Ottawa croit que la productivité au travail sera accrue et la stigmatisation associée aux menstruations réduite si les produits menstruels sont disponibles gratuitement dans les milieux de travail.

Égalité des sexes et tampons gratuits

CHRONIQUE / Si le gouvernement Trudeau cherche des occasions d’être utile dans la vie quotidienne des femmes, s’il veut promouvoir l’égalité entre les sexes, il aurait intérêt à s’attarder ailleurs que dans les toilettes des milieux de travail.

Ottawa mène une consultation jusqu’au 2 juillet pour savoir si les ministères, les sociétés d’État, les banques, les compagnies aériennes ou de chemin de fer, les ports, et les entreprises privées sous réglementation fédérale devraient fournir gratuitement des tampons et des serviettes hygiéniques à leurs employées.

«Tenir une conversation ouverte et honnête à propos des menstruations, et offrir aux femmes et aux employés les produits dont ils ont besoin fait partie de notre plan visant à assurer l’égalité des sexes et à favoriser des milieux de travail sains et sécuritaires», indiquait vendredi la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patty Hajdu, dans le communiqué annonçant que son gouvernement propose des produits menstruels gratuits pour «appuyer l’égalité en milieu de travail». 

À rire ou à pleurer?

Des tampons gratuits et l’équité salariale est atteinte, la discrimination fondée sur le sexe est éliminée, les milieux de travail deviennent sains et sécuritaires. 

Emploi et Développement social Canada parle aussi du «fardeau financier assumé exclusivement par les employées qui ont leurs menstruations», de la «perturbation» de la vie quotidienne au travail de celles prisent par surprise par leurs menstruations.

«Les produits menstruels, comme les serviettes hygiéniques et les tampons, sont essentiels à la santé des femmes et des autres employés utilisateurs, car ils leur permettent de participer pleinement à leur travail et à la société», mentionne également le communiqué de la ministre Hajdu.  

Ottawa croit aussi que la productivité au travail sera accrue et la stigmatisation associée aux menstruations réduite si les produits menstruels sont disponibles gratuitement dans les milieux de travail, comme le sont le savon, le papier hygiénique et les essuie-mains, et comme le prévoit le Code canadien du travail.

Selon la ministre Mélanie Joly, la mesure préconisée par son gouvernement devrait s’étendre dans tous les gouvernements à travers le pays.

Mieux à faire

Les ministres fédéraux et leurs fonctionnaires n’ont-ils rien de mieux à faire, des dossiers plus porteurs à promouvoir dans l’intérêt des femmes canadiennes, jeunes ou âgées, actives ou non sur le marché du travail, pauvres ou de la classe moyenne, employées d’entreprises de compétence fédérale ou non? 

Le dernier rapport du Vérificateur général pourrait inspirer et guider les libéraux s’ils se cherchent du travail et de bonnes causes. Le Bloc québécois suggère de son côté aux libéraux de régler d’abord les problèmes de paye liés au système Phénix. 

Le bureau du Vérificateur général a constaté que les agentes et les agents de la Gendarmerie royale du Canada n’ont pas toujours eu à leur disposition les gilets pare-balles rigides et les carabines dont ils avaient besoin pour se protéger et protéger le public.  

Il relève également que la moitié des 16 millions de personnes — bien des femmes sûrement dans le lot — qui ont voulu joindre un agent dans les centres d’appels d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, d’assurance-emploi, de Sécurité de la vieillesse et du Régime de pensions du Canada en ont été incapables. Elles ont été dirigées vers un site Web ou vers un système de menus enregistrés.  

Une partie du rapport du Vérificateur porte aussi sur les 169 millions $ de revenus perdus par Ottawa parce que le gouvernement refuse d’adapter la fiscalité à la réalité du commerce en ligne et de percevoir des taxes auprès de fournisseurs étrangers de services numériques.

Ces millions de dollars seraient utiles pour assainir les finances publiques, pour soutenir des programmes, notamment ceux visant à assurer la santé et la sécurité des femmes, ainsi que l’égalité des genres.

Mais non, le gouvernement libéral préfère s’activer ailleurs. 

C’est une chose et c’est essentiel qu’un gouvernement prenne des actions pour assurer l’égalité entre les hommes et les femmes. C’en est une autre de prétendre que fournir gratuitement tampons, serviettes et coupes menstruelles est une «question d’égalité des genres», comme le dit Justin Trudeau. 

Les libéraux tentent d’acheter le vote des femmes avec des tampons, soutient le député Maxime Bernier. 

C’est une insulte à l’intelligence. Après des frigos et des bouts de route, des tampons?