donc la télémédecine. Ça me va, tant que je peux avoir quelque chose qui calmera cette toux, que je puisse dormir un peu.

Au bout de quelques jours, malgré le sirop et la pompe, je tousse encore. Sous recommandation médicale, on ne prendra pas de chance, allons-y pour un autre test COVID. Gargarisme et confinement familial à la maison, pas d’école aujourd’hui les filles! Deux autres jours de congé forcé. Résultat: négatif, expédié en trois copies carbone à l’école.

La vie avec une simple bronchite a donc pu reprendre son cours normal... ou presque. Parce que oui, les tousseux sont les nouveaux lépreux.

On a peur d’aller à l’épicerie, au cas où un petit toussotement nous surprendrait dans le détour de la rangée 4, entre les Mini-Wheats et les compotes de pommes, et qu’il nous faudrait affronter le regard méfiant et accusateur de ceux qui ont tout entendu. J’ai beau avoir deux tests négatifs dans mes courriels, ils ne sont malheureusement pas tatoués sur mon front.

Je n’aurais pas envie, avec mon sourire niais sous mon masque, de me justifier la bronchite, prête à dégainer le cellulaire pour faire lire le courriel qui prouve que je ne suis pas une menteuse et que j’ai encore le droit d’aller m’acheter un steak et des tomates.

Mais il y a de ces rendez-vous que je ne peux pas refiler à conjoint, ou encore me faire livrer à la maison. À la réception, on me demande machinalement si j’ai des symptômes de COVID. «Je dois être franche avec vous, je tousse un peu. Mais j’ai deux tests négatifs avec moi, vous voulez les voir?» Mon entrain légendaire à vouloir absolument exhiber ces courriels, comme si c’était un passeport aux frontières, a dû suffisamment rassurer l’employée, qui a éclaté de rire. Elle ajoute: «Ma fille aussi a pogné le rhume. Mauzuss qu’on file mal en public quand on tousse, hein?»

Parce qu’avant, attraper un rhume au printemps, c’était normal. C’était même signe de beau temps, de retour du soleil et d’envie de se sortir la manche courte. Mais en 2021, attraper un rhume, c’est proscrit si on veut pouvoir continuer à vivre en société sans avoir peur de faire fuir le monde.

Alors à tous les tousseux non-COVID du printemps 2021: solidarité! Je vous salue et je suis de tout coeur avec vous. Continuez d’aller vous faire tester, ne prenez aucune chance au moindre symptôme pour éviter la propagation de cet ennemi qu’on finira par contrôler à coup de vaccins. Mais dès que vous verrez le négatif entrer dans vos courriels, sachez que vous n’êtes pas seuls. Une armée de manteaux déboutonnés sont tout aussi gênés que vous de tousser à l’épicerie, prêts à dégainer le courriel au visage du moindre sceptique.

Et un jour, croyez-moi, nous pourrons recouvrer notre droit inaliénable de tousser sans se cloîtrer.