Isabelle Légaré

Une vie avec les Atikamekw

CHRONIQUE / Joane Desaulniers avait 25 ans la première fois qu’elle est montée à bord du train et très honnêtement, la nouvelle enseignante n’avait aucune idée de l’endroit où on allait la faire descendre.

«Je pense que je n’avais jamais vu d’Amérindiens de ma vie.»

Chronique

Vouloir changer de sexe à 5 ans

CHRONIQUE / Mélody, 5 ans, a hâte d’avoir des seins et des bébés. L’enfant en parle beaucoup, tout comme revient souvent cette question: «C’est quand je vais me faire couper le pénis?»

Une fillette dans un corps de garçon. C’est ce qu’est vraisemblablement Mélody qui s’appelait Vyctor à la naissance. Ses parents se font tranquillement à l’idée. Ils ne peuvent plus ignorer les signes avant-coureurs reçus au cours des années et encore plus ces derniers mois.

Isabelle Légaré

Au gym en marchette

CHRONIQUE / Daniel Fortier ne va pas s’entraîner à reculons. Il entre plutôt au gymnase en se tenant fermement sur son déambulateur.

Jamais il ne lui viendrait à l’esprit de maudire la maladie imprévisible qui l’afflige. L’homme de 58 ans préfère, et de beaucoup, pédaler, lever des poids avec ses bras et ses jambes.


La sclérose en plaques ne l’empêche pas de bouger. Le moins possible en tout cas. En sa présence, difficile de se trouver une nouvelle excuse pour rester assis sur un divan.

«Quand j’arrive au gym, je fais du vélo stationnaire pendant une quinzaine de minutes. Ensuite, j’embarque sur les machines de musculation. Je prends des petites pauses de 90 secondes, pas plus. Je n’arrête pas pendant deux heures. Ça me fait tellement de bien!»

Et dire qu’au moment de recevoir le diagnostic, en 2004, un médecin lui avait fortement conseillé de cesser toute activité physique. «Tu manques d’équilibre. Il pourrait t’arriver un accident.»

Daniel l’a écouté jusqu’à ce qu’il réalise que c’est davantage l’inactivité qui était en train de lui faire perdre pied.

Les lundis, mercredis et vendredis, c’est sacré. Inutile de le chercher, il est toujours à la même place.

Le service de transport adapté se présente à sa porte pour le déposer devant celle du centre sportif World Gym, à Trois-Rivières.

Daniel Fortier ne passe pas inaperçu. Les habitués de l’endroit ne se gênent pas pour entamer la conversation avec celui qui, d’une fois à l’autre, se lève lentement de son déambulateur pour se tenir debout et forcer de tous ses membres.

«C’est motivant de te voir arriver avec ta marchette. Ça nous encourage à ne pas lâcher.»

Leurs paroles ont le même effet sur lui. «Ça m’encourage!» Beaucoup même.

L’autre jour, Daniel a vu quelqu’un s’exécuter avec la corde ondulatoire («battle rope»), un exercice qui consiste à reproduire un effet de vagues en bougeant rapidement les bras. Ça peut paraître facile à faire, mais ça ne l’est pas du tout. Les mouvements répétés et intenses font appel à l’endurance du haut du corps.

Daniel ne s’est pas laissé impressionner, demandant plutôt à l’essayer. Une courte vidéo de la scène a été diffusée sur les réseaux sociaux. Les réactions ont été unanimes. Le gars est un exemple à suivre.