Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
Justin Trudeau
Justin Trudeau

Isolement supervisé dans un hôtel: quelle lenteur!

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / La Presse canadienne nous apprenait lundi que l’Agence de la santé publique du Canada vient de dévoiler les critères auxquels devront répondre les hôtels désireux d’accueillir des voyageurs pendant trois jours, le temps que leur soit communiqué le résultat de leur test de dépistage. Cette étape n’avait pas encore été franchie... Les établissements intéressés ont jusqu’au 10 février, à 23h59, heure du Pacifique, pour soumettre leur candidature.

Quelle lenteur dans la mise en œuvre de cette mesure!

Elle a été annoncée par Justin Trudeau le 29 janvier. Or, le tout ne sera pas encore prêt le 11 février. Et encore.

La lutte contre la pandémie et les nouveaux variants est pourtant une course contre la montre.

Le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé, rappelait lundi que la moyenne des cas de COVID est en baisse, mais qu’il suffirait de quelques jours pour renverser cette tendance.

Ce n’est pas uniquement la lenteur du système à faire atterrir cette restriction pour les voyageurs internationaux qui est à blâmer, mais le temps qu’il a fallu au gouvernement Trudeau pour l’arrêter.

Si elle avait été ordonnée plus tôt, le système d’hébergement serait sans doute déjà en place.

Le pire est de constater que rien, finalement, n’a été préparé en parallèle pendant les nombreux jours qui ont précédé le 29 — tous ces jours pendant lesquels M. Trudeau promettait et repromettait que son gouvernement allait agir sur ce front.

Vrai que ses autres annonces comme la suspension de vols vers des destinations du Sud ont eu un effet quasi immédiat et qu’elles constituent une parade contre le virus. Mais celle sur l’obligation de passer trois jours à l’hôtel était censée boucler la boucle. Elle fait partie d’un tout. C’est ainsi qu’elle a été présentée.

Or, on en est encore aujourd’hui à attendre que des établissements hôteliers lèvent la main.

La date d’entrée en vigueur de cet isolement supervisé dans un hôtel pendant trois jours n’a d’ailleurs toujours pas été communiquée.

C’est à se demander si le gouvernement canadien croyait vraiment à la pertinence de cette mesure.

Le coût de ce séjour hôtelier doit tourner autour de 2000 $. Si le test est négatif, le voyageur pourra poursuivre son isolement à son domicile. Si le test est positif, il devra par la suite séjourner dans un centre identifié par la santé publique. Aux frais de l’État cette fois.

Une course contre la montre? Quelle course? Quelle montre?