Kloé Jetté-Francoeur rêve de devenir chef et d’avoir son propre restaurant.

L’ami Leucan

CHRONIQUE / Je vous ai parlé de Kloé Jetté-Francoeur, le mois dernier (« Le courageux combat de Kloé », le 19 février 2019).

Kloé est une jeune adolescente de 13 ans, de Gracefield dans la Haute-Gatineau, qui est atteinte du cancer. Une maladie qui s’acharne sur elle depuis plus de six ans.

Elle a subi deux chirurgies et d’innombrables traitements de radiation et de chimiothérapie. La route entre Gracefield et l’Hôpital pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO), à Ottawa, elle et ses parents la connaissent par cœur.

Lorsque j’ai demandé à Kloé combien de fois elle avait fait l’aller-retour entre chez elle et le CHEO, elle a répondu : « Je ne les ai jamais comptés, mais c’est sûr que c’est plus de 2000 fois ».

Elle exagérait à la blague, bien entendu. Mais il vient un moment où l’on cesse de compter. Et de toute façon, on ne compte pas les kilomètres quand on lutte pour sa vie. On y va sans tenir compte de la distance et en ne souhaitant qu’une chose. Que ce soit la dernière fois. Que le cancer abdique enfin. Que le cauchemar prenne fin.

Kloé y croit à ce jour. Et plus tard, quand le soleil sera revenu dans sa vie pour y rester, elle veut devenir chef, avoir son propre restaurant. Et une ferme aussi. « J’adore les animaux », a-t-elle dit.

Il y a un petit bout de notre entretien que je n’ai pas partagé avec vous le mois dernier. Un petit bout qui portait sur le rôle que Leucan Outaouais joue dans la vie de Kloé et de sa famille.

Leucan, en gros, est un organisme qui depuis 40 ans soutient les enfants atteints de cancer et leur famille. Sur le site web de Leucan Outaouais, sous « Mission », on peut lire :

« Favoriser le rétablissement et le mieux-être des enfants atteints de cancer et de leur famille par des services d’accompagnement et de soutien distinctifs et adaptés, à toutes les étapes de la maladie et de ses effets. »

Ça veut dire quoi tout ça ? Je pense que Kloé et la conjointe de son père, Chantal Laviolette-Roy, l’ont résumé assez bien durant notre rencontre.

Mme Laviolette-Roy travaille dans une pourvoirie de la Haute-Gatineau. Son conjoint est mécanicien et, l’hiver, il est aussi déneigeur de résidences privées d’Ottawa. Oui, il quitte Gracefield très tôt le matin, en fin de nuit, pour venir déneiger des entrées de cour dans la capitale. Puis il retourne à la maison reprendre ses outils de mécanicien. « Mon père travaille très fort », de dire Kloé.

Les parents de l’adolescente ont dû s’absenter du travail à plusieurs reprises au cours des six dernières années pour accompagner leur fille à l’hôpital. Et c’est là que Leucan entre en jeu.

Comment Leucan vous aide-t-il ?, leur ai-je demandé.

« Ils nous ont beaucoup aidés du côté financier, a répondu Mme Laviolette-Roy. Dans le temps des Fêtes, ils nous ont offert des cartes-cadeaux afin qu’on puisse acheter des cadeaux aux enfants. Ils nous ont aussi donné des cartes d’essence. Veut, veut pas, on manque beaucoup de travail pour être avec Kloé à l’hôpital. »

« Ma mère a aussi reçu des cartes pour des épiceries chez Métro, a ajouté Kloé. Et des gens de Leucan Outaouais viennent régulièrement me voir à l’hôpital pour jaser et pour voir comment je vais. Ils m’ont aussi offert des sacs-cadeaux, des ensembles. Je n’avais plus de vêtements qui me faisaient, j’ai perdu du poids. Donc ils se sont occupés de ça. Une chance qu’ils sont là. »

C’est ça, Leucan. Ce sont des gens qui tendent la main aux enfants malades. Qui sont avec eux jusqu’au bout. Leucan est un ami. Un vrai.

Un ami qui a besoin de nous…

DÉFI DES CHEFS

Le jeudi 21 mars se tiendra la troisième édition du Défi des chefs de Leucan Outaouais au Palais des congrès de Gatineau. Onze équipes composées d’un chef, d’une personnalité des médias et d’un jeune membre de Leucan participeront à cette compétition amicale au grand plaisir des 700 convives.

Au menu : rouleaux printaniers, cannelloni de bœuf braisé, tacos au poulet, saumon royal au sirop d’érable, fondue au chocolat… et j’en passe. Ça vous tente ? Oui ? Alors ça tombe bien puisqu’il reste des billets. Et à l’achat d’un billet au coût de 150 $, 100 $ sont remis directement à Leucan Outaouais. Soit aux enfants atteints d’un cancer et à leur famille.

Kloé a remporté cette compétition l’an dernier. Et cette année, elle sera jumelée au rédacteur en chef du Droit, Patrice Gaudreault, et au chef du restaurant Le Quai, Nicolas Lacroix. Pourra-t-elle répéter l’exploit ?

Pour des billets : 819-663-2228. Ou par courriel : sandrine.thivierge@leucan.qc.ca.