Avec la victoire des Rangers de New York contre le Canadien de Montréal en six matchs, le regard des Québécois pourra revenir à la politique à temps pour l'étude des crédits budgétaires.

Le Canadien en six?

CHRONIQUE / C'est le retour à la normale cette semaine à l'Assemblée nationale. Avec le début de l'étude des crédits budgétaires et l'élimination du Canadien de Montréal, la politique québécoise va retrouver sa place dans les médias. Côté sports, les Sénateurs d'Ottawa vont peut-être laver l'humiliation du Tricolore contre les Rangers, mais le mal est fait de ce côté-ci de la rivière des Outaouais.
Avant de revenir à la politique, permettez-moi quand même de casser un peu sucre sur la concurrence, mais sans méchanceté... Après tout, c'est de bonne guerre, il s'agit de sport! Dans leur édition du 12 avril, les 12 experts des journaux de Québecor prédisaient la victoire du Canadien en six, sauf un qui voyait ça en cinq... Mettons que comme marge d'erreur, c'est gros. Je sais, on va fouiller mes chroniques politiques pour faire l'addition des fois où je me suis gouré sur les élections... Ça m'est arrivé, mais jamais 12 fois sur 12!
Le hockey, c'est une grosse business. Le 20 avril, assuré de la victoire du Tricolore, l'amphithéâtre Vidéotron de Régis Labeaume publiait une grosse pub en couleur annonçant la prévente des billets pour aller voir deux matchs de la Sainte-Flanelle au mois de septembre. Qui voudra acheter ses billets à l'avance pour applaudir les perdants après la déconfiture de samedi? Des gagnants auraient fait salle comble et auraient soulagé un peu les contribuables de la Ville de Québec qui assument les déficits de l'amphithéâtre, mais des perdants? Pas sûr!
Qui sait, il faudra peut-être inviter les Sénateurs... Ce serait humiliant de lancer un SOS à l'équipe d'Ottawa pour dépanner Québec, mais quand on est mal pris...
Je reviens donc à la politique. Vous en aurez plein les yeux, cette semaine, avec l'étude des crédits budgétaires. Pour les non-initiés, l'étude des crédits permet de voir les dépenses de ministères en commissions parlementaires pendant 200 heures. On y apprend beaucoup plus de choses que pendant la période de questions. Les gros ministères à surveiller sont la Santé et l'Éducation, qui accaparent à eux seuls 54,6 milliards $ sur un budget de dépenses de 72,5 milliards $. À un an et demi des élections, le ministre Gaétan Barrette aura des comptes à rendre, parce que la situation dans les urgences est encore problématique. C'est mardi et mercredi de la semaine prochaine qu'il sera sur la sellette. Son collègue Sébastien Proulx, de l'Éducation primaire et secondaire, sera entendu jeudi et vendredi. À surveiller.
Mais il y aura autre chose et notamment l'étude des crédits du ministère des Transports aujourd'hui et demain. Les Transports, c'est un monde bordélique depuis que les ministres s'y succèdent aux six mois et que la commission Charbonneau a semé le doute.
À surveiller aussi, le ministère de la Justice qui se berce dans une malheureuse inertie sous la gouverne de Stéphanie Vallée, une ministre destinée à un poste moins stratégique au prochain remaniement.
Autre ministère important, celui du Développement durable et de l'Environnement. L'opposition a demandé 10 heures pour cuisiner le ministre David Heurtel. Jean-François Lisée a déjà annoncé sa présence. C'est dire l'importance que le PQ entend accorder aux questions environnementales cette année, en prévision des élections de 2018 et de développements éventuels sur Énergie-Est et les engagements pris à Paris sur les changements climatiques.
Vous allez me dire que l'étude des crédits budgétaires, c'est moins passionnant que le hockey, et c'est vrai. Mais c'est beaucoup plus important. Parce que ce dont on y discute, c'est de l'utilisation de vos taxes et impôts. On en reparlera.