Un podcast de Noël... toute l'année

CHRONIQUE / Je dois vous avouer que ça fait plutôt bizarre d’écrire à propos de Noël alors que le printemps vient tout juste de se pointer le bout du nez.

Mais bon, j’ai une bonne raison de le faire, car je voulais vous faire découvrir quelques podcasts faits ici au Québec, et parmi ceux-ci, il y en a justement un qui se concentre spécialement sur Noël.

Évidemment, la proposition de produire à longueur d’année un podcast qui traite de Noël peut sembler un peu loufoque, mais croyez-moi, une fois qu’on commence à écouter ce balado, la première chose qui nous vient à l’esprit est un truc du genre : « Mais bordel, on n’a pas assez d’un mois dans l’année pour se parler de Noël ! »

Présenté par trois animateurs, qui ont tous leur champ de spécialisation quant à la fête du petit Jésus, le podcast Noël chez Isidore a fait son apparition il y a quelques semaines à peine, alors que nous attendions tous désespérément de voir survenir la fameuse tempête des poteaux, qui donnerait enfin le coup d’envoi au printemps.

À une fréquence d’un épisode aux deux semaines, on retrouve donc les coanimateurs Étienne Forest (gérant du duo humoristique Les Pic-Bois, chroniqueur à l’émission Des si et des rais et musicologue derrière le fascinant site Web Radio-Cochonneries), Sophie Croteau (collaboratrice à Des si et des Rais et véritable encyclopédie de Noël) ainsi que Simon Chénier (collaborateur à l’émission Les Mystérieux Étonnants et archiviste vidéo de Noël).

Pour chaque épisode, on s’amuse donc à décortiquer un sujet touchant Noël, et bien entendu, ça se fait toujours sur le ton de la camaraderie. 

À titre d’exemple, un épisode traite en partie d’un fameux spécial télévisé plutôt déprimant de 1988 qui était animé par Michel Louvain, et sinon, on y retrouve aussi un épisode complet qui est dédié à l’histoire de la chanson Santa Claus is Coming to Town.

Bref, ça vaut vraiment le détour, et j’imagine qu’au prochain Noël, mes nouvelles connaissances me feront voir différemment le temps des Fêtes.

Lecture à l’italienne

Toujours du côté des nouveautés intéressantes, qui proposent une formule plutôt inusitée, j’aimerais bien attirer votre attention à l’égard du nouveau podcast intitulé Les Télésouffleurs. Le concept, d’une simplicité désarmante, est vraiment intéressant. On réunit des comédiens et on leur fait faire une lecture à l’italienne d’un scénario tiré d’une série télévisée. Jusqu’ici, on a donc eu droit à un épisode où on faisait revivre un vieil épisode de la série Majeurs et vaccinés, et sinon, on a aussi pu entendre une relecture d’un vieil épisode des Simpsons. 

Toutefois, petit bémol comme ça, ce n’est pas le genre de podcast qu’on écoute en faisant autre chose, car ça demande quand même une certaine concentration afin de ne pas perdre le fil, étant donné qu’on n’a aucun repère visuel. Mais ça vaut vraiment l’investissement de temps.

Réflexion collective

Dans un tout autre registre, il ne faut surtout pas manquer le nouveau balado Radical, proposé par Ici Radio-Canada.

D’ailleurs, vous êtes probablement familier avec les artisans derrière ce balado, car il s’agit essentiellement de la même équipe qui nous avait offert les reportages de Corde sensible, où, comme le titre l’indique plutôt bien, on s’attaquait à des sujets qui ont souvent tendance à s’égarer dans des débats polémiques.

En ce qui concerne Radical, on baigne encore dans les mêmes eaux. Or, on ne va pas traiter de ces sujets dans le but de causer la polémique, mais bien de pousser plus loin la réflexion collective à cet effet.

Maintenant, soyez bien avertis : ce n’est pas le genre de balado qui rend jojo. On n’a qu’à penser à un épisode dans lequel l’animatrice et journaliste Marie-Ève Tremblay revient sur les circonstances dans lesquelles une de ses proches est décédée après avoir abandonné la médecine traditionnelle, et ce, au profit de la naturopathie. Et croyez-moi, ça donne vraiment la trouille de se dire que personne n’est à l’abri de tomber dans un tel engrenage.

Alors hop, voici le genre de trucs que j’écoute le soir en marchant. Sur ce, je vous souhaite d’y faire de belles découvertes !