Cette semaine, Pierre Moreau n'a pas caché sa déception par rapport au budget déposé par le gouvernement fédéral.

Rupture du lien de confiance

CHRONIQUE / Philippe Couillard était absent de l'Assemblée nationale, jeudi, laissant Carlos Leitão et Pierre Moreau répondre aux questions sur le budget fédéral. Ce qui m'a surpris des points de presse de ces deux ministres, c'est à quel point l'un ménageait la chèvre et le chou, alors que l'autre montrait sa déception.
L'un, c'est le ministre des Finances, Carlos Leitão, qui insistait pour dire que le principe de l'asymétrie reconnu par Ottawa est une bonne affaire pour le Québec. L'autre, c'est le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, qui dirigeait sa déception vers les membres du caucus libéral fédéral du Québec, les pressant d'intervenir en faveur de leur province.
A-t-on joué au bon cop, bad cop pour critiquer le fédéral sans couper les liens? C'est peu probable, d'autant plus que les libéraux ont appuyé ensuite la motion du PQ dénonçant le budget Morneau. Cette réaction de Québec a surpris Justin Trudeau, qui ne l'avait pas vue venir. Depuis Bombardier, le lien de confiance entre Québec et Ottawa n'est plus très fort.
La réaction de Pierre Moreau rappelle celle de Gaétan Barrette sur les coupes fédérales dans la santé. Elle était d'autant plus sentie que le président du Conseil du trésor a lui aussi écopé de ces coupes. Déçu par l'entente de son gouvernement avec Ottawa, le ministre Barrette s'est tourné de bord pour exiger plus d'argent dans le budget du Québec attendu mardi. Et quand on connait M. Barrette, on comprend que ce n'était pas reposant...
Jeudi, Carlos Leitão a fait valoir que le budget fédéral reflète la «capacité d'intervention limitée» du ministre Bill Morneau. Interprétation libre : Ottawa n'a pas d'argent. C'est vrai, mais quel changement de discours! «L'argent est à Ottawa, les besoins sont au Québec» disait-on au gouvernement québécois dans les années 2000, en invoquant le «déséquilibre fiscal». 
Or mardi prochain, pendant qu'Ottawa s'enfonce dans les déficits, le gouvernement Couillard déposera un budget équilibré offrant un surplus de plus de 3 milliards $. On comprend donc que la grogne des élus du Québec n'émeut pas grand monde au sein du gouvernement Trudeau. Cette année, c'est en Ontario, en Alberta ou dans les provinces de l'Atlantique, écrasés par des déficits importants, que les politiciens crient au déséquilibre fiscal.
L'histoire se répète. Tout comme dans les années 90, quand le fédéral épongeait ses déficits sur le dos des provinces, le gouvernement Trudeau réduit ses déficits aux dépens de ces mêmes provinces. Uniquement au chapitre de la réduction des transferts en santé, Ottawa va économiser 60,5 milliards $ au cours de la prochaine décennie. Au Québec, cela signifie un manque à gagner de 13,7 milliards $. C'est beaucoup d'argent...
Martine à «Quétawa»
Martine Ouellet, députée de Vachon à Québec et chef du Bloc québécois à Ottawa, était de retour pour la période de questions à l'Assemblée nationale, jeudi matin. La veille, elle était au Parlement fédéral pour le budget Morneau, ce qui lui a valu un clip de 5 secondes sur les ondes de RDI... 
La route est longue entre Ottawa et Québec : 443,7 km. Mme Ouellet se devait d'être à Québec jeudi, puisqu'après tout c'est de là qu'elle tire son chèque de paie. Mais valait-il vraiment la peine d'aller à Ottawa pour 5 secondes à la télé? Je ne crois pas. L'affaire montre à quel point ce sera lourd et épuisant de vouloir être à la fois députée à Québec, et chef d'un parti fédéral à Ottawa.
Expliquez-moi
C'est une entorse à la liberté d'opinion de critiquer une caricature de Philippe Couillard lapidant Fatima Houda-Pepin, mais c'est souhaitable de dénoncer le texte d'Andrew Potter sur les Québécois. Je ne comprends pas.