Le Soleil
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Qu’est-ce qui fait rire les Russes?

Chroniques

Qu’est-ce qui fait rire les Russes?

CHRONIQUE \ En temps de guerre, l’humour se révèle souvent une arme de résistance contre la folie meurtrière et le désespoir. C’est d’ailleurs l’usage qu’en font les humoristes ukrainiens depuis près d’un an, tout comme ceux et celles parmi leurs collègues russes qui s’opposent à la guerre et ont été contraints de prendre le chemin de l’exil pour poursuivre leur métier. Cela a été bien documenté. Mais une autre question m’intriguait : pendant ce temps, qu’est-ce qui fait rire cette masse de Russes qui, activement ou passivement, soutiennent la frénésie guerrière de leur président?
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
L’homme qui n’était pas l’homme le plus grand du monde

Frédérick Lavoie

L’homme qui n’était pas l’homme le plus grand du monde

CHRONIQUE / Ma nièce de 6 ans m’a demandé l’autre jour si j’avais atteint ma « taille finale ». Pour faire court, je lui ai répondu que oui, puisque l’humain arrête de grandir vers 18 ans et que j’ai déjà plus de deux fois cet âge. J’ai omis de lui parler des oreilles et du nez, qui continuent de croître durant toute notre vie, mais aussi, de lui dire que comme souvent, il existe des exceptions à la règle. Le Ghanéen Sulemana Abdul Samed, 29 ans, en est une. Si j’avais lu son histoire avant, j’aurais pu la raconter à ma nièce ainsi.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Le Québec, c’est moi

Frédérick Lavoie

Le Québec, c’est moi

CHRONIQUE / Donald Trump a dit quelque chose s’approchant de la vérité en janvier 2016. Sans doute la déclaration la plus lucide et la plus honnête qu’il ait faite de toute sa carrière politique. Peut-être la seule.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Le queer et la loi

Frédérick Lavoie

Le queer et la loi

CHRONIQUE / Rinky, Pinky et Atul se sont mariés vendredi dernier dans une petite ville de l’État du Maharashtra, en Inde. Rinky et Pinky sont des jumelles identiques. Elles travaillent pour la même compagnie informatique. Atul possède une agence de voyages. Les trois sont dans la mi-trentaine.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
La bière et l’argent de la bière

Frédérick Lavoie

La bière et l’argent de la bière

CHRONIQUE / Une fédération sportive corrompue jusqu’à la moelle organise une Coupe du monde dans une gazomonarchie absolue où les lois et les mœurs ultraconservatrices entrent en conflit avec les valeurs libérales occidentales. Et on s’attendait à ce que tout se passe à merveille ?
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
De guerre lasse

Frédérick Lavoie

De guerre lasse

CHRONIQUE / Je ne suis pas retourné en Ukraine depuis les premières semaines de la guerre. J’ai ensuite négligé de prendre des nouvelles des gens que j’y avais rencontrés. Je me sentais mal de leur dire que non, dans un avenir rapproché, je n’allais pas revenir pour raconter la suite de leur histoire. Puis, un message est arrivé dans ma boîte courriel.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Recherche compromis désespérément

Chroniques

Recherche compromis désespérément

CHRONIQUE / C’est immanquable. Chaque 2 novembre non pandémique, à 600 mètres à vol d’oiseau de chez moi, une marée humaine déferle devant le grand bungalow de bord de mer de Shah Rukh Khan, acteur légendaire de Bollywood. Ce sont ses fans venus lui souhaiter un bon anniversaire.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Les temps de l’Inde

Frédérick Lavoie

Les temps de l’Inde

CHRONIQUE / Chaque matin, je la retrouve, accrochée au grillage de la porte d’entrée de mon appartement de Bombay : l’édition du jour du Times of India, fenêtre, minuscule fenêtre, du style le plus classique et institutionnel qui soit, sur l’incommensurable réalité d’une ville, d’un État, d’un sous-continent.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Quand tout s’effondre

Frédérick Lavoie

Quand tout s’effondre

CHRONIQUE / Le plus enrageant et le plus déprimant avec les régimes autoritaires, c’est que ce qui suit leur chute est souvent pire que leur règne même. Au point où une grande partie de la population en vient à regretter le dictateur renversé, l’oppressante stabilité que garantissait son joug.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Un cœur qui bat

Frédérick Lavoie

Un cœur qui bat

CHRONIQUE / Il y a quelques jours une vidéo circulait sur Twitter montrant un soldat terré dans un trou sur un champ de bataille en Ukraine, visiblement apeuré, se signant à répétition dans l’attente du bombardement qui marquerait peut-être la fin de son passage sur Terre.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Voyage en enfance

Frédérick Lavoie

Voyage en enfance

CHRONIQUE / De notre voyage prépandémique en Italie, ma nièce garde comme principaux souvenirs les saveurs froides du gelato sur sa langue et la chaleur sécurisante d’une maisonnette Fisher-Price, devenue pour quelques jours à Sorrento son sanctuaire, sa chambre à soi. Elle venait d’avoir trois ans. Elle en aura bientôt six.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
La conscience de la corneille

Frédérick Lavoie

La conscience de la corneille

CHRONIQUE / J’essaie ces temps-ci de terminer l’écriture d’un livre dans lequel je cherche notamment à repenser ma relation, en tant que journaliste et humain, avec la nature et les autres vivants en cette ère de changements climatiques et d’érosion de la biodiversité. Ironiquement, c’est ce moment qu’une corneille a choisi pour me prendre en grippe. Ou devrais-je plutôt dire : pour me prendre en griffes.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Euthanasie, bulldozers et Mohammad

Frédérick Lavoie

Euthanasie, bulldozers et Mohammad

CHRONIQUE / Je vous parlais il y a quatre mois du spectre d’un génocide qui plane sur les quelque 200 millions de musulmans et musulmanes d’Inde. Au-delà des grandes décisions politiques toujours plus inquiétantes à ce sujet, les faits divers dans les journaux exposent bien, au jour le jour, la détérioration graduelle de leur droit d’exister dans ce pays.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Non au pacifisme

Frédérick Lavoie

Non au pacifisme

CHRONIQUE / Ça me tue de l’admettre, mais le pacifisme est une position moralement intenable en ces temps d’agression russe en Ukraine. Si nous voulons rétablir une paix durable et le moindrement juste, il nous faut temporairement nourrir la guerre, voire y participer directement.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
La faim des sanctions

Guerre en Ukraine

La faim des sanctions

CHRONIQUE / Il y a quelques jours, le président ukrainien Volodymyr Zelensky partageait sur les réseaux sociaux une vidéo montrant des gens souriants en train de faire le plein d’essence dans une station-service. Les images de leurs visages insouciants étaient entrecoupées de séquences où des engins de guerre russes lançaient des missiles sur des villes ukrainiennes, et d’autres, encore plus choquantes, où l’on voyait les cadavres de civils tués par l’armée d’occupation.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
L’impunité des puissants

Guerre en Ukraine

L’impunité des puissants

CHRONIQUE / Plusieurs rêvent de voir Vladimir Poutine dans le box des accusés d’un tribunal international à La Haye, aux Pays-Bas. Avec raison. Mais à moins que son régime ne s’effondre, il est peu probable que le président russe, ses généraux et ses soldats aient un jour à répondre des crimes de guerre qu’ils sont en train de perpétrer en Ukraine.
Frédérick Lavoie
Le Quotidien
Frédérick Lavoie
Quand le passé prend l’avenir à la gorge

Frédérick Lavoie

Quand le passé prend l’avenir à la gorge

CHRONIQUE / J’ai passé plus de cinq années de ma vie en Russie. Je l’ai quittée il y a bientôt dix ans. Vladimir Poutine venait alors d’effectuer un retour à la présidence pour un troisième mandat après un petit jeu de chaise musicale qui en avait fait un premier ministre tout-puissant durant quatre ans, le temps de respecter sur papier la constitution tout en en violant l’esprit. Déjà à l’époque, la Russie tournait en rond. Et quand un pays tourne en rond, il lui est plus facile de glorifier un passé mythifié que de s’imaginer un avenir.
Trois destins, une guerre

Notre envoyé spécial en Ukraine

Trois destins, une guerre

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / À la mi-février, Vitaly, Artem et Max honoraient pour une quatrième année de suite leur tradition de se réunir à l’occasion du Super Bowl. Trois semaines plus tard, le premier se tient à un poste de contrôle à la sortie de Rivne, kalachnikov en bandoulière, le second se cache des bombes russes dans un sous-sol près de Mikolaïev, dans le sud du pays, et le troisième n’a aucune idée de ce qu’il pourra bien faire de sa vie maintenant que publier des livres de science-fiction lui semble n’avoir plus aucun sens.
L’hôtel de la paix

Notre envoyé spécial en Ukraine

L’hôtel de la paix

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Il est près de 20h à l’hôtel Mir de Rivne. Par la fenêtre fermée, j’entends la rumeur d’une sirène d’alarme anti-bombardements. Je n’en fais pas trop de cas. J’ai cette chronique à écrire. À Lviv, où j’ai passé cinq nuits, la plupart des gens ignorent ces alertes. Aucun missile russe n’a encore touché la ville depuis le début de l’invasion. Ici à Rivne, le bombardement de l’aéroport au second jour demeure l’exception à un ciel autrement libre de violence.  
Le moral est bon

Notre envoyé spécial en Ukraine

Le moral est bon

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Sur l’une des vidéos qui circule, un homme grimpe sur le toit d’un véhicule blindé russe en brandissant un drapeau ukrainien. La foule l’acclame et scande en ukrainien «Kherson, c’est l’Ukraine!» Sur une autre, aussi tournée samedi matin, on voit les soldats russes, qui occupent depuis deux jours cette ville du sud de l’Ukraine, en train de tirer en l’air pour faire reculer les protestataires. Sans succès. Ce sont eux qui doivent reculer. «Rentrez chez vous!» leur crient des habitants et des habitantes en colère.
Tisser des histoires en Ukraine

Notre envoyé spécial en Ukraine

Tisser des histoires en Ukraine

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Quand j’ai atterri à Varsovie samedi dernier pour aller couvrir le conflit en Ukraine voisine, un manteau d’hiver m’attendait dans un bar du centre-ville. J’arrivais d’Inde. Je n’avais pas le temps d’aller magasiner. Une amie polonaise à Montréal a mobilisé son réseau dans sa ville natale pour me faciliter la vie. À travers ces gens, j’ai trouvé non seulement des vêtements chauds, mais des relations humaines et les prémices des premières histoires que j’allais écrire dans ce journal.
«Ennemi est un mot nouveau pour moi»

Notre envoyé spécial en Ukraine

«Ennemi est un mot nouveau pour moi»

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / À moins de s’appeler Vladimir Poutine, la guerre est rarement un choix personnel. Elle place chacune et chacun devant des dilemmes moraux déchirants, insolubles. Peut-on refuser de se battre quand son pays est attaqué et qu’on risque de le perdre à tout jamais? Est-il décent de s’acharner à rester pacifiste devant l’horreur perpétrée contre les siens?
Avoir du chien sous les bombes

Notre envoyé spécial en Ukraine

Avoir du chien sous les bombes

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Au cours des derniers jours, pendant que les bombes pleuvaient sur Kharkiv, Olessya jouait du violon, et Andriy de l’accordéon. Ce n’est pas parce que l’armée russe attaquait leur ville de tous les côtés que ce couple de musiciens enthousiastes allait faire taire ses instruments.
Accueil asymétrique [VIDÉO]

Notre envoyé spécial en Ukraine

Accueil asymétrique [VIDÉO]

Frédérick Lavoie
Frédérick Lavoie
Envoyé spécial en Ukraine
CHRONIQUE / Il y a quelque chose de profondément émouvant à constater la vague de solidarité envers les Ukrainiens et les Ukrainiennes qu’a déclenchée l’attaque tout à fait horrible de l’armée de Vladimir Poutine contre leur pays. Celle-ci est particulièrement forte en Pologne, le pays voisin où, en quelques jours à peine, plus de 115 000 d’entre eux ont trouvé refuge.