Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Joël Martel
Le Quotidien
Joël Martel

Spiritfarer, un grand jeu

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Ne passons pas par quatre chemins : Spiritfarer est un grand jeu qui démontre de façon particulièrement efficace qu’une mécanique de jeu peut servir un récit très chargé en émotions.

Au cours des dernières années, l’équipe de ThunderLotus s’est taillé une place de choix au sein de la communauté du gaming avec des titres comme Sundered et Jotun, qui ont tous les deux remporté un succès critique et commercial.

Alors que les attentes des joueurs et des joueuses étaient très élevées, le studio, qui est situé dans le quartier Saint-Henri, à Montréal, a amplement relevé le défi en mettant sur le marché son tout dernier jeu intitulé Spiritfarer.

Grosso modo, ce que nous propose l’équipe de ThunderLotus, c’est d’incarner le personnage de Stella, une jeune fille qui doit prendre la succession de Charon en tant que passeuse d’âmes. Ainsi, tout au long de cette aventure, vous aurez comme mission de retrouver des âmes errantes afin de les amener vers leur dernier voyage.

Dès les premières minutes du jeu, on vous invitera à vous familiariser avec votre bateau, mais aussi à faire connaissance avec Gwen, la toute première membre de votre équipage. C’est elle qui vous accompagnera dans vos premiers apprentissages quant à la mécanique de jeu.

D’ailleurs, bien que cette mécanique de jeu soit extrêmement riche, la courbe de difficulté fait en sorte que le joueur n’est jamais inondé par un torrent d’informations et ainsi, on a toujours le temps de bien digérer l’apprentissage de nouvelles manipulations.

Comme vous devrez vous assurer du bien-être de vos passagers, les premières missions consisteront à vous promener sur les différentes îles à proximité afin d’aller récupérer des ressources qui permettront de les loger et de les nourrir. Une fois que vous aurez obtenu les ressources nécessaires, on vous demandera de construire des habitations et une cuisine où vous pourrez faire cuire des ingrédients et même y découvrir des recettes.

Par la suite, bien des tâches s’ajouteront à votre programme. À titre d’exemple, vous devrez aller trouver des minéraux qui vous serviront à créer des lingots ou forger des éléments, vous pêcherez (et perdrez) beaucoup de poissons, vous fabriquerez des tissus, vous devrez vous occuper de vos vaches et de vos moutons, jardiner, faire pousser des vergers et j’en passe.

Comme vous l’aurez peut-être remarqué dans l’énumération précédente, il n’y a aucune mention en lien avec des combats ou des affrontements et ce n’est pas un oubli de ma part. En lieu et en place de combats spectaculaires avec des boss, les concepteurs de Spiritfarer ont préféré proposer différents défis qui feront joyeusement grimper votre adrénaline et ça fonctionne vraiment très bien. Croyez-moi, une fois que vous aurez capturé des éclairs afin de les conserver dans des bouteilles, vous ne vous ennuierez plus des affrontements musclés.

Mais au-delà de sa mécanique de jeu parfaitement bien huilée, ce qui fascine le plus chez Spiritfarer, c’est la façon dont son récit est articulé. Alors que plusieurs jeux imposent d’interminables cinématiques ou de longs dialogues afin de raconter une histoire, l’équipe de ThunderLotus a fait le pari d’intégrer son récit de façon plus subtile. Ainsi, lorsqu’un de vos passagers vous demandera un service, celui-ci profitera de l’occasion pour vous partager un souvenir qui vous semblera peut-être anodin, mais lorsque viendra le temps de faire vos adieux à ce personnage, toutes ces petites informations vous donneront l’impression de voir partir une vieille connaissance. D’ailleurs, si j’ai un petit conseil à vous filer, c’est de vous assurer d’avoir un ou deux mouchoirs en votre possession lorsque vous irez accompagner Alice ou Stanley au Seuil Éternel.

Il faut au moins une trentaine d’heures pour compléter les quêtes principales de Spiritfarer et, pour avoir relevé moi-même le défi, je peux vous assurer qu’on ne regrette pas une seule minute passée dans cet univers. Un peu à l’image d’un film, d’une chanson ou d’un roman qui restera imprégné à jamais dans nos souvenirs, Spiritfarer fait partie de ces œuvres qui nous accompagneront… jusqu’au Seuil Éternel.

Dans Spirifarer, tout au long de l’aventure, Stella doit retrouver des âmes errantes afin de les amener vers leur dernier voyage.