Fini, le réchauffement?

SCIENCE AU QUOTIDIEN / «Un expert réviseur du GIEC, François Gervais, physicien et professeur émérite de l’Université de Tours en France, souligne une contradiction entre deux rapports du GIEC sur le réchauffement. L'hypothèse officielle retenue est une hausse de 0,2 °C par décennie (en réalité dans une fourchette de 0,1 à 0,3 °C) alors qu'un autre rapport di GIEC (AR5) montre une hausse de 0,04 °C par décennie entre 1998 et 2012, soit 5 fois moins. Je cite François Gervais : «cette hausse infinitésimale se prolonge depuis 20 ans aux fluctuations naturelles près.» Alors qui dit vrai?», demande Jean-Yves Uhel, de Sainte-Foy.

Il s’agit ici d’une entrevue que M. Gervais a accordée à la revue française Valeurs actuelles en octobre dernier, dans la foulée de la publication de son livre L’urgence climatique est un leurre. Dans cet ouvrage, il accuse le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, relié à l’ONU) et la climatologie en général d’être inutilement alarmistes.

Il y a plusieurs choses à dire à ce sujet. D’abord, sur le fond, il n’y a absolument aucune contradiction entre la soi-disant «hypothèse officielle» de +0,2 °C par décennie et le rythme observé entre 1998 et 2012. La température moyenne qu’il fait sur Terre connaît des variations naturelles d’une année à l’autre, pour une foule de raisons — le cycle El Nino / La Nina, par exemple. Si bien que si l’on ne retient que des sous-périodes assez courtes, on peut en trouver qui semblent contredire la tendance générale. Mais par définition, c’est en regardant l’ensemble des données que l’on juge de la valeur d’une tendance générale, pas en découpant une petite séquence et en écartant le reste de la série.

L’exercice auquel se livre M. Gervais est d’autant plus douteux, d’ailleurs, que la «pause» du réchauffement à laquelle il fait référence est terminée depuis plusieurs années. Le graphique ci-bas montre l’«anomalie» de température (l’«écart» d’année en année par rapport à la moyenne de 1951-1980) depuis la fin du XIXe siècle. Les données viennent du site de la NASA. Il est vrai, comme le dit M. Gervais, que cette anomalie n’a pratiquement pas bougé entre 1998 (+0,62 °C) et 2012 (+0,61 °C). Mais l’augmentation de température a repris en 2013, l’anomalie a dépassé les 0,7 °C en 2014 et elle a oscillé autour de 0,9 °C de 2015 à 2017. Il est assez incongru, pour dire le moins, de laisser cela «hors de l’image»...

En outre, présenter le rythme de 0,2 °C par décennie comme une «hypothèse officielle» laisse entendre qu’il s’agit d’une simple projection théorique — j’imagine que ce n’était pas l’intention de M. Uhel, je tiens à le souligner. En réalité, ce rythme-là correspond aux observations empiriques, en particulier le fait que le réchauffement s’est accéléré au cours du XXe siècle. Si l’on regarde de nouveau notre graphique, on constate que l’anomalie de température est passée d’entre - 0,2 et - 0,3 °C à la fin du XIXe siècle à environ +0,7 °C dans les années 2010 — un rythme d’environ 0,08 °C par décennie. Si on part des années 50 (autour de -0,1 °C), le rythme grimpe à 0,15 °C par décennie. Et si on prend le tournant des années 80 (+ 0,0 °C) comme point de départ, on obtient environ 0,25 °C par décennie. Alors d’un point de vue factuel, cette «hypothèse officielle» ne me semble ni particulièrement hypothétique, ni très alarmiste.

Il faut dire ici, sur la forme, que M. Gervais n’en est pas à son premier découpage du genre. Dans un autre livre climatosceptique paru en 2013, L’innocence du carbone, il avait plusieurs fois cité des séquences très partielles et soigneusement choisies pour cadrer dans sa trame narrative. Ces «contre-vérités» avaient d’ailleurs été vigoureusement dénoncées par le climatologue français François-Marie Bréon dans Le Monde (https://lemde.fr/2AeRRB2).

Rappelons aussi que, tout scientifique qu’il soit, M. Gervais n’est pas lui-même climatologue. Ses travaux de recherche ont surtout porté sur l’électromagnétisme et la physique des matériaux à l’Université de Tours, où il a longtemps dirigé le Laboratoire d’électrodynamique des matériaux avancés. Ce n’est qu’après sa retraite en 2012, apparemment, qu’il a commencé à publier sur le climat. À cet égard, le titre d’«expert réviseur du GIEC» qu’il s’attribue ne veut pas dire grand-chose puisque n’importe quel universitaire peut envoyer ses commentaires aux GIEC et son nom figurera ensuite dans sa liste des «experts réviseurs».

Alors à la question de savoir «qui dit vrai», il me semble manifeste que l’avis des véritables experts, les climatologues (dont ceux du GIEC), est largement préférable à celui de M. Gervais, sauf tout le respect que je lui dois.

* * * * *

Vous vous posez des questions sur le monde qui vous entoure ? Qu’elles concernent la physique, la biologie ou toute autre discipline, notre journaliste se fera un plaisir d’y répondre. À nos yeux, il n’existe aucune «question idiote», aucune question «trop petite» pour être intéressante ! Alors écrivez-nous à : jfcliche@lesoleil.com.