Depuis 40 ans, le Dr Bruno Tremblay a vu sa clientèle vieillir, les problèmes de santé se complexifier. Le jour où il va partir, il arrivera tôt que tard, ce sont 900 malades vulnérables qui se retrouveront le bec à l’eau.

«Il va y avoir une catastrophe»

CHRONIQUE / Bruno Tremblay est médecin de famille depuis presque 40 ans, il «commence sa 40e année» en fait.

Des réformes, il en a vu une et une autre.

Il travaille dans une clinique à Beauport, il a ses «1642 patients dont 940 vulnérables», il doit en plus faire du sans rendez-vous dans une super clinique, environ une fin de semaine par mois. 

Ce n’est pas lui qui choisit, on lui dit quand il doit prêter main-forte.

Il est bien placé pour voir ce qui ne va pas.

Il en a particulièrement contre les cibles que le gouvernement s’entête à imposer aux médecins, ce fameux 85 % des Québécois qui devraient avoir un médecin de famille attitré. «Ça sort d’où, ce 85 %? En partant, cet objectif-là, c’est tout croche. On ne sait même pas ça repose sur quoi.»

Il ferait les choses autrement. «En réalité, il faut que 100 % des gens malades aient un médecin. J’en vois plein des malades qui n’ont pas de médecins et des gens qui en ont un et qui n’en ont pas besoin. Les “pas malades”, c’est plus payant.»

Pour eux, il faut du sans rendez-vous efficace.

Des malades orphelins, il en voit plusieurs à la superclinique. «J’ai vu un diabétique, il n’avait pas de médecin de famille, ça faisait deux ans sans prises de sang. On me demande tous les jours : “Docteur, avez-vous de la place? ”»

Il n’en a plus. «J’ai une clientèle très lourde, ça me prend tout mon petit change pour les voir. J’ai 61 ans, je ne peux pas en prendre plus.»

Comme si ce n’était pas suffisant, Philippe Couillard a promis il y a trois semaines d’augmenter la cible à 90 %. Selon Bruno Tremblay, la capacité de prise en charge a atteint sa limite. Il doute fort que les médecins de famille de la région arrivent à en prendre davantage. «C’est impossible à Québec.»

Et le pire est à venir.

Bruno Tremblay a fait un exercice intéressant, il a inscrit dans le bottin de 2017 des médecins de famille de Québec l’année à laquelle chacun a été diplômé. «Dans la région 03, on est des médecins vieux, il y a plus de départs que d’arrivées. Il y en a un, à 83 ans, il vient de prendre sa retraite, ses 2000 patients se retrouvent dans le système. Il y en a un autre, on a fêté ses 50 ans de pratiques il y a quelques années. Quand il va s’en aller, sa clinique va probablement fermer.»

J’ai feuilleté le bottin annoté, j’ai pu constater que bon nombre de médecins de famille pratiquent depuis les années 70 ou 80. «Il y en a qui partiraient, mais ils restent parce qu’ils ne veulent pas que leurs patients se retrouvent sans médecin...»

Il m’a remis un tableau fait à la main, recensant par décennies la diplomation des médecins de famille. 

1967-1977: 44

1977-1987: 116

1988-1997: 78

1998-2007: 40

2008-2016: 14

«Tu peux en rajouter une dizaine de plus depuis 2016, mais ça ne changera pas grand-chose. Regarde ça comme tu veux, dans cinq ans, il va y avoir une catastrophe. Il y a d’autres cliniques qui vont fermer, dans deux ans? Dans cinq? Et les patients qui n’auront plus de médecins, ils vont se retrouver sur la liste d’attente...»

Par milliers.

Les jeunes médecins ne seront pas assez nombreux pour pallier le départ des plus vieux, il faudra nécessairement trouver une solution.

Bruno Tremblay n’aimerait pas être de ceux qui sortent de l’école. «Il y a déjà eu un temps où on avait accès aux spécialistes. Ce n’est pas facile présentement pour les jeunes médecins, l’accès n’est pas facile. Tu as quelqu’un de malade et tu essayes de le soigner. Et ce n’est pas évident.»

Il le vit aussi. «J’ai eu un dossier pour une hernie, ils m’ont rappelé après un an pour demander une nouvelle IRM (imagerie par résonnance magnétique), l’autre IRM n’était plus bonne! Il y a quelques spécialités où ça va mieux, comme la rhumatologie. La cardio et la pneumo, c’est resté bon. L’orthopédie, c’est pourri, la physiatrie, t’oublies ça. Un cas d’arthrose, c’est six mois ou un an, et pour la psychiatrie, si tu n’es pas suicidaire, t’oublies ça.»

Sans compter les formulaires qui se multiplient à la vitesse de l’éclair, aux procédures qui ne vont pas en se simplifiant.

Prescrire certains examens est plus compliqué qu’avant.

Depuis 40 ans, Bruno Tremblay a vu sa clientèle vieillir, les problèmes de santé se complexifier. Le jour où il va partir, il arrivera plus tôt que tard, ce sont 900 malades vulnérables qui se retrouveront le bec à l’eau en devant, au mieux, tout recommencer à zéro avec un autre médecin. 

Au pire, ils n’auront plus de médecin.