Mon bon café au beurre

CHRONIQUE / Chaque jour, c’est la même chose.

Je me réveille en me disant qu’aujourd’hui, je serai à 100 % à mon affaire et que je ne laisserai rien traîner. Et puis hop, plus les heures avancent et plus je me rends compte que je suis gravement en dessous de ma cible du 100 % et qu’en fait, mon taux d’efficacité vivote plutôt dans les 50 %. Il en résulte donc qu’au milieu de la journée, je n’ai effectué que 25 % de ce que j’aurais dû avoir déjà fait et ça se poursuivra ainsi jusqu’à 15 h, moment de la journée où je me déciderai enfin à y aller à pleins gaz pour alors effectuer une remontée spectaculaire vers ma cible initiale de 100 % pour 17 h.

Tout ça fait donc en sorte que je deviens progressivement en mode « urgence » au cours de la journée, ce qui m’amène parfois à expérimenter des trucs afin de rentabiliser mon temps et pour être bien franc avec vous, ce n’est pas demain la veille que je risque de faire une percée historique dans ce domaine. Je pense notamment à cette fois où, après avoir effectué l’aller-retour le plus rapide de l’histoire au McDonald’s, j’ai ragé pendant 5 minutes contre un gars qui m’avait hurlé dessus pour rien dans le stationnement pour ensuite me rendre compte en arrivant à la maison qu’en fait, le gars tentait seulement de m’avertir que je roulais avec mon repas sur le toit de ma voiture.

J’aimerais toutefois vous faire part de ma dernière expérimentation en matière de « petits trucs pratiques pour sauver du temps » qui a eu comme résultat que je me suis retrouvé à boire du café qui semblait avoir été produit à partir d’huile de friteuse. Maintenant, au cas où cette expérience sensorielle vous intéresserait, je vous explique comment j’y suis arrivé. Ce midi-là, j’étais en train de préparer un truc à manger pour Charlot quand je me suis rendu compte qu’il ne me restait plus de beurre mou dont je pourrais me servir pour tartiner une tranche de pain.

Alors que j’aurais pu faire fondre un petit morceau dans le four micro-onde, l’idée de me retrouver avec du beurre liquide m’a fait déchanter et c’est là que j’ai eu une idée de génie : placer un morceau de beurre dur sur la cafetière qui fonctionnait, juste quelques secondes, le temps d’effectuer une ou deux manœuvres.

Or, j’ignore ce qui a bien pu se produire par la suite, mais il se trouve que je ne suis finalement jamais retourné vers ce morceau de beurre et une trentaine de minutes plus tard, alors que je venais juste d’ajouter un peu de lait dans la tasse de café que je m’étais versée, c’était comme si je m’apprêtais à boire un déversement de l’Exxon Valdez tellement c’était huileux.

« Bordel, c’est du gaz ou du café ça ? », que je me suis demandé au moment où j’allais poser mes lèvres sur le rebord de la tasse.

Je vais vous avouer qu’il y a eu un petit instant de confusion entre le moment où j’ai remarqué la drôle de texture de mon café et celui où je me suis souvenu que j’avais laissé un morceau de beurre sur la cafetière.

La suite, elle aurait fait un film bien ennuyant. J’ai tout d’abord tenté de nettoyer les dégâts les plus évidents, puis j’ai fait verser trois ou quatre carafes d’eau avec du vinaigre, mais malgré tout ça, la cafetière ne sera visiblement plus jamais la même.

Désormais, chaque fois qu’on fait couler du café, il y a une odeur de pop-corn qui se propage dans la cuisine et comme si ça ne suffisait pas, on a même droit aux sons d’une vraie machine à pop-corn. Pendant tout le temps où le café coule, on entend la cafetière qui rugit férocement à travers des sons de « pop » et de « pac ».

Et puis hop, je ne vous cacherai pas non plus que pendant quelques jours, le café était tout simplement dégueulasse. Certes, il n’était plus huileux, mais il était toujours accompagné de cette espèce de parfum de pop-corn. J’en parle au passé, car depuis hier, je crois qu’on est arrivé à anéantir les dernières particules de beurre qui s’étaient logées dans la cafetière. C’est soit ça ou bien notre cerveau a déclaré forfait et il a décidé d’accepter que le café goûte désormais le beurre.

Heureusement, on n’a pas perdu les sons de machine à pop-corn.