Charlot le machiavélique

CHRONIQUE / Il y a deux ou trois ans de cela, mon fils Charlot avait découvert l’existence de La Maison Rouge à La Ronde. Ainsi, chaque jour, il fouillait sur Internet afin d’en savoir plus à propos de cette attraction et même si on lui répétait sans cesse qu’il était encore bien trop jeune pour visiter une attraction de la sorte, il n’en a jamais démordu.

À l’été 2018, on était donc allés à La Ronde en famille et voilà qu’en arrivant devant La Maison Rouge, on avait appris que la célèbre maison hantée n’était ouverte que pendant Le Festival de la Frayeur, qui a lieu pendant tout le mois d’octobre.

Pour être bien franc avec vous, même si je trouvais ça plutôt crève-coeur de voir mon gars vivre une telle déception, ça m’avait plutôt arrangé parce qu’après avoir survolé les règlements de La Maison Rouge, j’avais découvert avec horreur que je n’avais aucun argument de mon côté afin de l’empêcher à visiter la maison hantée, étant donné qu’il avait l’âge requis, à la condition néanmoins d’être accompagné d’un adulte.

À la suite de ce voyage à La Ronde, on croyait qu’on passerait alors à un autre appel, mais l’appel en question était celui du Festival de la Frayeur.

Et puis, je ne sais pas trop comment Charlot a manigancé ça, mais au début de l’été, voilà que j’apprenais que nous avions une fin de semaine prévue à Montréal et que nous irions encore à La Ronde.

Comme on avait choisi la journée la plus chaude de l’été, il n’y avait aucune file et ainsi, nous étions prisonniers d’un engrenage diabolique où les manèges se succédaient sans cesse.

Par la suite, j’étais vraiment convaincu qu’on ne reparlerait plus de La Ronde avant un sacré moment, mais coup de théâtre, quand Charlot a quelque chose dans la tête, il peut se révéler très inventif pour arriver à ses fins.

Tout a donc débuté par un beau midi où Charlot nous a lancé, entre deux bouchées de son dîner, « qu’on aurait beaucoup de plaisir lors du Festival de la Frayeur ».

Je me souviens qu’en entendant ça, je m’étais dit qu’il devait rêvasser à un futur hypothétique où nous irions un jour à La Ronde en plein mois d’octobre, mais ce que j’ignorais, c’était qu’il s’agissait en fait de la première étape de son plan diabolique.

Étant donné que Charlot se doutait très bien que je serais la dernière digue à céder, il a donc commencé à convaincre mon amoureuse de « seulement considérer » son projet pour enfin lui faire promettre d’en parler avec moi.

Sans grande surprise, je me suis aussitôt braqué quand j’ai entendu les mots « La Ronde » sortir de la bouche de Julie et pendant une ou deux semaines, ç’a été le silence radio à propos de ce projet.

Mais ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’il faut se méfier de l’eau qui dort, car pendant ce temps, Charlot continuait à mettre en place tous les éléments de son plan machiavélique.

Disons-le, le coup final était doublement ingénieux. Je dis doublement, car en plus d’être efficace, il était d’une simplicité désarmante.

Ainsi, voilà qu’un soir, on a trouvé sur la table de la cuisine une feuille qui semblait traîner là par hasard. Sur celle-ci, Charlot avait pris le soin de produire un horaire de voyage comprenant les arrêts en route, les moments que nous passerions ensemble et tout le tralala. Je vous le dis, même un père en roche aurait senti fondre son coeur en voyant ce programme manuscrit.

C’était donc en fin de semaine dernière que le voyage organisé par Charlot avait lieu et il faudrait que je sois de très mauvaise foi pour vous dire qu’on ne s’est pas amusés.

On a visité deux maisons hantées, mais quand on doit se taper une heure d’attente avant d’avoir peur, ça brise un peu la magie. En fait, le moment où j’ai vraiment eu la trouille, c’est dans un parc où un zombie me suivait dans une espèce de couloir. Ça m’a fait réaliser que je serais bien peu de choses dans l’éventualité où une attaque de morts-vivants surviendrait.

Maintenant, je ne sais pas trop dans quelle nouvelle aventure Charlot finira par nous embarquer, mais j’ai surtout très hâte de voir quel nouveau stratagème il concevra afin de nous convaincre la prochaine fois...