La présence de Maxime Bernier et d’Elizabeth May a permis d’ajouter aux différences qui existent entre les uns et les autres; aux choix des électeurs, autrement dit.

Et le gagnant est… François Legault

CHRONIQUE / Vue du Québec, la campagne fédérale a été jusqu’ici marquée par la forte présence du premier ministre québécois, François Legault.

Il est déjà le vrai gagnant de l’actuelle campagne fédérale. Il a obligé les chefs fédéraux à se positionner par rapport à lui et à ses demandes.

Cela a encore été le cas jeudi soir au débat dont Radio-Canada était le maître d’œuvre, particulièrement sur les questions d’immigration et de laïcité, lesquelles ont donné lieu à des moments intenses.

On a d’ailleurs entendu au passage le premier ministre sortant Justin Trudeau dire qu’il était d’accord avec les tests voulus par M. Legault pour l’obtention du certificat de sélection.

Éclairant

Le dernier débat des chefs fédéraux de la campagne a parfaitement rempli son rôle. Il a été éclairant. Tous ont passé leurs messages. Et de façon claire et intelligible la plupart du temps.

La présence de Maxime Bernier et d’Elizabeth May a permis d’ajouter aux différences qui existent entre les uns et les autres; aux choix des électeurs, autrement dit.

Par rapport au débat de TVA, la semaine dernière, Justin Trudeau paraissait moins bien campé et Andrew Scheer, plus combatif. Jagmeet Singh a été tout aussi agile et efficace, et Yves-François Blanchet, encore une fois solide et sûr de lui.

La faute

En raison de sa montée dans les sondages au Québec, le chef du Bloc québécois a davantage été ciblé que lors des précédents débats. Quelques heures plus tôt, il avait dû s’excuser pour des messages anti-islam prononcés ou relayés par quatre ou cinq de ses candidats.

Depuis deux semaines, certains dans le reste du Canada ont fait des procès indignes à M. Blanchet. Cet épisode ne fera rien pour arranger les fausses perceptions à son endroit.

Personne ne peut prétendre que M. Blanchet serait islamophobe, xénophobe ou raciste. Le chef du Bloc québécois est aux antipodes de ce genre de sentiments. Il est même ridicule d’avoir à l’écrire. 

M. Blanchet a personnellement dû être horrifié de découvrir ce qu’ont écrit ou partagé certains de ses candidats.

Son état-major et lui ont malheureusement fait de la politique politicienne avec ces messages anti-islam. C’est regrettable. C’est une faute politique.

Son état-major et lui ont choisi le calcul politique. Ils ont jugé qu’il était plus payant électoralement de passer l’éponge que de sévir. Les excuses étaient accompagnées d’un mot de justification.

21

Ce qui faisait depuis longtemps l’insuccès des bloquistes fait cette fois leur succès. C’est que le contexte politique a changé. 

On le sait, Yves-François Blanchet a pris appui sur la populaire loi sur la laïcité et sur les demandes formulées par le gouvernement de François Legault aux partis fédéraux pour tirer son épingle du jeu.

Il pourra remercier non seulement les Québécois le 21 octobre au soir, mais aussi M. Legault — si les sondages s’avèrent exacts.

Là où M. Blanchet a aussi fait mouche chez de nombreux électeurs, c’est en retournant l’argument sous-tendant la question de la pertinence du Bloc québécois à Ottawa.

Sa réponse a été acceptée par nombre d’électeurs québécois : en décrochant suffisamment de sièges pour obtenir la «balance du pouvoir», le Bloc pourra négocier ses appuis avec le gouvernement en place — s’il est minoritaire — et ainsi peser sur les décisions.

Regain?

Si elle se concrétise dans les urnes, la force du Bloc québécois annoncerait-elle une renaissance de l’idée de la souveraineté, comme le dit M. Scheer, même si M. Blanchet n’a pas hissé ce drapeau durant la campagne?

L’élection d’un nombre important de députés bloquistes à la Chambre des communes donnerait sans doute un peu d’espoir à plusieurs péquistes pendant quelque temps...

Mais ce qui pourrait vraiment, un jour, redonner du tonus au projet souverainiste serait que la Cour suprême du Canada charcute la loi sur la laïcité du gouvernement Legault — même si l’idée de la souveraineté peut et devrait très bien pouvoir se défendre en elle-même.

Le regain de l’indépendantisme en Catalogne est survenu après un long feuilleton judiciaire. Bien des souverainistes québécois rêvent à un tel scénario. Pour le reste, cela dit, les réalités sont bien différentes. Ottawa reconnaît la possibilité de la sécession, ce qui n’est pas du tout le cas de Madrid, qui, par son attitude butée, a fait croître le désir d’indépendance en Catalogne.

Mais on s’éloigne… Le débat de jeudi soir a été non seulement éclairant, mais très intéressant. C’est un gain démocratique.