Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
La commande était trop lourde pour le Canadien face au Lightning.
La commande était trop lourde pour le Canadien face au Lightning.

La commande était trop lourde pour le Canadien

Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE —Il y a une limite… à dépasser ses limites.

Dernière équipe qualifiée pour les séries, le Canadien s’est rendu jusqu’au cinquième match de la finale de la coupe Stanley.

À LIRE AUSSI : Le Lightning remporte la Coupe Stanley [VIDÉO]

À LIRE AUSSI : Un formidable parcours dont on va se souvenir

Un exploit, signé d’abord et avant tout par Carey Price, impérial lors des trois premières rondes. Malheureusement, l’Élu n’avait pas le même aplomb au début de la finale et le Lightning en a profité pour creuser un fossé infranchissable pour les Glorieux.

Si ce cinquième match perdu 1-0 a tranché le débat, ce n’est pas lui qui a fait la différence. Ce sont vraiment les trois premiers matchs qui ont permis au Lightning de préparer cette deuxième conquête d’affilée. Quelle machine de hockey, tout de même! Le talent est entouré par de la hargne et du leadership. Une erreur contre le Lightning et hop, la rondelle se retrouve dans ton filet.

Oui, le Lightning est maintenant un club aguerri à toutes les positions, incluant celle de directeur général! Avez-vous remarqué qui a préparé le filet de l’équipe en deuxième période? C’est le Québécois David Savard, obtenu à la date limite des transactions. Brisebois était pourtant étouffé par le plafond salarial… alors il a orchestré une transaction à trois clubs pour arriver à ses fins!

Il n’y a rien de honteux à perdre contre une aussi grande équipe. Au contraire, le Canadien peut être très fier du chemin parcouru en séries. Il y a quelques semaines, alors que l’équipe était au bord de l’élimination face aux Leafs en première ronde, ça sentait le coup de balai dans le personnel hockey. Patrick Roy rôdait pas trop loin, Marc Bergevin semblait au bout du rouleau.

Le vent a viré de bord pas à peu près. S’il le veut, Bergevin signera un nouveau contrat à long terme. Dominique Ducharme va perdre son titre par intérim, lui aussi un nouveau pacte l’attend. Même Trevor Timmins peut mieux respirer, avec la contribution extraordinaire du collégien Cole Caufield.

Les prochaines semaines seront néanmoins intéressantes. Bergevin a de grosses décisions à prendre. Pour battre une équipe comme le Lightning, il aura besoin d’un peu plus de mobilité à la ligne bleue. Il manque aussi un bon morceau sur le top 6 en attaque. Et puis, il y a Philip Danault dont le contrat est terminé, qui peut tester le marché des joueurs autonomes. Son rôle est crucial, il faut trouver une façon de retenir le seul francophone de l’équipe qui était sur la glace en séries!

Au moins, ce processus va se faire dans la bonne humeur, avec le sentiment que l’équipe a progressé. Elle s’est trouvé deux jeunes vedettes autour de qui bâtir en attaque, Nick Suzuki et Caufield. Ces deux-là vont valoir le prix d’entrée au Centre Bell pendant de nombreuses années.