Les terres des Sœurs de la Charité, le long de l’avenue Bourg-Royal à Beauport, comptent pour plus du tiers (211 hectares) des espaces agricoles convoités par la Ville de Québec.

Le rêve américain et les terres agricoles

CHRONIQUE / Le gouvernement a rejeté pour la seconde fois cet automne, le projet de schéma d’aménagement de Québec qui prévoyait le dézonage de 567 hectares de terres agricoles, l’équivalent de plus de cinq fois les Plaines d’Abraham.

Dans une lettre au maire Régis Labeaume, le ministère des Affaires municipales indique que ce projet n’est «pas conforme» aux orientations» du gouvernement et renvoie la ville aux planches à dessin. 

Les terres des Sœurs de la Charité, le long de l’avenue Bourg-Royal à Beauport, comptent pour plus du tiers (211 hectares) des espaces agricoles convoités par Québec.

Le promoteur Michel Dallaire et l’administration Labeaume y projettent un nouveau quartier résidentiel de 6500 unités d’habitation dont les profits iraient à des causes communautaires. 

Le schéma rejeté prévoyait aussi le dézonage d’autres terres du secteur Bourg-Royal (194 hectares) et de Saint-Augustin (162 hectares). 

Ce qui est moins connu, c’est que la Ville en a d’autres dans sa mire dans l’ouest de Beauport, à Charlesbourg et à Val-Bélair, marquées en rouge sur la carte avec la légende «secteur en évaluation».

Loin de s’essouffler, la pression sur les terres agricoles de Québec risque d’aller en s’amplifiant.

L’administration Labeaume dit avoir besoin de ces terres agricoles pour loger les nouveaux ménages attendus à Québec dans les prochaines décennies.

Si les jeunes familles ne trouvent rien à leur goût à Québec, elles iront plus loin en périphérie, ce qui va accroître l’étalement urbain, fait valoir la Ville. L’argument mérite considération. 

Les statistiques montrent en effet que beaucoup de jeunes familles se sont installées sur la Rive-Sud, dans Portneuf, sur la Côte-de-Beaupré et dans la couronne nord, faute d’avoir trouvé à Québec ou d’avoir les moyens de s’y loger.  

L’analyse de la Ville est cependant contestée et le débat est loin d’être clos. 

J’ai retenu quatre arguments qui devraient inciter à la prudence avant d’envisager le dézonage de terres agricoles.

Le schéma rejeté prévoyait aussi le dézonage d’autres terres du secteur Bourg-Royal (194 hectares).

1. L’espace disponible

* Dans son projet de schéma d’aménagement soumis en 2016, Québec estimait avoir besoin de 660 hectares d’urbanisation supplémentaires pour accueillir 61 500 nouveaux ménages d’ici 2041. 

Les prévisions démographiques à long terme sont cependant toujours fragiles. Le gouvernement a depuis forcé la ville à revoir ses chiffres.  

On parle désormais de 28 200 nouveaux ménages d’ici 2036, la moitié moins que dans le scénario précédent. 

La Ville a pourtant maintenu dans son projet 2018 la même demande de dézonage agricole. Cela sème un sérieux doute sur la véritable urgence à vouloir dézoner ces terres (voire sur les motifs).

***

* En mars 2017, Québec estimait elle-même avoir un potentiel de près de 32 000 nouvelles habitations. (référence : Système de gestion intégré d’estimation des potentiels de logements de la Ville de Québec).

On parle de terrains vagues déjà desservis, de lotissement déjà autorisé ou à venir et de redéveloppement potentiel.

Sur papier, ça semble amplement suffisant pour répondre aux besoins d’habitation des 20 prochaines années.

Il faut cependant préciser qu’il s’agit d’espaces morcelés et éparpillés sur le territoire, parfois dans des environnements déjà bâtis. 

Ces terrains sont plus compliqués à développer que les champs agricoles de l’époque des banlieues traditionnelles.

Lorsque Québec affirme qu’elle va manquer de terrains, ce qu’on doit entendre, c’est qu’elle va manquer de grands terrains attrayants pour des maisons traditionnelles et peu coûteux à construire pour les promoteurs.

La nuance est importante. 

***

* C’est la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) qui aura le dernier mot sur les projets de dézonage de Québec.

Elle n’a encore reçu aucune demande pour les terres des Sœurs de la Charité ou de Saint-Augustin. 

Un critère essentiel pour un dézonage est qu’il ne doit pas y avoir d’autres espaces appropriés disponibles. On voit venir le débat. 

Il peut arriver «dans certaines circonstances», que le gouvernement se saisisse d’une demande à la place de la CPTAQ, prévient son président Me Stéphane Labrie. On parlerait alors d’une décision politique qui bulldozerait les règles de protection des terres agricoles. Ce ne serait pas souhaitable.

2. Les limites du rêve américain

Les jeunes familles ont longtemps rêvé d’un bungalow ou un cottage neuf en banlieue. Du gazon dans la cour, un potager et une allée d’asphalte (ou d’interblocs) pour l’auto.

Ce fut le modèle dominant de l’urbanisme de l’après-guerre et l’est encore pour beaucoup de jeunes (et moins jeunes) ménages.

Ce succès tient à la fois au style de vie associé à la banlieue aérée «verdoyante» et au coût d’accès élevé à la propriété dans les quartiers centraux. 

Ce modèle a cependant beaucoup été remis en cause en raison des coûts publics élevés qu’il implique et des impacts sur l’environnement et la circulation.

J’aurais aimé vous dire que ce modèle américain est en train de changer à Québec. 

Que le trafic, les choix de vie différents et les préoccupations grandissantes pour la planète faisaient changer les choses. Les jeunes n’ont-ils pas été nombreux à voter pour Québec solidaire? 

Le professeur de sociologie Dominique Morin, spécialiste du logement et des banlieues, m’a rappelé à l’ordre.

Ce modèle reste important, dit-il. Il y a une sorte «d’inertie culturelle» qui pousse à reproduire le parcours familial. C’est l’attrait du «neuf» autant que celui de la banlieue. Un «syndrome des souliers neufs», décrit-il.

Depuis les années 2000, beaucoup de jeunes ont choisi d’habiter les quartiers centraux et banlieues de première couronne (Sainte-Foy, Beauport, Charlesbourg, etc.). 

Mais si on leur laisse le choix, une forte proportion de jeunes familles préféreront le neuf de la banlieue traditionnelle, prédit M. Morin.  

Même chose pour les immigrants qui ont vu les banlieues nord-américaines au cinéma et y aspirent à leur tour.

La ville de Québec a le choix, croit-il : 

Essayer de répondre au réflexe des banlieues lousses traditionnelles (en dézonant des terres agricoles). 

Ou forcer un nouveau modèle de ville plus dense, plus animé et axé sur le transport collectif. Quitte à renoncer aux citoyens qui tiennent à leur rêve américain. Beau sujet de débat politique. 

3. Le vieillissement de la population

Le décès des baby-boomers ou leur départ vers des condos et logements plus petits va libérer d’ici 20 ans un grand nombre de maisons unifamiliales isolées et duplex. Le mouvement est déjà amorcé. 

Si Québec continue de construire massivement ce type de maisons, elle va finir par manquer de citoyens pour y habiter, comme elle manque de travailleurs pour ses emplois, prédit le professeur Dominique Morin.

Peut-être vaut-il mieux soutenir le rachat de maisons usagées que d’encourager la construction de nouvelles.

4. La rareté des terres agricoles

Il ne semble pas logique de dézoner les rares terres agricoles de qualité en pleine ville au moment où l’intérêt augmente pour l’agriculture urbaine, les productions locales et la réduction des «kilomètres alimentaires».

La Ville de Québec y est elle-même sensible. Elle soutient par exemple des jardins de voisinage et envisage de permettre la culture en façade des résidences.   

Elle dépense aussi des millions pour un grand marché à ExpoCité. Imaginez le plaisir et le beau message si on pouvait aller acheter à ce marché des légumes qui auraient poussé trois kilomètres plus loin, sur les terres des Sœurs de la Charité.  

***

Beaucoup de villes ont déjà adhéré au concept de «ville nourricière» qui vise à améliorer l’accès à des aliments frais et accroître l’autonomie alimentaire. 

On peut y arriver de bien des façons. Toits verts, plantations «verticales», jardins privés et communautaires, etc. Mais pas en dézonant des terres agricoles qui pourraient être productives. Ce serait contre-productif.