Les candidates libérales Christine St-Pierre et Marwah Rizqy ont accusé François Legault de sexisme au cours de la fin de semaine.

Legault sexiste? Quand même!

CHRONIQUE / Philippe Couillard a joué de prudence et n’a pas vraiment cautionné les propos de ses candidates Christine St-Pierre et Marwah Rizqy qui ont accusé François Legault de sexisme au cours de la fin de semaine. C’était sage, parce que les deux candidates ont gravement «charrié» dans cette affaire. M. Couillard a contourné le problème en déclarant que dans son parti, «les femmes ont toute liberté de s’exprimer». Même de dire des faussetés et de comparer Legault à Trump? Quand même!

Les propos de Christine St-Pierre et de Mme Rizqy à l’endroit de François Legault portaient sur le dévoilement d’un échange de textos entre la candidate libérale Gertrude Bourdon et le directeur de cabinet de François Legault, Martin Koskinen. Mme Bourdon y acquiesçait aux propos de Koskinen qui lui disait qu’on allait changer l’histoire. Selon les libéraux, la Coalition avenir Québec (CAQ) n’aurait pas dévoilé cette correspondance si la candidate avait été un homme.

Désolé, mais j’aurais fait la même chose que Koskinen à sa place. Le problème de Mme Bourdon, ce n’est pas d’avoir songé à se présenter pour la CAQ avant d’aller chez les libéraux. C’est d’avoir banalisé l’importance de ses pourparlers avec François Legault au cours de sa conférence de presse de la semaine dernière. Elle l’a fait avec un tel aplomb que même les journalistes sur les lieux ont été impressionnés. Mais il était tout aussi normal que les mêmes journalistes relancent la CAQ pour savoir ce qui s’était vraiment passé. Koskinen a sorti ses textos. 

Il n’y a rien de plus simple à expliquer que la vérité dans la vie. Vincent Marissal l’a appris à la dure lorsqu’il a minimisé son flirt avec les libéraux de Justin Trudeau avant de passer chez Québec solidaire. Si Mme Bourdon fait encore l’objet d’une controverse depuis jeudi dernier, c’est pour la même raison.

Pourtant, il n’y a rien de mal à évaluer différentes options lorsqu’on veut se lancer en politique. C’est même souhaitable, surtout de la part des gens qui sont fortement sollicités à cause de leur expérience, leurs compétences et leur notoriété. Mais il est maladroit de banaliser une telle démarche une fois la décision prise.

Les libéraux ont tout intérêt à faire oublier la controverse actuelle sur la candidature vedette de Mme Bourdon. Les accusations de sexisme lancées par Christine St-Pierre et Marwah Rizqy ont ajouté un autre 48 heures à cette controverse qui vole du temps d’antennes au programme électoral de leur parti. Qui a autorisé ces déclarations? Si c’est la direction du Parti libéral du Québec, c’était une erreur. Erreur autant plus grave que les deux candidates ont comparé François Legault à Donald Trump. Personne au Québec ne croira une telle comparaison. Même Jean-François Lisée s’est porté à la défense du chef de la CAQ. C’est tout dire.