Cette photo cache également une anecdote savoureuse! Afin d’être avec les autres employés, Rocket Lavoie a ajusté son appareil et l’a remis à une lectrice qui venait de garer son véhicule devant nos locaux. La dame, Rachel Thibault, n’a pas vraiment eu le choix de relever le défi et de prendre le cliché, tout en étant bombardée de blagues (de bon goût) des employés, d’où les sourires bien sentis! Mission accomplie, Mme Thibault!

Anecdotes de campagne

CHRONIQUE / Au lendemain d’un scrutin, la tradition impose des reportages sur des anecdotes de campagne. Alors, voici mes anecdotes de campagne... de contributions volontaires pour le démarrage de la coopérative de solidarité du journal Le Quotidien.

Le collègue Louis Tremblay et moi avons mené les efforts de sollicitation dans la région, dans la foulée du projet de rachat des journaux de Groupe Capitales Médias. Jeudi, le projet a été retenu par la Cour supérieure, sous réserve de l’approbation des créanciers.

Bon, le travail est loin d’être complété. On pourrait presque dire qu’il ne fait que commencer.

Reste que je prends un peu de temps pour vous raconter cinq faits saillants et cocasses des deux derniers mois, durant lesquels nous n’avons pas lésiné sur les efforts, comme en témoigne notre thermomètre de campagne, qui a franchi le cap des 840 000 $ !

5000 $ via l’agent de sécurité

L’anecdote la plus savoureuse de toutes, c’est le don de 5000 $ obtenu par une entreprise régionale... via l’agent de sécurité !

Récit des faits. Mes contacts ayant quitté l’organisation et en l’absence d’une personne responsable des communications, je décide de solliciter cette entreprise en composant le numéro général, puis en demandant de parler à l’administration. C’est un agent de sécurité qui me répond. Essoufflé, il trouve une liste des postes téléphoniques, mais j’aboutis sur... un stagiaire nouvellement arrivé et qui n’est pas en mesure de me passer un supérieur.

Je finis donc par raccrocher, puis je rappelle au numéro général. Encore l’agent de sécurité ! Il prend mes coordonnées et promet de demander à un dirigeant de me contacter.

Le lendemain, je n’ai toujours pas eu de retour d’appel, alors je décide d’y aller pour un troisième essai. Encore l’agent de sécurité ! Il ne m’a pas oublié, mais n’a croisé personne.

À la veille du dépôt du projet, toujours sans nouvelles, je réussis à trouver le courriel du directeur de l’entreprise. Je lui demande donc un suivi et lui explique le projet dans ses grandes lignes. À mon réveil, j’ai une réponse du dirigeant qui m’informe que son conseil d’administration a entériné une contribution de 5000 $ pour le démarrage de notre coopérative.

L’histoire n’indique pas clairement le rôle de l’agent de sécurité dans ce dénouement positif, mais j’aime lui donner une part de responsabilité !

Virgule absente

Cette deuxième anecdote peut sembler très négative, mais nous l’avons bien prise !

Sur la plateforme Web, nous recevons un don de 20 000 $ d’une entreprise que nous n’avons même pas sollicité ! 20 000 $ tombés du ciel !

Évidemment, nous avons des doutes ! Je contacte donc l’entrepreneur... et une virgule n’a pas suivi ! C’est plutôt 200 $. Disons que je lui ai donné des sueurs froides !

Alarme incendie

Autre moment cocasse, aussi après coup ! Alors que tous les employés des six journaux sont réunis par visioconférence pour accepter le plan d’affaires du projet, une étape plus que cruciale, une alarme incendie retentit ! Une sentinelle va s’assurer que c’est une fausse alerte et nous procédons au vote pendant ce temps ! Après tout, les cinq autres assemblées, dans les régions des journaux de Groupe Capitales Médias, ne sont pas dans la même situation... et nous devons retourner au bureau faire un journal dans les délais d’impression !

5000 $ d’une citoyenne

Cette anecdote n’est pas cocasse, mais elle mérite une mention. Une citoyenne prénommée Candide a pris l’engagement de verser 5000 $ de sa poche pour soutenir le projet. Bien que l’amour n’ait pas de prix, disons que son attachement pour le journal n’a d’égal que sa générosité !

Chicane à 1000 $

Un autre moment que je rapporte avec amusement, c’est la prise de bec que j’ai eue avec un homme d’affaires concernant une chronique que j’avais signée dans les jours précédents. J’évite les détails, mais après notre discussion corsée, l’individu me lance : « Sur un autre sujet, j’aimerais donner à votre coop ! »

C’est ainsi que je suis reparti avec un engagement de 1000 $... et le pardon facile pour notre désaccord !

En terminant, je me dois de dire un gros merci à tous les donateurs ! Le Saguenay–Lac-Saint-Jean a une fois de plus montré sa solidarité et prouvé la force de la mobilisation.

Ensemble, nous avons assuré la survie de notre quotidien régional, un outil essentiel au développement de notre belle région. Plus que jamais, je suis fier d’être un Bleuet d’adoption !

Pour ceux et celles qui aimeraient faire un don pour soutenir le projet de coopérative, il est encore temps de le faire en se rendant sur le microsite coopmonjournal.com.