Le Soleil
«J’ai l’impression qu’en tant que professeure, le message qui nous est envoyé implicitement est que nous devons être aussi performant.e.s qu’avant l’arrivée de la COVID-19», écrit Georgia Vrakas.
«J’ai l’impression qu’en tant que professeure, le message qui nous est envoyé implicitement est que nous devons être aussi performant.e.s qu’avant l’arrivée de la COVID-19», écrit Georgia Vrakas.

Diminuer la détresse chez les universitaires

Georgia Vrakas, Ph. D., psychologue et ps.éd.
Professeure agrégée, Département de psychoéducation UQTR, campus de Québec
CHRONIQUE / Le 11 février, les résultats de l’enquête * menée par Léger pour l'Union étudiante du Québec sur la santé mentale des universitaires ont été dévoilés. Des étudiant.e.s de 17 campus à travers la province ont été sondés. Ce qui en ressort est que 81 % des répondant.e.s présentent des signes de détresse psychologique. De plus, au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, 7% ont rapporté avoir eu des idées suicidaires et 3 % à avoir tenté de s’enlever la vie. Ces taux sont plus élevés comparativement à ceux rapportés dans la dernière enquête de l’Union en 2018.